Topsites
top1top2top3



 

Partagez | 
 

 Forgive and move on - Diarmuid & Caïn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
EWOK SAUVAGE
Avatar : Chris Pratt
Messages : 45
Date d'inscription : 21/07/2017

Message Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Jeu 31 Aoû - 12:18    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Un espoir, peut-être. Caïn ne savait pas vraiment ce qui l'avait poussé à passer cet appel, après tout ce temps... N'aurait-il pas du disparaître vraiment, pour toujours, plutôt que de se pavaner devant l'homme à qui il avait arraché la femme, cinq ans plus tôt ? Son retour n'était-il pas une insulte, pour celui qui avait perdu à cause de lui son épouse, en lui faisant confiance ?
Quelque chose l'avait poussé à émettre ce message, à demander du secours... Au fond, le Dorstar pensait qu'il pouvait être utile encore à l'avenir de la Résistance, à défaut de changer le passé.
Maintenant qu'il n'avait plus rien, il pouvait tout donner pour voir leur cause vaincre, enfin.
Restait à savoir comment il allait être accueilli par ses anciens compagnons... Surtout en leur coûtant une certaine somme pour le récupérer, les contrebandiers ne laissant jamais partir une main d'œuvre compétente sans compensation.

Caïn n'avait pas été maltraité par ses hôtes, et il avait même eu le droit de revêtir des vêtements plus confortables que les haillons récupérés sur les cadavres, dont l'odeur immonde avait fini par lui devenir supportable, avec l'habitude. Ainsi, pour Diarmuid qui venait le chercher, l'ancien Major des forces au sol n'avait peut-être pas l'air aussi amoché qu'il l'était réellement.
Sous les apparences, qu'il avait toujours appris à garder, pour ne pas montrer ses faiblesses, Caïn n'était que ruines... Mais il avait la volonté de persister, de se reconstruire peut-être, pour ne pas être un boulet pour ses coéquipiers, pour venger ceux qu'il avait abandonné, malgré lui.

    - Giskar... Annonça Caïn en hochant la tête avec respect, voyant s'avancer vers lui celui qui l'avait pris dans son escadron à son arrivée à la Résistance. Il avait honte de la manière dont ils s'étaient quittés, mais il était néanmoins infiniment soulagé de le retrouver, même dans ces conditions, et qu'importe ce qu'il lui ferait payer. Je rembourserai mes dettes... Merci d'être venu.


Il ne lui avait pas encore parlé directement, et il craignait de faire un impair... Le temps pour les excuses n'était pas encore bien choisi, et il ne pouvait faire ce genre de révélations devant témoins qui pourraient utiliser ces informations pour un but détourné.
Caïn avait appris à être discret, et il comptait bien prouver à Diarmuid que ses principes n'avaient pas changé... Qu'il était toujours digne de suivre la voie de la Résistance, et que s'il avait échoué dans sa mission, il ne l'avait pourtant jamais trahi. La nuance était d'une taille conséquente et non négligeable.

_________________


The hardest part was being alone
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 229
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Jeu 31 Aoû - 22:02    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Il arrivait que des morts vous parle, dans les rêves, les délires malades, les espoirs, les morts savaient se montrer bavards. Dans la réalité ils se taisaient, pire, ils disparaissaient. De vos vie d'abord, de vos esprits peu à peu, on en venait à douter des visages qu'ils avaient pu avoir, du son de leurs voix aussi. La présence de Shirakz que Diarmuid portait en lui, tenait-elle plus du fantasme que de la réalité par exemple? Se poser la question, c'était l'accepter, et l'accepter revenait à boire la tasse, celle de la folie. Comprendre que l'on se détachait du réel un peu plus.
Que l'on adorait cela.
Il voulait le silence des morts, Diarmuid, il voulait ne pas avoir à parler lui même... Aujourd'hui, un mort avait décidé de ne pas se taire.
Le message avait été simple, aussi simple qu'illisible. Parce qu'aucune logique ne se cachait en dessous, que cinq ans après, des espoirs de ce genre ne possédaient pas la moindre utilité.
Caïn vivant lui semblait une aberration, étrangement Caïn vivant mais ayant besoin d'argent avait déjà plus de substance.
Le jeune homme était avec Shirakz aux derniers instants, lorsque par radio la femme de Diarmuid avait autorisé son mari à appuyer sur le détonateur. Il avait fait partie des voix ayant accepté de mourir.
A moins que... Ce souvenir là, était-il un fantasme lui-aussi? Diarmuid était la seule personne à pouvoir les entendre aux ultimes secondes, grâce à son émetteur. Shirakz n'avait-elle pas supplié de trouver une autre solution, qu'on les laisse vivre? Shirakz et les autres, Caïn...
Revenait-il pour accuser le général de meurtre, de massacre?
Une sueur froide coulait dans son dos, Diarmuid ne savait que faire.
Il devait y aller bien sûr, vérifier qui était cet homme et si l'on avait pas volé l'identité d'un mort, d'un ami.
Il devait y aller avec l'argent, racheter la liberté de l'homme au besoin.
Quel besoin?
Des mensonges, juste des mensonges...
Il se souvenait de l'explosion, Diarmuid, de la sensation du bouton sous ses doigts alors même qu'il appuyait parce qu'on ne peut pas oublier de telles choses, pas lorsqu'elles avaient fait de vous un meurtrier.
Un meurtrier non pas pour les membres du Premier Ordre morts eux aussi ce jour là, non pas pour tous ceux qu'il avait déjà tué, massacré alors même qu'ils auraient pu vivre et trouver un jour une rédemption, mais un meurtrier pour sa femme, pour ses soldats, ses amis. Placer une vie au dessus des autres, des vies. Face à Caïn, à ce fantôme, que devrait-il dire? Qu'il aurait préféré que l'homme reste mort, que Shirakz soit à sa place? Il ne pouvait pas.
Il le penserait, juste, il le pensait déjà.
Et Caïn le saurait...

Le voyage jusqu'au point de rendez-vous nommé dura le temps d'un siècle et d'une éternité tout à la fois pour le coeur de Diarmuid. Malgré cela, l'homme sut qu'il n'était pas prêt pour cette entrevue. Le reste sembla aller comme un brouillard, peu à peu, l'homme enfilait le costume de Giskar et se préparait à perdre son coeur peut-être.
Une nouvelle fois.
Il avait le visage dur, Diarmuid, les yeux glacés, secs. De sa démarche martiale, le dos droit toujours, il s'avança jusqu'au fantôme. Au jeune homme.

”Cinq ans de retard et une dette en plus, voilà qui est peu glorieux, Soldat....”

Il donna la mallette de crédits aux contrebandiers, fit signe à Caïn de passer dans son vaisseau. Le voyage serait long, le temps pour les techniciens d'inspecter qu'aucun traceur n'avait été placé sous leur coque et de prendre tous les détours possibles pour qu'on ne puisse suivre leur itinéraire jusqu'à la base.
Assez long pour raconter l'histoire d'un homme revenu d'entre les morts, cependant?

”Le souffle de la bombe aurait du vous tuer ce jour là, vous étiez à l'endroit même de l'explosion avec les autres...”

Pas de rancœur, juste une voix froide, trop froide. Il se laissa tomber dans le fauteuil d'un semblant de salon, prit son nez entre ses doigts et soupira.

”Et vous voilà, frais comme un gardon, prêt à revenir dans la Résistance la bouche en coeur. Cinq ans....”

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
EWOK SAUVAGE
Avatar : Chris Pratt
Messages : 45
Date d'inscription : 21/07/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Dim 24 Sep - 12:01    

Revenir était difficile, tout autant que vivre avec l'idée qu'il avait échoué, et pire même. Caïn avait toujours été un bon soldat, loyal, efficace, consciencieux dans son travail et avec une haute opinion de l'honneur. La situation dans laquelle il se trouvait semblait bafouer pour lui tous ses beaux principes, et il avait du mal à gérer ce sentiment d'impuissance et de honte qui l'envahissait à l'idée de devoir en répondre à Diarmuid.
Néanmoins, dans son errance, il avait eu le temps de réfléchir à ses ambitions, et était arrivé à la conclusion qu'il pouvait encore avoir une utilité dans la Résistance. Et s'il ne pouvait pas racheter ses terribles fautes, il voulait au moins l'opportunité de rétablir une sorte de balance en s'investissant corps et âme dans le combat, en apportant des victoires à la cause qui compenseraient en partie le manquement cuisant qu'il avait causé.

Une fois sa décision prise, Caïn avait été déterminé à trouver une solution à son problème... Et cela l'avait amené à contacter son ancien mentor, et à négocier son échange contre une somme qui ne faisait qu'ajouter plus de poids à la dette qui pesait déjà sur ses épaules. Encore une fois, la fierté du Dorstar était assez basse pour tolérer encore quelques coups du sort... Il n'avait plus l'intention de redorer son propre blason, juste de s'en servir pour espérer apporter à ses compagnons un support important. L'ancien major connaissait ses capacités dans son rôle, et malgré ses souvenirs sanglants, il savait qu'il avait gardé le même esprit stratège, et, à quelques entrainements près pour retrouver sa forme, ainsi qu'une nourriture adapté, une forme physique enviable dans son état.

Il accepta donc les remarques de l'homme qui venait le sauver avec un hochement de tête sombre, bien qu'il en ait compris l'ironie. Il avait bien connu Giskar et ne s'alarmait de ses reproches que parce qu'il savait devoir donner une justification, et non parce qu'il craignait de le voir refuser ses requêtes.
Evidemment, Caïn comprenait la procédure, qui le tiendrait sous méfiance jusqu'à ce qu'il fasse ses preuves et était prêt à s'y plier. D'un point de vue plus personnel, il redoutait cependant les pensées du Général sur sa responsabilité dans l'affaire qui l'avait amené ici, cinq ans plus tard.

    - Je suis mort, il y a cinq ans, répondit Caïn, sur un ton égal, qui ne laissait pas paraître les restes du traumatisme qui l'avait changé profondément. L'enfer n'a pas voulu de moi, il faut croire. Je n'ai pas voulu leur faire la bouche en cœur, ajouta-t-il, sur un ton volontairement ironique.


Il n'avait pas non plus perdu sa personnalité, même si des mois d'errances avaient provoqué chez lui une énorme remise en question. Caïn observa Giskar s'asseoir dans le silence pesant qui entourait ces retrouvailles. Les deux hommes étaient tout deux conscients qu'il y avait beaucoup de choses à dire... La façon de les aborder, et de finalement en venir au sujet qui les intéressait sans tourner autour du droïde, voilà qui était une autre histoire, un effort qu'il fallait être prêt à donner.

    - Je suis désolé... Commença Caïn, sans savoir trop où le mènerait cette excuse. Pourtant, il avait révisé cent fois ce monologue dans son esprit, sans jamais parvenir à la parfaite formulation. Je souffrais de blessures graves lorsque le Premier Ordre m'a découvert, et choisit de me...


Soigner ? Remettre sur pied ? Maintenir en vie ? Rien ne semblait très juste, et même bien au contraire. Il avait été ramené à la conscience juste pour être torturé. Le souffle de vie qui lui était resté après l'explosion avait été autant un miracle qu'une condamnation. Il n'y avait pas vraiment de mots pour décrire ça, qui retranscrirait l'exact sentiment de ce qu'il avait vécu.

    - Je me suis échappé, avant qu'ils n'aient pu obtenir la moindre information de moi, conclut-il, sans le moindre orgeuil dans la voix, car il s'y refusait désormais. Il voulait simplement rassurer Giskar sur ce point, qu'il n'avait pas d'inquiétude à avoir. J'ai passé le reste de mon temps à tenter de subsister et fuir.


Qu'Est-ce que quelqu'un qui ne l'avait pas vécu pouvait bien comprendre à cela ? Caïn n'en avait pas la plus fine idée. Il ne faisait que son rapport, en espérant être crédible, puisqu'il ne faisait qu'énoncer la vérité dans les grandes lignes - il avait omis volontairement de détailler le point de départ.

_________________


The hardest part was being alone
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 229
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Jeu 28 Sep - 14:28    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Un silence long, infini, les yeux de Diarmuid étaient froids, noirs, plus de trace de ciel, plus de trace de bleu. Il écoutait, pensait à tous les deuils, tous les pleurs aussi. Et puis des cris comme des prières parce qu'on ne sait pas quoi faire d'autre, voilà tout.

”Non tu n'es pas mort.”

Le Général n'avait pas la patience pour de telles mascarades, pas alors qu'il se souvenait des corps déchiqueté set du sang, il n'y arrivait pas. Encore un silence, il acquiesça. Parce que quoi dire de plus, hein? Certains vivaient, d'autres mouraient, parfois il y avait des injustices, parfois il y avait juste.... rien.
L'homme se servit un verre d'alcool, invita Caïn à faire de même. Il savait que l'autre n'avait rien révélé, tout simplement parce que aucune information le concernant lui, n'avait filtré. Lui, les autres....
Rien sur leurs vies que Caïn connaissait, rien sur leurs faiblesses quand ils auraient pu constituer des cibles de choix pour ébranler la Résistance...

”Tu te sens prêt à reprendre le combat, tu ne pèteras pas les plombs, rien?”

La question était sérieuse, survivre laissait des traumatismes. Diarmuid en possédait plein, Diarmuid en possédait trop, il arrivait par moment que ni les mots de Sehrin, ni les bras de Moira ne parviennent à le tirer loin de sa folie. Parfois il l'acceptait, parfois non, dans ces moments là le général devenait méchant, imbuvable, une blessure à vif pour ses proches. Ils restaient quand même pourtant...
Et Caïn, pendant cinq ans, qu'avait-il eu si ce n'est la solitude la plus totale? Ils se tenaient là, face à face, sur leur garde et ce n'était pas bien. Diarmuid savait ce qu'il avait à faire, était-il épuisé? Peut-être, cela n'empêchait rien. Les choses étaient ainsi, les choses le restaient.
Pour les vivants.
Pour ceux qui revenaient, même au bout de cinq ans....
Alors sa bouche se tordit, se souleva. Il souriait. Enfin.
Il souriait à Caïn, à ce gosse qui avait combattu à ses côtés, plus un enfant qu'un adulte, un ado dans ses querelles et ses passions. Un idéaliste aussi peut-être, ils l'avaient tous été un jour. Dans ses yeux, le noir laissa la place au bleu, l'océan du regard était une tristesse peut-être, mais une couleur aussi.

Il se leva, grand, puissant. Il n'allait plus sur le terrain, plus vraiment, Diarmuid, avec ses peurs et ses misères, mais il s'entraînait tout autant qu'il entraînait les autres aussi sa silhouette restait-elle musclée, nerveuse et développée. Être prêt, toujours prêt....
Et ses mains calleuses se posèrent sur les épaules de Caïn, serrèrent, serrèrent fort. Comme pour tester encore une fois que cela était bien de la chair, cela était bien du sang là devant lui, non un fantôme. Il se pencha, déposa un baiser sec, celui d'un frère, sous le front de l'autre. Et enfin il l'accueillait alors, un frère, un petit frère.

”Comme quoi, les miracles ont pas toujours une belle gueule, hein gamin? T'avais le droit de survivre, c'est bien....”

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
EWOK SAUVAGE
Avatar : Chris Pratt
Messages : 45
Date d'inscription : 21/07/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Lun 23 Oct - 9:27    

Il n'était pas mort. Les mots, prononcés par une personne qui avait encore une autorité naturelle sur lui, eurent un effet étrange sur Caïn. Il cligna des yeux, comme sous l'effet d'un coup, comme pour se réveiller d'un long sommeil. Il ne percevait aucun reproche derrière cette déclaration. D'autres étaient morts pourtant, alors que lui était encore là... Diarmuid le savait parfaitement, et il aurait pu l'insinuer pour lui en faire endosser la responsabilité. Et pourtant, le Dorstar n'avait pas l'impression que son but ait été de le faire culpabiliser... Ne le faisait-il pas assez bien tout seul d'ailleurs ?
Il avait presque hésité à revenir pour cette raison, rendu honteux, ou pire, de se tenir encore debout devant le général quand la femme qu'il avait aimé n'avait pu résisté comme lui à l'explosion qui avait bousculé son destin.

    - C'est ce que je veux, confirma Caïn, en éludant la réelle question. Bien sûr, il était revenu pour ça, mais il était assez sage pour savoir que les séquelles que lui avaient laissé son aventure solitaire n'étaient peut-être pas visibles. Il secoua la tête d'un air un peu désolé. Encore une fois, il ne pouvait pas donner à son supérieur ce qu'il attendait. Je me soumettrai à tous les tests qu'il faudra.


Connaissant bien le système, Caïn savait qu'il n'y échapperait de toute façon pas... Mais il tenait à traverser la procédure, non seulement pour rassurer ses compagnons, mais aussi pour en apprendre plus lui-même sur ses nouvelles compétences. Il avait perdu physiquement de la masse musculaire, mais il avait gagné en endurance... Sur ça, il ne s'inquiétait pas trop : il retrouverait avec de bons entrainements et une nourriture équilibrée sa condition d'avant. Ce qui le troublait vraiment était sa santé mentale... Avait-il supporté les tortures comme il le croyait, ou gardait-il des blessures psychologiques qui pourraient menacer son travail à la Résistance ?

Diarmuid souriait, prenant son interlocuteur par surprise. Depuis quand Caïn n'avait-il plus éprouvé cette expression sur son visage ? Il tenta de lui répondre maladroitement, par une grimace, puis une mimique timide étira ses lèvres. Il lui faisait confiance, encore, malgré le temps qui s'était écoulait. Et il n'avait aucun doute que ce sentiment était réciproque... Le Dorstar était de retour avec toute la bonne volonté dont il était encore capable, et cela avait requis une force qui compensait grandement le reste. La détermination qui se lisait dans ses prunelles n'était pas feinte, quoi qu'elle lui coûte.
Giskar l'attrapa par les épaules, d'une manière paternelle qui arracha presque un gémissement de douleur à Caïn, qui serra les dents. Il avait mal physiquement car son corps ne semblait qu'ecchymoses, souffrant de malnutrition et maltraitements. Mais il avait aussi mal au cœur, d'être accueilli ainsi, mieux qu'il n'avait pu l'espérer dans ses rêves les plus fous - les rares qui n'étaient pas des cauchemars.

    - Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que ce miracle ne soit pas vain, quelle que soit son apparence... Insista Caïn, en relâchant finalement la pression qui lui écrasait le dos. Giskar l'autorisait à reprendre son chemin dans la Résistance. M'aideras-tu encore ?


Il lui avait déjà demandé de traverser la distance pour le rejoindre, de payer sa liberté... Et il avait le culot d'exiger plus de son sauveur... Mais Caïn ne baissa pas son regard. Il lui rendrait ce qu'il lui donnait, multiplié par centaines, dès qu'il en aurait l'occasion.

_________________


The hardest part was being alone
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 229
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Mar 7 Nov - 16:42    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Les derniers mots de Caïn auraient pu le briser, lui, Diarmuid. Parce que le jeune homme le tutoyait à nouveau, parce qu'il espérait de lui qu'il fasse partir les nuages peut-être, le général ne savait pas. Ils en avaient eu des souvenirs ensemble, des engueulades aussi. Alors que la mort s'annonçait inéluctable, Caïn n'avait pas réclamé d'aide, rien, acceptant son destin, leur destin et aujourd'hui il était là, vivant quand même, alors seulement il suppliait.
L'univers était cruel, le resterait... En silence encore un peu, Diarmuid acquiesça. Il savait ses responsabilités, les prendraient, peu importe la fatigue, peu importe la douleur. Que le garçon là, dans ses bras, retrouve sa place parmi les vivants.

”Ne t'inquiète pas, gamin, tu n'es plus seul maintenant.”

Et tout au long des examens à subir, des épreuves pour retrouver sa place ou s'en construire une nouvelle, Diarmuid serait là, à ses côtés. Une action dont le général ne tirerait aucune récompense, peut-être même un plus grand mal pour ses propres cauchemars, mais l'homme s'en fichait bien. Dans la galaxie, il y avait des choses à faire contre tout, contre le chaos, la dictature, contre les monstres et la mort, et aider Caïn en faisait parti, peu importe que personne ne puisse voir, peu importe que personne ne puisse témoigner de leurs actes, les actes qui les rendaient différents des monstres.

”Tu vas continuer à souffrir, mais tu ne seras plus seul. Il faudra accepter de pleurer maintenant, pleurer et te laisser consoler. Peut-être que ce sera cela le plus difficile, je ne sais pas...”

Pas de recette miracle pour tout ce bourbier, hein? Pour sourire encore et vivre comme n'importe qui alors que l'on se sentait plus ombre qu'homme. Et puis l'espoir ne venait plus avec la même vitesse aussi, il était différent surtout, tout était différent. Apprendre à reconnaître les choses quand rien n'était jamais plus pareil, mais ça est-ce que les mots pouvaient seulement l'expliquer?
Leur coeur à tous les deux était là, brisé, et si chacun d'eux battait, quelle importance? Ils ne reconnaissaient les douleurs qu'à leurs intensités, et lorsque celles-ci étaient supportables, alors ils considéraient ces douleurs comme des sentiments heureux, fugaces.

”J'aurai aimé pouvoir venir te chercher avant.... Mais tu as fait du bon boulot là bas, de l'excellent boulot. Tu aurais eu le droit de disparaître, de vivre ta vie, ta vraie vie, toi plus que quiconque.... Pourtant tu reviens quand même pour te battre encore. A quoi est-ce que tu penses, petit, hein?”

Les jours à venir, les jours qui ne sont plus.

”A quoi tu penses, pour avoir comme ça plus de courage que nous tous?”

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
EWOK SAUVAGE
Avatar : Chris Pratt
Messages : 45
Date d'inscription : 21/07/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Mer 8 Nov - 6:41    

Ce n'était pas facile pour Caïn de s'autoriser à retrouver une proximité physique et mentale avec son ancien supérieur... Néanmoins, il pouvait sentir, désormais, combien il en avait eu besoin, après ces mois passés dans le désespoir de jamais revoir un contact chaud.
Après la torture de son corps par le Premier Ordre - qu'il soupçonnait d'être allée plus loin, d'une manière subtile et pernicieuse, sans le laisser paraître, pour mieux le briser - le Dorstar avait connu le pire châtiment moral : une solitude brute, et contradictoirement étouffante.
De tout cela, le pire était sans doute l'incertitude de l'avoir peut-être mérité... Il avait fini par se convaincre que le destin avait voulu le punir, pour une faute qu'il ne s'expliquait pas, mais s'appliquait à assumer, puisqu'il ne semblait pas avoir le choix, en accord avec ses propres valeurs, seuls vestiges de sa personnalité, qu'il avait souffert pour conserver, envers et contre tout.
Son père, soldat jusqu'aux tréfonds de son âme, aurait approuvé cette rigueur... Diarmuid, unique figure fraternelle qui subsistait à présent, le lui confirmait, d'une manière profonde et bouleversante.
Les épaules de Caïn se voûtèrent légèrement, comme s'il se soumettait enfin à ce poids qu'il se retrouvait à porter, écrasant, depuis trop longtemps. Giskar venait, symboliquement, de le décharger d'une partie de son fardeau... Et le reste, déjà, commençait à s'émietter par ce simple geste.

    - Tout ce que tu m'offres... Te l'es-tu déjà autorisé à toi-même ? Demanda Caïn, sa voix teintée du plus profond respect, parce que l'interrogation était incisive. Il savait en Diarmuid le reflet de sa force, et de ses souffrances... Eloignés, séparés, ils avaient pourtant traversés les mêmes abysses. Le Dorstar n'était pas sans ignorer, comme tous à la Résistance, à quel point Giskar avait été attaché à sa femme, quoi qu'il ait pu en montrer. La perdre avait du être une inimaginable blessure. Les pensées de Caïn se tournèrent vers l'image de Jade, instinctivement, comme une étrange comparaison. Je ne recherche plus la salvation, mes ambitions personnelles ont disparu depuis longtemps. Ma vie...


Comment dire qu'il n'avait plus d'espoir, et ne respirait que pour celui des autres, des causes auxquelles il croyait encore, malgré tout ?

    - Je veux que ma vie serve à en préserver d'autres... Pour rééquilibrer la balance de toutes celles qu'elle a coûté, ajouta-t-il, avec une référence évidente pour ceux qui avait disparu contre leur volonté, le jour de l'explosion. Courage, témérité, inconscience... La limite entre chaque n'a jamais été très claire parmi nos rangs, n'est-ce pas ?


Caïn eut un rictus amusé, mais presque triste. Giskar était bien placé pour confondre... Il fallait surement de toutes ces qualités pour trouver un équilibre propice à la victoire.

    - J'ai eu trop de temps pour penser, là-bas... Déclara-t-il finalement, pour aller plus loin dans la réflexion, et ne pas laisser croire à Diarmuid qu'il évitait sa question, par respect pour son autorité. Je suis revenu pour agir.


Il ne prenait pas le compliment, il n'y était pas encore prêt. Quand à formuler les raisons de sa décision, il en était incapable. Encore une fois, le parfum lointain de la Starwind, et de son passé envolé, vint chatouiller sa mémoire. Le faisait-il pour autre chose que pour ses convictions ? Y avait-il, enfouis dans son cœur, un soupçon qui l'avait guidé là contre toute logique ?

_________________


The hardest part was being alone
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 229
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Sam 11 Nov - 0:38    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Il les sentait un peu les peurs de Caïn, ses craintes et ses cauchemars. Diarmuid voyait les ombres au coin des yeux du jeune homme, il les imaginait elles, leur emprise, des griffes sur les épaules du cadet, des griffes pour le tirer à terre et qu'il ne se relève plus. Et le général savait son rôle: quand Cain n'aurait plus la force de se relever, ce serait alors à lui, Diarmuid, de s'agenouiller et de le porter....
La question du plus jeune possédait beaucoup de réponses et en même temps aucune. Diarmuid se souvenait des jours anciens et Caïn aussi peut-être, les plans à étudier encore et toujours, les cartes, les idées, les solutions, parce qu'à cette époque Giskar croyait encore aux solutions. Faire tout cela pendant que les autres s'amusaient, un poids comme un autre puisqu'après tout Diarmuid pouvait les conduire à leur mort. Après seulement, ils hurlaient, tous, ils combattaient avec rage et fureur, ils se jouaient des règles, les brisaient, et Diar ne se permettait cela que parce qu'il lui avait fallu les apprendre par coeur. Le poids des responsabilités....Il s'offrait, il leur offrait, que ce qu'il pouvait être certain de posséder. Parfois cela était beaucoup, parfois cela était trop peu.

”Je m'offre ce qu'il me faut pour continuer à servir la Résistance...Et je ne suis pas seul, aucun de nous ne l'est, ne le sera.”

Il pouvait être trop dur, trop sévère, quelques unes des recrues le lui reprochait assez souvent. Néanmoins, il ne voulait abandonner aucune d'entre elles....
Ecouter Caïn parler, c'était écouter un homme brisé. Il n'y avait rien à dire de plus que les mots du jeune homme, il n'y avait rien à en dire de moins également.

”Alors nous te ferons agir...”

Cela signifiait beaucoup de choses, le tuer encore une fois peut-être. Il avait tellement de sang sur les mains, Diarmuid, plus que le Premier Ordre? Il ne savait pas, il craignait la réponse. Il craignait les questions qu'il voulait poser lui aussi, pour le mal que cela ferait au plus jeune, pour les réponses qui lui, le déchireraient peut-être.

”Tu te souviens de tout?”

Sa voix était brisée soudain, vieillie, alors qu'il reprenait place dans le fauteuil. Parce que ses jambes ne supportaient plus le poids du monde soudain.

”Ce jour là je veux dire, tu t'en souviens? Pour moi tout est confus...”

Le visage de Shirakz...Sa silhouette de dos qui s'éloignait, une longue tresse brune pour lui battre le dos, il avait à peine pris le temps de la regarder.

”Me l'avez-vous dit? Lorsqu'on a découvert que le plan ne marcherait que si on activait la bombe tout de suite, m'avez-vous dit oui? J'ai...l'impression d'avoir tout imaginé. Je vous ai assassiné, ça n’enlèvera rien à mes fautes mais....”

Une inspiration, une question, la dernière, trouver comment la formuler, c'était cela le plus important.

”Caïn, est-ce que je vous ai trahi?”

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
EWOK SAUVAGE
Avatar : Chris Pratt
Messages : 45
Date d'inscription : 21/07/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Dim 19 Nov - 13:55    

Etaient-ils jamais seuls, étaient-ils jamais vraiment entourés ? Le sentiment de solitude ne partait pas forcément dans une foule, tout comme l'on pouvait errer et se sentir en présence d'un soutien indéfectible. Cain avait éprouvé les deux formes d'abandon, dans leurs plus cruelles formes... Il avait déjà été isolé, seul survivant attrapé vif, pour se retrouver aux mains du Premier Ordre, sans autre camarade pour partager sa douleur - il avait trouvé un certain réconfort à cette idée, à vrai dire. Puis il s'était convaincu de la mort de Jade, sa plus proche amie, et il avait ressenti un vide tel qu'il avait cru s'y perdre, et ne jamais pouvoir se relever.

    - Il faut bien choisir ses alliés... Se permit-il quand même de préciser, car il savait qu'il avait plus d'affinité avec certains que d'autres, malgré la loyauté de tout un chacun pour la cause. En effet, il savait la sélection assez dure pour ne pas laisser une chance à un traitre de s'infiltrer... Oui, ils se serraient les coudes dans leur combat. Mais personnellement, à un niveau plus intime, avaient-ils toujours le sentiment d'appartenir à une famille ? Ta présence est un immense réconfort, ajouta le Dorstar, avec sincérité.


D'entre tous, son supérieur était bien l'un des rares qui l'accompagnait quelles que soient ses épreuves, il en avait preuve à présent, et n'en doutait plus. Lui avoir pardonné l'échec de sa dernière mission après ces deux années, les avait brusquement rapproché plus qu'ils ne l'avaient été toutes les années qui avaient précédées même, peut-être.
Mais bien sur, il fallait en parler.

    - Oui, je me souviens de tout... Confirma Cain, avec un air sombre, qui n'avait rien de surfait. Les faits évoqués n'était bien entendu pas un souvenir facile, mais il en avait gardé toutes les traces, impeccablement nettes, car ressassées encore et encore, jour après jour, pour ne jamais être oubliées. Tu as fait ce que tu avais à faire... Personne n'a remis en question tes ordres ni douté du bien-fondé de tes décisions, pas une seconde.


Se tromper n'était pas une trahison... Et l'histoire ne disait pas si une autre solution aurait pu être aussi efficace. Il avait agit pour le bien de la cause et dans cette optique, le plan avait bien marché. Les hommes n'étaient que des dégâts collatéraux. En l'occurrence, ses relations personnelles auraient pu tous les trahir... Et Diarmuid avait choisi la voie du devoir.

    - Cette culpabilité, je la comprends et la partage, déclara dans un soupir l'homme qui sentait de nouveau le poids de ses épaules lui voûter le dos. Chacun a eu l'opportunité de changer le cours des choses... Une fraction de seconde pour déterminer notre destin.


Ils avaient tous eu le choix. En un instant, Cain avait pu évaluer dans les yeux de la femme du général qu'elle avait scellé sa vie en même temps que lui... Elle avait su, ils avaient approuvé silencieusement leur mort, sans connaître, pour le Dorstar, le véritable sort qui l'attendait.
S'il avait pu voir l'avenir, il aurait peut-être désobéi...

_________________


The hardest part was being alone
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 229
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    • Ven 24 Nov - 16:42    


Forgive and move on


Diarmuid & Caïn


Rien ne l'apaisait, ni les fantômes, ni les souvenirs. Pour un instant, le corps tout entier du général, bien que fort, bien que puissant, sembla comme prisonnier du fauteuil, brisé aussi. Cela arrivait, ces secondes, ces demi-secondes où apparaissaient les hommes et les femmes qu'ils étaient vraiment au fond, tous: des épaves. Et puis de nouveau il n'y eu plus que son dos droit, ses épaules carrées, ses mains puissantes aussi, là, simplement posées sur les accoudoirs sans les serrer pour autant. Il contrôlait, il se contrôlait.
Les mots n'étaient pas nécessaires, trop dangereux. Parce que Caïn n'avait pu lui apporter de réponse, lorsque Diarmuid lui demandait simplement si oui ou non tous avaient accepté de vive voix de mourir.
Cet instant T, l'homme s'en rappelait, sa propre voix à lui, froide, alors qu'il énonçait la situation, les possibilités. La possibilité.
Les conséquences.
Leurs pertes à tous.
Il n'avait pas donné l'ordre pour la bombe sans leur laisser un droit de réponse, de cela le général se souvenait. Ce qui lui importait, ce qui lui importait réellement était de savoir s'il avait écouté ces réponses.
Cela, même Caïn n'était pas capable de le lui dire.
Il faisait chaud dans le vaisseau, pas une chaleur étouffante, juste une température constante pour permettre aux corps un peu de repos.
Pour l'âme, comment faire?

”Va dormir tant que tu en as l'occasion, Caïn. Le voyage est encore long et une fois arrivé plus personne ne te lâchera.”

Lui-même se sentait las peut-être, il ne savait pas vraiment. Il avait envie d'alcool, d'amis et de philosophie. Qu'on lui dise à quoi ressemblait l'espoir aujourd'hui, quand de notion il devenait action concrète, personne ou objet. Qu'il en discute, qu'il en débatte comme si rien n'avait d'importance que les simples jeux d'esprit.

”Je te réveillerai, ne t'inquiète pas. Et si tu as peur de hurler dans ton sommeil, ici nous hurlons tous.”

La peur les rendait égaux, là encore une triste philosophie. Des amitiés pouvaient naître des peurs et des deuils, des amours aussi. Diarmuid releva la tête un poeu, regarda Caïn, grand gaillard avec des cicatrices sur le corps certainement, sa silhouette était celle d'un adulte, d'un homme. Tant de fois ils l'avaient chambré en l'appelant “gamin”, comme si cela était la chose la plus importante au monde il y a cinq ans. Peut-être était-ce encore le cas?
Il avait du vivre seul, coupé de tout.

”Et puis merde, en fait viens....”

Le général ne lui laissa pas le choix, se relevant lui, et l'attrapant par le bras. Il faisait cependant attention à ne pas serrer, ne pas blesser, bien qu'il tint Caïn, l'empêchant de partir, le geste devenait alors celui d'un simple toucher.
Il y avait un canapé, plus loin que les fauteuils. Diarmuid y prit place, obligeant Caïn à faire de même, ne le traitant pas comme un adulte, plutôt comme un môme avec toute la tendresse que cela demandait.
Parce que les mômes, on les protège, les mômes, s'ils ont des cauchemars, on combat les monstres pour eux et que Caïn, adulte, n'avait aucune arme pour combattre les siens.

”Tu peux ronfler, je m'en fous, du moment que tu dors. Je vais pas bouger, pas lâcher ta main. “

La main qu'il tenait, quand, de son bras libre, il obligeait l'autre homme à poser la tête contre lui, là, sur son épaule.

”Tu connais les règles, Caïn, pour les missions et les engueulades, je suis ton supérieur, mais pour les moments les plus sombres je suis ton père et ton frère tout à la fois. C'était comme ça avant, ça l'est encore maintenant, gamin...ça l'est encore.”


Spoiler:
 

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message Re: Forgive and move on - Diarmuid & Caïn    •    

Revenir en haut Aller en bas
 
Forgive and move on - Diarmuid & Caïn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calls on U.S., IMF to forgive debt
» MOVE SON NAN MIZIK LA
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» please, please forgive me, cléa.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAY THE FORCE :: The Past :: The Galaxy :: Bordure extérieure et mondes inconnus-
Sauter vers: