Topsitestop1top2top3



 

Partagez | 
 

 La Mort sur le Dancefloor (Thrace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :

1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure



Messages : 1057
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Jeu 24 Aoû - 18:53    

Merchi !

Fit Jill, qui n’avait pas totalement oublié sa politesse dans l’alcool. Enfin, ça n’était pas vraiment une question de politesse, parce qu’elle n’aimait pas vraiment les conventions et l’étiquette. Mais remercier les gens c’était différent. C’était juste être décent avec eux et ne pas les traiter comme des larbins, quoi. C’était juste du respect. Et elle se sentait beaucoup plus légère maintenant que ses troubles étaient derrière elle.
Au moins, elles avaient à boire maintenant.

Ouah, j’ai passé ce niveau là depuis longtemps.

Commenta la Mandalorienne en hochant la tête, toute sourire, à Thrace. Elle avait pu constater à son arrivée que Jill était déjà en train de danser à sa façon sur la piste. Elle avait vidé plus d’un shot. Huit pour être précis. Le quota pour commencer à danser sous le regard médusé des autres clients.
Et pour le coup, elle avait bien envie de voir la chiss danser. Et pourquoi pas de danser avec elle, tiens ! Son sourire s’était un petit peu élargi à cette idée. Elle essayait d’imaginer la scène.

J’te paierais les deux suivants, alors ?

Elle voulait voir ça, elle voulait y être ! Et puis elles pourraient sortir après ? Ou bien elle avait une petite idée derrière la tête.

Ou bien !” Commença la guerrière en levant l’index, comme pour arrêter le temps et récolter l’attention de son interlocutrice. Elle avait déjà son attention depuis le début, mais on était jamais trop sure. “Ou bien… On va à ta navette, et on danse dans ta navette. Parce que la piste ici elle sent un peu l’aisselle de hutt, tu vois. J’ai très envie de taguer des trucs aussi.

Peut-être que Thrace ne voyait pas. Rares étaient ceux qui avaient pu sentir l’aisselle d’un hutt. Si l’image était repoussante, l’odeur l’était au moins trois fois plus. Les limaces galactiques prétendaient que c’était l’un de leurs atouts séduction. La Mandalorienne avait émis des doutes à ce propos, mais les avait gardé pour elle. D’ailleurs, elle ne détailla pas non plus les circonstances dans lesquelles elle aurait pu sentir un tel fumet.

Jill avait en tout cas fini son plat. L’assiette était comme neuve, elle l’avait saucée avec un morceau de pain. Son estomac était donc potentiellement contenté. Sa boisson avait rejoint le repas dans son gosier.

Et puis jferais des gratouilles à Csairiv.

Bel argument que de flatter les écailles d’un lézard !
Avait-elle des holofilms ? Quelques uns. Fallait bien s’occuper quand elle voyageait à bord des vaisseaux de ses clients. Se tourner les pouces des heures durant ? Très peu pour elle. Du coup elle avait un petit bloc de données rempli de bêtises. Beaucoup de nanars, quelques bons films, beaucoup de bêtises. Il y avait de la musique aussi ! Mais cette fois, que de la musique qu’elle appréciait.
Maintenant, Jill sautillait sur son tabouret. Elle avait hâte de bouger. Elle avait aussi très envie de faire pipi.

Dis, je reviens dans une minute, comme ça t’as même le temps de réfléchir si on reste un peu ou si on part !

Elle lui tira la langue, comme si le hasard était étrangement bien fait et que ce moment de réflexion était une aubaine.
Enfin. Jill filait vers son destin (les WC), et revint dans le temps imparti (à peu près, il y avait quelqu’un qui attendait avant elle. Et parce que l'armure rendait l'opération vite compliquée.).

_________________

Mandalore the Délinquante Hippie
mandalore the artist

  |  

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1600
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Mer 20 Sep - 22:49    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

En vérité, Thrace aimait bien danser. La danse, la musique, les arts en général faisaient partie intégrante de la culture chiss, élevés au même niveau d’importance que les sciences. Thrace n’y échappait pas et ne se privait pas de cultiver ses souvenirs de danse quand elle en avait l’occasion. Seule, généralement, sous le seul regard de son ysalamir. Danser en public c’était autre chose, les réceptions du Premier Ordre avaient cette dimension politique et oppressante : hors de question de se livrer aux pas de danse qu’elle aimait tant, celles de son peuple. Le regard de Thrace s’attarda sur Jill, se demandant si la mandalorienne pourrait être intéressée si elle lui proposait de lui enseigner les danses de chez elle. Bien sûr, si elles restaient ici, ce serait impossible. S’il y avait un endroit où Thrace aimait moins danser que dans une réception officielle, c’était bien entourée d’une bande de malandrins malodorants éméchés de cantina. Comme pour venir confirmer les pensées de Thrace, Jill fit d’ailleurs un commentaire sur le parfum ambiant de la piste de danse. La Chiss pouffa de rire dans son verre.
- Je n’veux pas savoir comment tu en connais si long sur les aisselles de Hutt. Dit-elle en fronçant le nez d’un air volontairement dégoûté, avant de retrouver un sourire. Ma navette sent le thé et le reptile, si tu penses pouvoir survivre.

Vu que la perspective d’affronter Csairiv éveillait moins la crainte qu’un projet de gratouille, il semblait que Jill se sentait partante pour la navette de Thrace. Cette dernière en était un peu rassurée, au fond. Elle n’avait pas prévu de passer toute la soirée dans la Cantina : même si elle avait été prête à changer ses plans aux vues des circonstances, la Chiss avait toujours une préférence pour les environnements calmes et les discussions en tête à tête. Avant leur départ, car Thrace avait déjà plus ou moins décidé où allait sa préférence surtout si Jill était partante pour bouger, cette dernière commença par bouger dans un endroit où elle se devait d’aller seule.
- Bon courage. Répliqua la Chiss amusée qui avait bien compris la raison de ce soudain départ. Ainsi que ses implications. Thrace avait déjà porté plus d’une armure ou autre tenue contraignante dans sa vie, certes, pas mandalorienne, mais qui l’avait bien sensibilisée à combien la simple action d’aller se soulager pouvait devenir une aventure.

Elle termina son verre et en profita pour régler la note avant que Jill ne réapparaisse. Pas question de négocier sur qui invitait qui, c’était l’anniversaire de Jill. Cette dernière revenait, d’ailleurs. Thrace lui adressa un sourire.
- Csairiv a appelé. Il veut qu’on rentre s’occuper de lui. Plaisanta Thrace. Je crains que nous n’ayons plus le choix.
C’était une manière comme une autre de donner le résultat de ses délibérations.
La navette de Thrace n’était pas bien loin. Neutre et d’un modèle très peu rependu, pourtant inspiré de vieux modèles d’espionnage impérial, il ressemblait de par ses formes courbes à un appareil nubien. Enfin, son harmonie s’arrêtait à l’extérieur, car à l’intérieur c’était un certain désordre qui régnait dans la pièce de vie. Thrace ne prit même pas la peine de déclarer un traditionnel “désolée pour le rangement”, Jill était bien la dernière personne à qui elle essayerait de faire croire quelque chose qu’elle n’était pas.

Depuis ses voyages sur Naboo, avant la bombe, Thrace bricolait sur des vieilles pièces des forces séparatistes des guerres cloniques. Durant ses vols il lui arrivait souvent d’arpenter les coursives entre l’atelier et le cockpit, semant pièces et outils sur la route. Il y avait aussi quelques tenues civiles abandonnées sur la table, quelques pièces d’armure qu’elle essayait d’améliorer, des hololivres et des peaux mortes de la dernière mue de Csairiv. Les seules choses qui étaient drastiquement rangées et sous clef, naturellement, c’était tout ce qui concernait le Premier Ordre.
- Fait comme chez toi. Je vais voir où est la bête. Dit-elle en allant à la recherche de l’ysalamir, qu’elle trouva roulé en boule sur son lit. Un endroit où, naturellement, il n’avait pas le droit d’aller.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :

1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure



Messages : 1057
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Jeu 21 Sep - 21:17    

Ce fut toute sourire et le corps un peu plus léger que Jill revint au comptoir où sa grande amie chiss l’attendait. Le corps léger parce qu’elle avait bien bu, et qu’un petit tour pour se rafraîchir et effectuer quelques autres tâches complexes lui avait fait le plus grand bien. Elle était toujours aussi alcoolisée, mais avait l’impression d’avoir l’esprit clair ! Ca n’était qu’une impression, hélas. D’ailleurs, ce fut sur un pas dansant qu’elle arriva à son niveau.

Me revoilà, fraîche comme un behot !

Ou plutôt comme le tihaar de la veille. Et son accent Mandalorien n’avait jamais été aussi audible. Il le serait probablement pour le reste de la nuit.
Elle posa un regard enjoué sur Thrace, et eut quelques étoiles dans les yeux à l’idée de bouger un peu, d’aller dans son nid et de papouiller un gros lézard. Voilà un plan de soirée royal. Elle avait déjà hâte d’y être. La note était réglée, et elle était prête à fendre la foule, casque sous le coude, pour suivre la bleue demoiselle.

Si ça c’est pas un coup de la Force. J’espère que c’est un bon DJ, parce qu’on a pas fini de faire la fête !

Jill eut tout le loisir de prendre l’air une fois là dehors. Le niveau sonore n’avait rien à voir. Elle avait simplement et sagement suivi Thrace, parfois d’un pas dansant, parfois fredonnant, parfois résistant à l’urgente envie de taguer un mur. Elle ne savait pas trop d’où venait le sentiment d’euphorie qui l’amenait à se sentir si bien ce soir. Elle tablait en majeure partie sur les retrouvailles et la réconciliation avec Thrace. Le fait que ça se produise le jour de son anniversaire, aussi. Et puis, d’autres petites choses : Une belle course, de bonnes boissons… Voilà, Jill avait l’esprit en fête.
Et l’intérieur de la navette de son amie semblait avoir l’esprit en fête aussi.
La Mandalorienne, curieuse comme pas deux, jetait des regards un peu partout, détaillait et s’efforçait de ne pas tripoter tout ce qui lui passait sous le nez.

Hé c’est pas difficile de faire comme chez moi, ça y ressemble.

Lâcha la petite brune, commentant gentiment l’ordre relatif des lieux. Elle ne jetait pas la pierre. Elle même n’avait pas encore de vaisseau, et les endroits où elle s’installait étaient rarements immaculés. Jamais, en fait.
Ici, elle n’avait que quelques unes de ses affaires réparties dans des pochettes qu’elle portait sur son armure. Elle avait même son doudou, mais ça, c’était un secret pour le moment. Pour combien de temps ?

J’me change, j’arrive.

Cette phrase n’était pas anodine pour une Mandalorienne. Son amie savait certainement à quel point Jill devait se sentir à l’aise et en confiance, si elle décidait d’ôter son armure.
Non seulement c’était le cas, elle se sentait comme un poisson dans l’eau, mais en plus, elle préférait éviter à sa camarade de se heurter à des plaques d’armures si elles se mettaient à danser. Entre autres raisons.
Bien sur, elle connaissait son armure comme personne. Tout était automatisme dans ses gestes, lorsqu’elle déclipsait méthodiquement des attaches les unes après les autres pour laisser les plaques de beskar et les tissus protecteurs ou épais en un tas informe. Elle n’avait plus que ses bottes, le bas de sa combinaison dont elle avait noué les manches autour de sa taille, et un débardeur noir qui ne pesait rien comparé à son armure.
A ce niveau, elle n’était même plus certaine que Thrace la reconnaîtrait ! Enfin, y pensait-elle vraiment ? Elle pointa le bout de son nez dans la chambre, où elle aperçut le reptile beaucoup trop mignon, qui semblait prétendre au lit comme résidence principale.

Kandosii ! Il est trop chou, je peux le papouiller, hein ?

Elle ne s’était pas gênée pour s’asseoir sur le lit et gratouiller la base du cou du bestiau sans attendre la réponse. Tous les animaux aimaient se faire gratouiller à cet endroit là, non ? C’était sa théorie. Le problème, c’était avec les animaux qui avaient un très long cou : Fallait-il gratter l’arrière de la tête, ou la base du cou, ou bien au milieu du cou ?
D’ailleurs, la question lui posait trop souci pour qu’elle reste silencieuse :

Dis. Mettons je veux gratouiller un serpent. C’est à quel endroit la base de son cou ? Tu sais, j’arrive pas à dormir quand j’ai pas de réponses à des questions importantes.

Et elle avait tenté de prendre son air le plus sérieux pour demander ça.
Mais elles avaient encore tellement de choses à faire ! Et la nuit était si courte. Et la matinée après tant d’alcool serait si longue...

Alors, on fait quoi ? On danse, on mate un holofilm ? J’peux aller chercher des trucs à manger et à boire si tu m’dis où c’est. Ou bien tu le fais et je surveille Csairiv. - Elle lança un regard suspicieux au lézard, en plissant les yeux comme s’il avait braqué une banque. - Moi j’veux bien t’voir danser.

Finit-elle avec un adorable sourire. Elle ne blaguait pas ! Elle n’avait jamais vu Thrace danser, et exprimait de la curiosité à ce sujet. Elle avait bien le droit de reposer ses yeux après les néons de la cantina, non ?
Elle avait profité de l’instant pour sortir une petite peluche ratatinée de Gizka qu’elle trimballait partout avec elle, et la poser sous le nez de l’ysalamir. Pour étudier sa réaction face à son animal de compagnie fictif.

_________________

Mandalore the Délinquante Hippie
mandalore the artist

  |  

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1600
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Sam 23 Sep - 21:56    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

- Il n’a aucun droit sur ces lieux surtout oui, ce Hsiroriv. Bougonna la Chiss qui cherchait par quel angle attraper la bête sans lui faire mal. Bien sûr, l’ysalamir adulte était bien moins fragile qu'un juvénile, mais ses griffes restaient fines et sa principale source alimentaire. Si ce petit con les avait plantés dans la couette, Thrace allait bien s’amuser pour le déloger. Il ne le mérite pas, mais vas-y.
Thrace détourna le regard de l’ysalamir pour le poser sur la mandalorienne. Ce n’était pas anodin que Jill ai retiré son armure en sa présence, c’était réellement une page qui se tournait sur cette période de froid entre elles : Jill était ouvertement en confiance face à Thrace et Thrace connaissait bien assez les codes mandaloriens pour le voir.
- Je dois admettre que je n’ai aucune expertise avec les serpents. Dit Thrace en s'asseyant à son tour sur le lit avec un sourire amusé. Les questions existentielles de Jill étaient toujours inattendues et étonnement pertinentes, à leur manière. En revanche, pour celui-là, il aime tout particulièrement les gratouilles ici. Elle indiqua l’arrière de la base de ses oreilles. Et ici, surtout.
Cette fois, elle passa sa main sous la bouche de l’animal en s’attardant sur l’angle de l’os de sa mâchoire. Csairiv ferma paresseusement ses quatre yeux et poussa un petit grognement de contentement. Si ce dernier avait tourné la tête d’un air un peu inquiet en entendant Jill s’approcher, il semblait clair qu’il l’avait à présent classifiée dans les présences amicales et ne montrait plus le moindre signe de nervosité. Thrace, en revanche, releva la tête devant la nouvelle avalanche de question à son égard. Danse, holofilm, manger…
- Parce que tu crois que je vais danser seule ? Dit-elle d’un ton innocent.
La question restait entière mais pour le moment Csairiv offrait une distraction face à la peluche que Jill venait de sortir. Par toutes les étoiles, c’est beaucoup trop mignon pour moi. et Attend... elle s’installe dans mon lit pour la nuit ? Furent à cet instant les seules pensées qui vinrent à Thrace qui préférait considérer ce dernier point plutôt que d’établir le planning de la soirée. Elle réalisa que son visage avait quelque peu gagné en chaleur et elle s’empressa de s'éloigner. De son côté, Csairiv donna un coup de langue à la peluche après l'avoir longuement flairée, puis reposa sa tête, dépité, ayant compris que ça ne se mangerait pas.
- Surveille-le bien oui, je vais chercher à boire.
Reprenons, Jill semblait avoir investi le lit de Thrace, ce qui n’était pas pour lui déplaire, juste, elle ne l’avait pas vu venir. Du tout. Et l’un des rares cas où Thrace ne voyait rien venir du tout de la part des autres c’était bien dans le domaine relationnel et affectif. Tu vas commencer par te calmer sur les extrapolations, déjà. Thrace était sortie de la chambre pour aller fouiller dans les réserves et se donner quelques secondes pour se remettre les idées en place. Tout ceci était ridicule, Jill était son amie et le fait qu’elle était présentement en train de l’inciter à danser, le tout depuis son lit, n’était qu’un pur hasard innocent et en aucun cas un de ces fameux messages cachés qui échappaient très souvent à la Chiss.
Et puis ça drague comment un mandalorien au juste ?
Elle repoussa ces questions de son esprit en revenant à son garde-manger et grimaça : elle n’avait pour ainsi dire que de l’eau, du thé et du rhum corellien. Elle prit cette dernière bouteille, certes, ce n’était pas un mauvais rhum, loin de là, mais c’était assez peu original…
- Rhum, ça te va ? Sinon il faudra qu’on ressorte. Lança-t-elle dans la direction de la chambre.
Thrace posa la bouteille sur la petite table de la zone de vie et activa son lecteur de musique avant de chercher des verres. L’appareil était un vieux lecteur qu’elle avait bricolé de nombreuses fois pour capter des fréquences non officielles, juste par curiosité, aussi il fonctionnait parfois de manière aléatoire. Ce soir, il avait décidé de ne pas s’allumer, ce qui lui valut un coup ferme du plat de la main de Thrace, qui le décida à faire son travail. Il grésilla un instant avant de diffuser un rythme bien agréable, surement du Quenk jazz ou une variante assez proche, c’était en tout cas assez entrainant pour que Thrace commence à en battre la mesure de sa main libre tout en servant les verres. Elle revint vers la chambre et resta dans l’embrasure en croisant les bras, le tout ponctué d’un petit sourire.
- Et si tu veux me voir danser il faudra sortir de ma chambre, le lecteur ne porte pas jusque-là. Elle ajouta avec une grimace. C’est déjà un miracle que ce truc fonctionne encore. Imagine que j’ai commencé à le bricoler quand j’étais gamine, pour essayer de capter les fréquences des mondes du noyau.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :

1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure



Messages : 1057
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Dim 24 Sep - 16:24    

Que Csairiv mérite ou non des gratouilles, c’était une question intéressante, mais dont la réponse n’intéressait guère Jill. Parce que c’était trop tard, elle papouillait la créature, et prenait les conseils de son amie pour les appliquer au mieux.
Elle qui prenait facilement ses aises, c’était pire encore avec l’alcool dans son système. Si on la laissait un peu trop longtemps sur ce lit, on la retrouverait probablement sous la couette sans demander l’avis de personne. Avec son doudou, et probablement aussi avec la propriétaire des lieux comme autre doudou. Et peut-être même le lézard. Heureusement, personne n’avait prévu de la laisser sans surveillance trop longtemps. Exactement comme l’ysalamir, en fait. Si on ne gardait pas un oeil sur la Mandalorienne, on la retrouvait en boule sur son lit.

On va danser. Toutes les deux ! De toute façon je serais surement la plus ridicule. Sauf si Csairiv danse aussi.

Elle avait affirmé ça haut et fort, et ne pouvait plus se défiler ! Puis avait jeté un oeil au lézard, auquel elle avait présenté sa petite mascotte gizka.
Avant le retour de Thrace, Jill avait décidé de jouer sur la mise en scène des lieux. Elle avait posé son casque à la tête du lit, et sa peluche au dessus. Est-ce qu’elle en faisait trop ? Non, si on lui avait laissé cinq minutes de plus, elle aurait mis l’intégralité de son armure sous la couverture pour faire croire à une Jill qui dormait déjà. On n’y aurait certainement pas cru, mais elle se serait bien amusée.

Le temps que la Chiss ne soit de retour, l’ysalamir avait fait une translation latérale probablement assistée et reposait sur les genoux d’une Mandalorienne à l’air innocent. Elle hocha la tête, ravie.

Ca m’va ! J’bouge plus, moi.

En tout cas, pas hors de cette navette. Avait-elle fait, avec un clin d’oeil, avant de reposer le lézard “à sa place”. Elle était bien trop heureuse avec Thrace, dans cette navette, à être libre d’être elle-même, plutôt qu’à faire semblant d’être sobre dans une épicerie du coin pour acheter des bouteilles.
Dans son état, elle avait un petit peu de mal à ajouter deux et deux, mais elle avait l’impression d’apprécier Thrace encore plus qu’avant leurs embrouilles personnelles. Est-ce qu’elle lui plaisait ? Est-ce que c’était ça ? Oui, elle lui plaisait bien, disait une petite, dans un coin de sa tête.
Pourtant, même dans son état, elle était bien incapable de lui dire quoi que ce soit à ce sujet : Ce domaine était un grand mystère pour elle. Un vaste inconnu face auquel elle se contenta de pencher la tête, en détaillant la Chiss.

Oh euh ouais. J’te suis. On va danser.

Et quand elle disait qu’elle la suivait, elle voulait plutôt dire “je t’attrape par le bras avec entrain et je suis la provenance du son”. Evidemment, avant de danser sur la musique entraînante, elle s’était penchée sur l’appareil qui l’émettait. Tout en se dandinant en rythme. Elle aimait bien cette chanson là.

C’est classe ! Et t’arrivais à capter des trucs ? J’ai des radios de vaisseaux en rab si tu veux bricoler des trucs avec.

Elle avait bu une gorgée de rhum, qui effectivement n’était pas mauvais du tout. Puis sans patienter plus, elle avait fait volte face pour prendre une main de Thrace et la faire tourner sur elle même.

Tion’gar nari redalur ni ?

Tu vas me faire danser ? Demanda la Mandalorienne à sa partenaire. Jill était curieuse de voir comment Thrace dansait, et avait bien envie d’apprendre elle-même. Elle n’y connaissait pas grand chose, sinon quelques mouvements guerriers typiquement Mandaloriens.

Nous on fait plutôt des chorégraphies en tapant sur nos plaques d’armure. C’est pas trop l’apogée du fun, tu vois.

Là, ça promettait autre chose. En tout cas, comme chez ses frères et soeurs, Jill se sentait en sécurité et libre. Elle comptait en profiter, probablement jusqu’à tomber d’épuisement, ou jusqu’à ce que Thrace ne la force à s’asseoir !

_________________

Mandalore the Délinquante Hippie
mandalore the artist

  |  

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1600
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Mer 27 Sep - 22:05    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

Jill s’était approprié les lieux d’une manière qui aurait sûrement dû irriter la Chiss, mais qui pour une raison qu’elle comprenait encore mal, ça lui donnait la sensation qu’elle avait parfaitement sa place ici. Et Thrace était plutôt du type territorial sur ses quartiers privés. A l’instar de sa maîtresse, Csairiv semblait lui aussi parfaitement s’adapter à la nouvelle arrivante et avait même daigné se voir déplacé sur des genoux encore inconnu sans rechigner. Il aurait sans doute bien plus protesté en étant remis en place mais son état de semi-somnolence sauva la mandalorienne d’un agrippage en règle d’un ysalamir trop collant.
Thrace, quant à elle, observait avec amusement Jill examiner son bricolage sur ce vieux poste tout en suivant la musique. Thrace en était encore seulement à battre la mesure en hochant la tête, son verre à la main.
- Oh, quelques trucs. Je ne comprenais pas encore bien le basic à l’époque, ça me faisait m'entrainer. Elle haussa un sourcils et inclina la tête. C’est une invitation chez toi ?
Parlant d’invitation, elle ne pourrait clairement plus échapper à la danse à présent. La musique et la situation s’y prêtaient bien, après tout. Thrace eut un sourire amusé quand Jill lui décrivit la manière mandalorienne de danser. Ça avait l'air plutôt fun à vrai dire. Après une brève hésitation, Thrace se décida à se débarrasser de sa veste : il faisait frais dans son vaisseau, c’était la température qu’elle aimait, mais s’il était question de danser elle se connaissait assez pour savoir qu’elle ne tarderait pas à souffrir de la chaleur si elle conservait ce vêtement. Contrairement à la veste, le débardeur qu’elle portait en-dessous ne suffisait plus à camoufler les cicatrices. Thrace ne cherchait pas particulièrement à le cacher : souvent le rapport de force et la hiérarchie la protégeait de toute question auxquelles elle ne voulait ni répondre, ni penser. Mais Jill n’était pas sa subordonnée, c’était son amie et si Thrace savait bien qu’elle finirait par le voir, ça ne l'empêchait pas d’avoir tenté de retarder un peu ce moment. Néanmoins, elle tacha de garder un air parfaitement naturel et tendit une main vers Jill.
- K’olar. Dit-elle dans un sourire avant de prendre sa main et l’attirer avec douceur, avant de se décider à suivre la musique pour de bon.
En général quand il était question de danser, les circonstances imposaient presque toujours des valses ; ce qui convenait à Thrace mais c’était loin d’être les seules danses qu’elle affectionnait. Vue la musique, les circonstances et l’alcool dont elles disposaient, c’est tout naturellement que Thrace entraina Jill dans une danse corellienne bien rythmée. Normalement elle était bien plus complexe et technique mais Thrace n’en était pas à ce niveau de connaissance, elle se rappelait juste de ce qu’elle avait pu voir lors d’un séjour sur Corellia. Par ailleurs, l’exactitude n’était pas la priorité et bientôt la Chiss se retrouva à improviser sans plus se poser de questions, savourant juste ce moment avec Jill. Qu’il était bon de danser avec une personne qu'on appréciait et à qui on faisait confiance, dans un cadre détendu et sans contrainte ni jugement. La dernière fois que Thrace avait dansé, c’était à cette réception masquée où elle s’était retrouvée au bras d’un général de la Résistance, cernés par des gens plus dangereux encore : de la noblesse, des politiques, des gens qui se réunissaient pour entretenir l’illusion de diriger la galaxie. Quel plaisir à la musique et la danse, dans ces conditions ?
- Peut-être qu’un jour je pourrais t’apprendre les danses de chez moi. Suggéra-t-elle entre deux pas.  Enfin, si tu en as envie.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :

1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure



Messages : 1057
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Jeu 28 Sep - 15:58    

Une invitation ? Est-ce que Jill avait proposé à Thrace de venir errer dans son petit garage désordonné sous prétexte de fouiner dans des technologies de tous âges et de toutes origines ? Oui, maintenant qu’elle le relevait, c’était un prétexte plus qu’acceptable pour avoir l’honneur de la présence Chiss à ses côtés. Ca aurait pu être pire, elle aurait pu lui demander de venir pour rien ! Est-ce que c’était pire, d’ailleurs ? La Mandalorienne n’en avait aucune idée.
Elle était dans la situation de l’étudiant qui était invité à aller réviser chez quelqu’un d’autre, mais sans savoir si c’était pour travailler pour de vrai ou pour couvrir d’autres activités.
Alors elle sourit, parce qu’elle se sentait en partie percée à jour. Et que c’était amusant.

C’est une invitation. Tu sais, si tu passes sur la Station, mon nid est tout près des docks.

Semblait qu’elle n’était pas la seule à avoir chaud, ni à avoir prévu les conséquences d’une activité physique dans un futur très proche (la danse bien évidemment). Thrace lâchait sa veste, et ça n’était pas pour déplaire aux yeux bleus de Jill. Elle avait des cicatrices. Tous les combattants en avaient, et s’ils n’en avaient pas, ça n’allait pas tarder. De la même façon qu’elle ne repassait pas de peinture sur chaque éclat de son armure, ses cicatrices étaient des preuves de son vécu et de sa ténacité face aux difficultés. Elle n’avait aucun doute là dessus, ce que certains voyaient comme des traces disgracieuses étaient des preuves de force et d’humanité aux yeux de la Mandalorienne. Alors ses yeux glissaient sur sa peau sans s’y attarder : Il y avait une histoire pour tout, mais il y avait aussi un moment pour aborder le sujet. Le moment n’était pas venu.
Parce que c’était l’heure de danser !

S’il y avait une chose que Jill savait faire, en dehors de piloter, bricoler, peindre et trouver les ennuis… C’était s’amuser. Et danser en faisait partie. Par chance, elle avait déjà fait la fête sur Corellia et parvint à suivre les pas que lui proposait Thrace. Il semblait que les deux jeunes femmes avaient le rythme dans la peau, et pas le moindre souci pour accorder leurs violons. S’il y avait un faux pas, il était instantanément ponctué par un éclat de rire de la Mandalorienne, qui s’amusait de ses propres gestes embrouillés par l’alcool.
Elle se sentait bien, libre, heureuse, et elle ne pensait à rien. Un parfait anniversaire pour une jeune femme qui essayait d’éviter autant que possible les affres de la vie adulte. Pourquoi la vie n’était pas toujours aussi simple ?

J’veux tout apprendre !

Répondit Jill sans attendre. Elle s’intéressait à bien des cultures et à bien des formes d’art. La danse Chiss, comme beaucoup d’autres, pouvait lui ouvrir de nouvelles façons d’appréhender ses mouvements, de se servir de son corps. Si l’art paraît inutile dans un premier temps, il ouvre bien des portes à ceux qui savent le comprendre et le pratiquer.

Enfin, la musique sur le poste touchait à sa fin, et avant qu’une autre ne redémarrer, Jill attira doucement Thrace vers elle pour la serrer dans ses bras. Avaient-elles fait assez de câlins pour la soirée ? Visiblement, l’une jugeait que non. Elle cessa son étreinte avant que ça ne devienne gênant, et expliqua son geste en quelques mots.

Briikase gar olar. Surtout aujourd'hui.

Elle avait gardé ses mains dans les siennes, mais dut changer de sujet alors qu’elle sentait le rouge lui monter aux oreilles. Oui, elles n’allaient pas rester là sans rien faire à se regarder dans le blanc, ou le rouge, des yeux, hein ?
Jill cligna des yeux et passa à autre chose, maladroitement, comme elle savait si bien le faire.

Alors, on va se choisir un holofilm ?

Et elle ponctua avec un sourire radieux. Elle se voyait déjà avachie et blottie sur une surface moelleuse, probablement avec des biscuits, à somnoler devant un nanar. Sauf si Thrace choisissait un film captivant et très intéressant, bien sur ! Quoi que.

_________________

Mandalore the Délinquante Hippie
mandalore the artist

  |  

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1600
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Ven 6 Oct - 22:25    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

La musique s’acheva et avant que Thrace ne put réaliser, elle se trouvait dans les bras de Jill. Encore une fois, la mandalorienne avait eu la chiss par surprise. Ce n’était pourtant pas brusque mais comme souvent dans cette situation elle ne l’avait pas vu venir. Thrace resta un instant figée comme presque chaque fois que quelqu’un initiait un contact avec elle, le temps d’évaluer si elle l’acceptait ou non. Dans le cas présent, le doute ne resta pas et elle enserra bien vite son amie à son tour. La présence de Jill contre elle était aussi apaisante que celle d’un petit tooka, à présent qu’elles étaient en privés, Thrace ne se gênait pas pour témoigner son affection à son tour.

- Briikase mhi burc’ya tug’yc.

Elles s’étaient détachées mais les regards s’attardaient et les yeux de Thrace ne pouvaient rater la chaleur qui était montée au visage de Jill, qui arracha un sourire attendri à la chiss : ce type de variation sur le visage des humains était le signe évident d’une agitation émotionnelle importante. Et c’était elle qui était à l’origine de cette agitation. Comme pour reprendre contenance, Jill rappela le premier prétexte de sa présence ici et Thrace répondit d’un rire au grand sourire de la mando.

- J’allais dire “installe-toi” mais j’ai cru voir que c’était déjà chose faite. Ma réserve d’holofilm est dans la carte installée dans l’écran face à mon lit, je te laisse choisir le temps que je trouve quelque chose qui fasse office de dessert.

Elles sortaient de table mais Thrace avait surtout besoin d’un prétexte pour envoyer paître l’humaine quelques minutes. Dès qu’elle fut seule, elle fouilla son garde-manger et trouva ce qu’elle convoitait. Elle se rappelait bien qu’il lui restait un muffin au chocolat en stock. La deuxième phase du plan était un brin plus complexe mais elle avait souvenir d’une soirée surprise organisée par son escadron, des années auparavant. Cette soirée à l’occasion de laquelle elle avait découvert cette tradition humaine bien curieuse mais… oui ! Thrace retint une exclamation de victoire en trouvant dans un tiroir de son atelier un bâtonnet de cire parcouru d’une ficelle, qu’elle planta sur le muffin et dont elle enflamma le bout. C’est ainsi équipée qu’elle rejoignit Jill dans la chambre. C’était ainsi que les humains se souhaitaient un bon anniversaire, n’est-ce-pas ?

Quelques minutes plus tard, elles étaient installées et Thrace avait même fini par dévoiler elle aussi un petit secret, outre son sens artistique du rangement : une peluche de tooka bleu aux yeux rouge qui fut installé contre son collègue gizka. Le genre de secret qui pouvait mettre à mal toute sa réputation de redoutable chef de guerre du Premier Ordre, d’alien glaciale et sans cœur. Guerrière qui ne tarda pas à ne plus sentir son bras : A l'instar des deux peluches, la mandalorienne avait fini par tomber endormie, la tête sur le bras de Thrace. L'oreiller de fortune finit par s'endormi ainsi, sans oser bouger de crainte de la réveiller.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

Contenu sponsorisé

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    •    

Revenir en haut Aller en bas
 
La Mort sur le Dancefloor (Thrace)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAY THE FORCE :: In a galaxy far far away :: Bordure extérieure et mondes inconnus-
Sauter vers: