Topsitestop1top2top3



 

Partagez | 
 

 La Mort sur le Dancefloor (Thrace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :
1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure


Messages : 562
Date d'inscription : 22/05/2017

Message La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Jeu 25 Mai - 16:45    


Pas de barouderies aujourd’hui ! Pas de recherche de clients ennuyeux, pas de petit orteil cogné contre un compresseur à plasma, pas de doigt coincé dans l’engrenage d’un train d’atterrissage. C’était un jour pas comme les autres, que Jill avait désigné de façon tout à fait arbitraire comme son anniversaire.
Elle n’avait jamais été trop sure du jour de sa naissance, et sur Nar Shaddaa, on lui avait demandé de le choisir sur un panel de quelques jours assez approximatifs. Juste histoire de pouvoir montrer patte blanche sur divers registres galactiques.

Au programme : Gal, ori'skraan, riduur, yaim' dab'ika. Bière, bouffe, copains, et on rentre à la maison !
Enfin, la mandalorienne y avait ajouté un peu sa propre tambouille puisqu’elle avait commencé par se présenter au matin sur le circuit de fonceurs local. Elle avait prévu le coup et s’était inscrite en avance, avec une machine qu’un collègue lui prêtait. Et ce fut épique !
Dès le premier tour, un concurrent mal avisé avait molardé sur son casque. La vitesse avait bien fait partir le fluide visqueux, mais la mandalorienne avait une courte amorce, comme beaucoup de ses pairs. Elle s’était vengée à l’aide d’une habile queue de poisson envoyant l’adversaire dans les choux.
Au second tour, elle avait couru côte à côte avec un brave rodien qui essayait de hurler plus fort que les moteurs pour lui faire du rentre-dedans. Le plus surprenant dans tout ça, c’était probablement sa tenacité et l’habileté qu’il avait au volant pour discuter en pilotant. Finalement, la guerrière l’avait semé dans un virage en épingle. Elle ne l’avait pas laissé remonter jusqu’à elle, de peur qu’il ne continue à être un gros lourd en puissance.
Au troisième, le rodien s’était fait éjecter par un étrange alien qui ressemblait à un poulpe dans un bocal. Son speeder avait de l’allure, le pilote nettement moins. Ceci dit, son look n’entravait pas ses qualités de pilote, puisqu’il était parvenu à doubler Jill après les deux-tiers d’un tour au coude à coude. Et c’était le dernier.

Enfin, seconde, c’était pas si mal, non ? La mise de la pilote était tout à fait respectable, et c’était une façon digne de fêter son anniversaire de vingt-deux ans.
Elle était sortie de son véhicule en sueur, épuisée mais heureuse, au milieux des hurlements du public et des coureurs.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

La coquette somme récoltée pendant la course promettait d’être bien dépensée.
Dans la cantina locale.

Est-ce que Jill avait pris le temps de se doucher avant d’aller là bas ? Pas vraiment. Il fallait conserver un peu l’esprit fougueux de la presque-victoire, et aller vers la boisson avec l’allégresse de la course qui courait dans les veines ! Elle n’était pas là pour boire un sirop à l’eau en bord de terrasse. Elle était là pour faire la fête.

Elle débarqua dans une cantina bondée, où des alcools de toutes sortes coulaient à flots. La plupart des clients revenaient de la course et se posaient par grappes autour de petites tables, ou devant les holo-écrans pour vérifier les résultats et leurs gains aux paris. La guerrière de petit gabarit fendit la foule pour se retrouver au comptoir, où elle n’attendit pas pour imposer sa personne et se faire entendre.

Des shots de retsa, par ici ! Genre, huit. Huit, ça suffit. Vous avez des trucs à bouffer ?

Jill ne s’attendait surement pas à ce qu’on lui propose un gâteau d’anniversaire avec une jolie bougie plantée dessus. Tout au plus, des biscuits apéro, ça serait déjà pas mal. A priori, personne n’était arrivé dans son dos en hurlant “Surpriiiise !” en brandissant une pile de flatcakes. Il faudrait donc faire sans.

Un, ça fait du bien. Deux, c’est encore mieux. Trois, ça pique au fond de la gorge ! Mais la mandalorienne ne s’arrêtait pas là. Quelques autres buveurs assidus avaient commencé à l’encourager, tapant du poing en rythme sur le comptoir à mesure qu’elle vidait les shots.
Quatre, cinq, six, sept, huit !
Jill posa le dernier shot sur le zinc et leva les deux bras, victorieuse, puis se retourna vers l’espace où l’on dansait. Si vous rêviez de voir un Mandalorien danser avant de mourir, alors c’était gagné.

_________________

mandalore the artist

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?



Dernière édition par Jill Atin le Lun 26 Juin - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1457
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Lun 26 Juin - 16:48    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

Une permission, enfin. Thrace avait du mal à se rappeler à quand remontait sa dernière soirée de libre. Soirée complète, bien entendu, passer une heure au mess du vaisseau, tard après un service qui s’était éternisé était habituel, mais sa dernière sortie au sol qui dénué de tout but militaire, ça n’avait plus dû arriver depuis avant les funérailles de Solo sur Naboo. Bon, ce n’était pas des vacances non plus, juste une soirée, Thrace avait donc repoussé encore l'idée qui la taraudait d’aller passer quelques jours du côté de son monde natale et qui serait encore pour plus tard… Beaucoup plus tard. Un monde paumé de la bordure extérieur où elle pourrait changer d’air incognito ferait l’affaire, après quelques recherches elle décida qu’une course de fonceur serait une très belle manière de passer sa seule soirée hors de son vaisseau ou d'une base.
Dommage d’ailleurs, cette permission avait été annoncée bien trop tard pour qu’elle puisse s’inscrire comme pilote, même à la dernière seconde. Si elle avait déjà eu un véhicule, peut-être, mais ce n’était pas le cas. Etre spectatrice n’était pas aussi drôle mais là aussi, elle n’allait pas faire la fine bouche et dans la détente comme en stratégie il était nécessaire de savoir exploiter toutes les opportunités à son avantage.
C’est donc ainsi que la navette du Capitaine Thrace se posa un peu avant le début de la course et laissa sortir une Chiss en tenue civile, lunettes teintées sur le nez, veste corellienne et ses cheveux bleu-noir exceptionnellement détachés. C’était dans les détails qu’on se camouflait et les chiss étant assez peu connu : il était facile pour les autres espèces de mettre la ressemblance entre cette inconnue et une des figure de proue de l’invasion de Naboo sur le compte d’une méconnaissance de l’espèce. Encore fallait-ils qu'ils s'intéressent aux affaires galactiques, qui plus est.
Le simple fait de sortir un peu de son rôle militaire était déjà un véritable bol d’air, même dans une atmosphère bruyante et saturée en hydrocarbures. Thrace s’accorda quelques instants pour balayer les lieux du regard avant de se trouver un écran pour consulter la liste des pilotes. Un nom lui sauta immédiatement au regard. Jill Atin. Impossible de l’ignorer et même si la galaxie était vaste il ne devait pas y avoir cinquante mandalorienne pilotes répondant à ce nom-là. Une vielle connaissance ? Assurément. Une amie ? Peut-être, avant tout du moins. Avant que le sujet de leur vie professionnelle n’arrive sur le tapis d’une belle entente et que Thrace refusant de cacher la vérité à une personne qu’elle estimait lui avait dit clairement “Je travaille avec le Premier Ordre.” La nouvelle n’avait pas été facile à digérer, Thrace avait préféré lui laisser le temps. Le Premier Ordre, ce n’était pas l'organisation la plus appréciée de la galaxie et elle-même avait bien grincé des dents, des années auparavant, quand elle avait dû accepter que rejoindre l’armée de Thrawn signifiait accepter l’alliance avec cette mauvaise parodie d’Empire.
Curieux hasard qu’elles aient choisis le même coin aujourd’hui. Peut-être était-ce la Force. Thrace eut un sourire ironique à cette pensée et alla se commander un rafraichissement avant de s’installer en bout de salle, un peu écartée des gens pour se livrer à l'une de ses activité favorite : observer.
La course commença et Thrace ajouta une petite mise sur Jill, rien d’excessif, c’était juste pour dire de profiter du moment, soutenir aussi en quelques sortes la jeune humaine. En suivant la course, Thrace pianotait aussi dans son datapad ses anciens échanges avec l’humaine et haussa un sourcil en consultant les quelques données dont elle disposait : il y avait une date qui était remarquable : aujourd’hui, c’était l’anniversaire de Jill. Décidément…
La course était captivante à regarder et trois tours et deux verres plus tard, Thrace se prit au jeu en encourageant sa pilote sur le dernier tour, toujours plus stoïquement qu’une bonne partie de la population de la cantina mais sortant tout de même un peu de sa réserve. Jill avait fini deuxième, un beau résultat et somme toute une belle course.
Thrace revint à sa place. Il y avait cette atmosphère particulière dans les cantinas après une course : l’effervescence ne diminuait pas, les commentaires allait bon train, c’était une seconde course qui se jouait à présent : celle saupoudrée de l’interprétation des spectateurs. Là aussi c’était des détails que Thrace prenait plaisir à saisir : les manières infiniment distinctes dont chacun interprétait les faits, les avait vécu.
La Chiss songeait à ce qu’elle allait commander à manger et déchiffrait le menu en cherchant ce qui lui était le moins familier. Au terme de son inspection, elle remarqua seulement en relevant la tête que la cantina s’était encore un peu plus remplie. Parmi les nouveaux arrivés, il y avait Jill. Thrace n’était pas certaine qu’elle viendrait ici après la course, il y avait d’autre cantina, mais elle était là. L’heure était donc au choix : devait-elle provoquer la rencontre ? Se faire oublier ? Non, l’approche la plus avisée était de laisser la mandalorienne en décider. Thrace se rendit au bar, paya un verre en donnant ses instructions, puis elle retourna à sa place. Le serveur apporta son verre à la destinataire dansante et désigna l’endroit où se trouvait Thrace, cette dernière se contenta de retirer brièvement ses lunettes teintés, dévoilant à la mandalorienne son regard luminescent caractéristique.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :
1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure


Messages : 562
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Lun 26 Juin - 18:36    

Il ne manquait pas grand chose pour que cette soirée devienne une parfaite soirée d'anniversaire : Les vode, l'aliit. L'alcool, c'était fait. La bouffe, c'était prévu. L'action, c'était déjà passé. Mais la présence de bon copains manquait cruellement. C'était un peu récurrent dans la vie de Jill : Elle voyageait en solitaire, et ne s'attardait jamais très longtemps avec les gens qu'elle rencontrait. Elle sautait comme une puce d'un boulot à l'autre, d'une planète à l'autre, et c'était difficile pour entretenir des relations solides.

Enfin. L’alcool lui montait assez vite à la tête, la faute à sa carrure de crevette malgré son entraînement Mandalorien. On avait trouvé beaucoup de solutions pour gagner du poids, pour gagner en force physique, mais la vraie masse et les centimètres en plus, il n’y avait pas trop de solution. De toute façon, elle était venue pour ça. Si elle finissait par vomir à la sortir de la cantina, tant pis ! Tant qu’elle pouvait danser et que ça ne la prenait pas ici et maintenant.

Elle n’écoutait pas ce qu’il se disait autour d’elle. Les résultats du match, c’était déjà du passé ! Elle vivait dans le présent, et n’avait pas envie de se demander pourquoi elle avait été seconde et pas première. Enfin. Jill fut interrompue dans sa frénésie danseuse par quelqu’un qui lui tapotait discrètement l’épaule couverte d’une plaque d’armure.

Me’ven ?

Fit-elle en se retournant, et en découvrant un verre qu’elle n’avait pas demandé. Avait-elle des fans, maintenant ? Dans un coin de sa tête, elle espérait que c’était une fangirl, parce que les fanboys étaient pénibles avec leurs idoles féminines. Elle prit le verre sans rechigner, et tourna avec grande curiosité la tête vers la direction sagement pointée par le serveur. Et se figea quelques instants. On pouvait facilement imaginer les calcul en pagaille dans sa tête, les petits rouages qui s’activaient pour analyser la situation, et le processus de prise de décision qui démarrait lentement. Encore plus lentement après ses nombreux shots.

Thrace ! S’écria une petite voix dans la tête de la mando’ad. Si elle avait été sobre, Jill se serait certainement posé des dizaines de questions avant de bouger. Comme : Jill était-elle toujours en colère contre son amie ? Jill avait-elle envie de voir son amie ? De lui parler ? Jill était-elle capable de faire la paix ?
Au lieu de ça, elle remercia le serveur d’un hochement de tête et prit une démarche absolument assurée pour rejoindre la bleue. Elle avait failli glisser sur une perruque tombée au sol sur le trajet, mais sut reprendre contenance avant d’arriver là, au bar, à côté d’elle.

Est-ce que ça allait être awkward ?
Trop tard.
Elle renifla le verre qu’on lui avait offert, l’air de rien, laissant son nez de mando interpréter les arômes qui s’y trouvaient, et offrit un parfait sourire gêné à celle qui le lui avait offert.

Su’cuy.

C’était déjà ça ! Une salutation en bonne et due forme. Que demandait le peuple ?
Par quoi commencer ? Lui demander des nouvelles, ou attaquer le plat de résistance ? Ha, résistance, elle était bonne celle là. Tout ce qu’elle voulait, c’était essayer de rendre les choses un peu meilleures. Elle appréciait trop Thrace pour la perdre pour une bête histoire de factions. Elle s’était vexée en apprenant qu’elle travaillait pour le Premier Ordre, bien entendu, et avait boudé. Mais elle avait pris du recul. Elle estimait son amie, et elle lui manquait, alors pourquoi ne pas espérer qu’elle soit quelqu’un de bien, dans le fond ?
En somme : Elle ne devait pas sortir des vieilles répliques passives agressives, juste en parler… Clairement. Il y avait beaucoup de sujets qui méritaient d’être traitées. Comme ce qu’elle avait entendu à propos de Naboo. Exemple tout à fait choisi au hasard.

Quoi de neuf ? T’es en permission ?... - Elle passa une main dans ses cheveux pour les repousser en arrière. C’était dans le top trois des gestes qu’elle faisait à longueur de temps quand elle était nerveuse. - On peut discuter ? Sinon on fait la fête et on en parle pendant ma gueule de bois demain.

Jill se sentait capable de prendre son mal en patience, de juste profiter de ce qu’il lui manquait ce soir : Des amis. A moins qu’elle ne veuille en parler tout de suite, et que les choses soient clarifiées. Que la mandalorienne sache si elle faisait la gueule avec de bonnes raisons, ou si il y avait matière à nuancer. Elle demandait à être convaincue, voilà.
Elle posa ses deux coudes sur la table et but une gorgée de sa boisson inconnue avant de poser son adorable bouille imbibée d’alcool sur ses mains.

_________________

mandalore the artist

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1457
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Mer 12 Juil - 21:30    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

Elle l’avait vu et Thrace leva très légèrement son verre dans la direction de Jill, un sourire à peine marqué sur les lèvres. La chiss pouvait presque voir le traitement de l’information se faire dans le regard de la Mandalorienne. C’était certain qu’il devait être surprenant de la trouver là. Manifestement Thrace commençait à acquérir à son tour la capacité de son grand-père à surgir au moment où l’on s’y attendait le moins. Etais-ce donc là le secret de Thrawn ? Exploiter les situations mises en place par le hasard et agir comme si tout cela était parfaitement prémédité ? Cette idée l’amusait, en repensant à toutes les fois où il était apparu aux pires moments de ses méfaits d’enfance.
Face aux ennemis, la surprise était un outil tactique, face à une amie, c’était juste très amusant. Les secondes s’écoulèrent ainsi jusqu’à ce que Jill ne refasse surface et prenne une décision en s’approchant de Thrace. Cette dernière sentit un poids quitter ses épaules : l’hostilité ne semblait pas au goût du jour. La dernière fois, elles n’étaient pas parties en très bon termes.
- Su cuy’gar.
L’amitié. C’était une notion assez étrange dans la vie de Thrace. Elle côtoyait au quotidien beaucoup de gens pour qui elle avait un certain attachement : son équipage, elle avait une responsabilité envers eux, en leader elle était un peu attachée à chacun en cherchant à les connaitre. Ce n’était pas de l’amitié, il y avait toujours la distance, son grade jouait beaucoup et Thrace ne se laissait que peu apprivoiser. Mais il y avait des amis tout de même : son ancien escadron, ses collègues plus proche, sa famille… Peu de gens en dehors du Premier Ordre au final. Peu de gens chez les civils pouvaient comprendre une vie de guerrière et ce que cela pouvait impliquer au niveau relationnel et affectif. Jill était Mandalorienne, elle aussi était une guerrière, c’était peut-être ça qui avait su les lier, instinctivement. Aujourd’hui l’attachement était différent, elles se connaissaient et c'était pour bien d'autres raisons que Thrace avait fini par ressentir ce qu'elle qualifiait d'amitié pour l'Humaine. Au fond, Thrace savait qu’elle avait souffert du rejet de Jill. C’était ça aussi l’amitié : une faille, une vulnérabilité. Jamais elle n’influait dans ses actes ou ses décisions, son devoir imposait de savoir rester distante de ses sentiments, mais ils étaient bien là.
- Oui. J’avais envie de voir une course. Si j’avais eu ma permission avant, on aurait été adversaires.
La surprise aurait alors été différente et peut-être encore plus comique. Enfin, c’était déjà bien suffisant pour déstabiliser la jeune humaine et Thrace décida que ce n’était pas nécessaire d’en faire plus. Autant continuer à agir avec le plus grand naturel.
- On peut discuter, on peut boire, on peut danser. C’est toi qui décide. D’ailleurs… Briikase gote’tuur!
Thrace réalisa qu’elle ignorait quelle était la tradition mandalorienne sur les anniversaires. Les humains en général avaient tendance à s’offrir un présent à cette date ainsi que le partage d’une pâtisserie sucrée. Ici pas de pâtisseries mais elles avaient de quoi improviser une fête entre elles.
- J’aurais tendance à discuter d’abord et fêter ensuite, que rien n’entache les réjouissances. J’aurais bien mangé quelque chose aussi. Dit-elle en replongeant le nez sur le menu. Quelque chose de bien inconnu de préférence. Tu as déjà mangé ?

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :
1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure


Messages : 562
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Mer 12 Juil - 22:48    

Quelque part, Jill ressentait un vrai soulagement à l’idée de voir une amie ici, maintenant, à cette date précise.
Elle n’avait pas oublié la rancoeur qu’elle avait ressenti en apprenant que la Chiss était du Premier Ordre. Elle n’avait pas oublié non plus la façon dont elle avait tourné le dos à Thrace, avec une vilaine sensation de trahison qui avait froissé son coeur. Mais elle y avait réfléchi. Beaucoup, même. Elle avait retourné l’affaire dans tous les sens, sans jamais savoir comment mettre les choses au clair, comment essayer de retrouver son amie, ou comment faire pour ne plus avoir ce pincement dans la poitrine quand elle tombait sur l’un de ses anciens messages sur son datapad. Mais tout ça faisait aussi partie de ce qui rendait les sentiments plus forts. Des sortes d'épreuves à passer qui soit brisaient le lien définitivement, soit le renforçaient.

Et voilà, elle était là, et l’occasion se présentait.
Son accent n’avait pas changé. Elles avaient échangé quelques leçons linguistiques à un moment donné. Jill apprenait le Mandalorien à ceux qu’elle estimait comme ses pairs, tout comme ses parents le lui avaient appris dès son adoption. On ne naissait pas Mandalorien, on le devenait, et l’apprentissage de la langue faisait partie des rites de passage implicites à cette culture si spéciale.
Elle espérait que la course avait plu à la Chiss. La moindre des choses, c'était d'offrir du spectacle, à défaut de rafler la victoire.

T’aurais fini troisième, alors.

Répondit Jill sans détour, avec un sourire amusé. C’était plus fort qu’elle ! Cette course s’était terminée sur le fil, et elle aurait aimé se mesurer à la Chiss. Mais pas au point de s’imaginer perdre une place derrière elle, tout de même. Un peu de confiance en soi ne faisait jamais de mal, l'humour non plus.

La surprise de la découvrir ici, c’était une chose. Elle n’était pas encore sure d’en être tout à fait remise. La Force faisait assez étrangement les choses, dans cette galaxie. Elle laissait deviner, parfois, la silhouette d’un destin tout écrit. Elle déguisait ça en coïncidences qui venaient troubler l’histoire de la Galaxie. Bon, au moins l’histoire des deux concernées en ce jour spécial.
L’autre surprise, c’était la célébration. Jill s’attendait à beaucoup de choses, mais pas à ce qu’on lui souhaite ce genre de choses. A part son clan, personne ne s’en était jamais vraiment soucié, en fait. Elle-même aimait bien se réserver quelques activités choyées : Une course, un retour aux sources, un petit quelque chose qui l’éloignait du travail et de la routine. Quelque chose qui lui rappelait qu’elle était bien en vie.
Cette fois, l’étonnement put se lire sur son visage, grignottant quelques instants furtifs avant qu’elle ne se reprenne. En fait, elle était touchée. Aussi touchée que maladroite, d’ailleurs.

Oh, euh… Vor’e.

Une fois de plus, sa main vint touiller dans ses cheveux pour les garder en place. Ils étaient déjà en place, mais ces gestes là, elle ne les contrôlait pas.

On va discuter la bouche pleine, alors, parce que j’ai pas mangé.

Après toute cette action, et maintenant les émotions, Jill devait bien remplir ses bottes, comme on disait chez les Mandaloriens. Elle scruta simplement la carte et laissa son coeur pencher pour le menu qui indiquait une petite flamme à côté du nom. Elle avait commencé sa journée dans le feu de l’action, elle le finirait dans le feu d’un plat bien épicé.
Quand au sujet qu’elles devaient aborder… Pas facile. L’endroit n’était pas forcément le plus approprié non plus. Pourtant, il fallait s'y attaquer.

J’ai vu pas mal de trucs passer sur l’holonet, t’sais. J’aimerais bien… Savoir c’que tu fais là dedans, quoi. Enfin, pour me faire mon idée. Tu vois ? C’est un beau bordel et j’arrive pas à me dire que t’es… comme "ça", quoi.

Du recul, elle en avait pris. Tout n’était pas tout blanc ni tout noir. A ses yeux, le Premier Ordre représentait toujours une sorte de bloc de pierre incolore, inodore, dure et fade. Certains pouvaient être attirés par l’ordre et la clarté qui en émanait, mais Jill était simplement repoussée par cette idée. Elle avait peur de voir sa culture détruite au profit d’une autre aseptisée et pyramidale. Mais Thrace, qu’en pensait-elle ? Pour la Mandalorienne, elle avait un truc en plus, clairement. Et elle en voulait des preuves solides. Des preuves qui l’autoriseraient à ne pas gâcher son amitié, à ne pas se sentir trahie en lui adressant la parole.

Finalement, elle soupira et les mots sortirent d’eux mêmes, libérateurs, en mando’a. Rien n’était encore terminé, mais elle espérait sincèrement que tout allait rentrer dans l’ordre avant la fin de la soirée.

Tu m’as manqué.

_________________

mandalore the artist

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1457
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Dim 6 Aoû - 22:48    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

Jill réagit à la possibilité de s’opposer au pilotage en affirmant qu’elle aurait pu battre Thrace. Cette dernière hocha la tête.
- Très certainement. Admit Thrace avec un sourire.
Sourire presque immédiatement terni par une faible expression de douleur passagère. Sans ses blessures, peu de concurrents ici présents auraient eu la moindre chance face à elle. Elle avait été une pilote parmi les meilleurs de la galaxie, accomplissant chaque jour des prouesses. Aujourd’hui elle était fière si elle maîtrisait les manœuvres standards et son plaisir en vol se résumait au pilotage de sa navette.
Thrace se reprit : elle pouvait être fière en vérité, ce qui semblait si peu comparé au passé était déjà exceptionnel considérant ce qu’elle avait vécu. Cinq ans plus tard elle pouvait reprendre les commandes de sa Griffe, c’était un exploit. Elle devait apprécier le chemin parcouru sans se référer à ce qu’elle avait été.
Elle retrouva le sourire, se concentrant à son tour sur le menu. A l'instar de Jill, le choix de Thrace se porta sur un plat dont le logo semblait indiqué un plat bien relevé, ce qui lui changerait de la fadeur des rations militaires. La commande passée, Jill revint à l'attaque, finalement elles n'attendraient pas d'avoir la bouche pleine.
De nouveau, une ombre passa sur le visage de la Chiss qui termina son verre un peu hâtivement, réprimant un frisson. C’était encore très frais, l’attaque des funérailles, l’assassinat du roi de Naboo, la bataille, la bombe… Le commandant des stormtrooper qui l’avait protégée lors de l’attaque était mort devant elle, comme tous les autres d’ailleurs, comme beaucoup d’autre, y compris ceux qu’elle n’avait pu voir. Elle avait trainé Nael à l’abri de l’impact, sans savoir si son ami vivait encore ou non. Son ami Aviamu, un Chiss des Sabres n’était jamais rentré du combat. Orokn non plus, lui, c’était elle qui l’avait intégré à l’escadron. Ils étaient tombés si loin de chez eux, si loin de l’Ascendance. Alors naturellement, Thrace avait pensé à ses autres amis, ceux qu’elle ne pouvait contacter pour savoir s’ils allaient bien. Elle avait pensé à Jill, toujours fourrée dans des histoires pas possibles. De par ses responsabilités, Thrace n’avait pas eu une minute à elle pour aller étudier les registres et les identifications des victimes de l’incident étaient encore loin d’être terminées. L’ignorance dans cette situation était le plus difficile, seule la fatigue et l’occupation constante avait pu tenir les tracas à distance.
- Tu m’as manqué aussi. Dit-elle en mando’a à son tour. Sa douceur dans la voix n’était pas habituelle. Quand le naturel s’exprimait, même son accent cheunh refaisait surface. C’était rare. J’ai eu peur que tu ais été sur Naboo, je me suis inquiétée.
Elle avait évité les premières questions de Jill mais ne comptais pas les ignorer pour autant. Pour le moment, elle était un peu perdue dans ses pensées, étudiant encore et encore cette bombe qu’elle avait vu tomber du ciel et ses effets. Qu’est ce qu’était cette chose… Pouvait-elle être une menace pour les siens ? Trop souvent les rêves de son monde natal menacé venait interrompre ses nuits, mais le Premier Ordre était la menace qu'elle visualisait, jusqu’à Naboo… Il y avait autre chose, quelque chose dont Thrace ignorait la nature. Quelque chose qui avait réduit une planète idyllique à un monde désolé et inhabitable. Thrace soupira lentement.
- Ce que j’y fais, je me pose la question tous les jours… C’est facile d’y oublier pourquoi je me battais, pourquoi je me bat toujours.
Csilla attaquée, cette simple image, cette simple possibilité était l'une des raisons pour laquelle elle se battait. Quand l’image se superposait aux batailles qu’elle avait menées dans les Régions Inconnues, quand elle se rappelait les menaces sur les siens mais aussi sur l’ensemble de la galaxie, elle se rappelait qu’elle avait besoin de la puissance du Premier Ordre. Une puissance si mal employée…
- Naboo c'était un vrai gâchis… Ça ne pouvait pas bien se terminer, mais se terminer comme ça…
Elle passa une main sur son front en frottant l’arrête de son nez, l’air plus fatiguée qu’elle n’aurait voulu l’admettre. Onze ans dans l’armée, ce n’était pas ça qui l’épuisait, pas plus que le poids du commandement, les responsabilités, le travail supplémentaire imposé par Thrawn qui faisait clairement en sorte de la préparer à de plus hautes fonctions… Non, ce qui était épuisant, c’était de mener des combats qui n’étaient pas les siens, pour des idéaux qui n’étaient pas les siens. C’était ce chantage pour avoir le droit de poursuivre leurs buts…
- Aux yeux de la galaxie, je dois être comme ça… Dit-elle, amèrement. C’est… plus compliqué que ça en a l’air.
En parler, se confier, dire librement le fond de sa pensée, comme c’était tentant. Mais cela mettrait en danger Jill, surtout dans un endroit pareil, en public. Encore une fois elle devrait mettre les formes, ne parler que de la surface en espérant que Jill pourrait comprendre qu’il y avait plus que ça.
- Je ne peux pas te demander de comprendre. Moi-même, dans l’autre sens, je ne pense pas que je comprendrais. Mais tu sais qui je suis en dehors du Premier Ordre, moi, mes aspirations… Et ma première vocation a toujours été de protéger.
C’était dire si Naboo avait été un échec. Sur le plan stratégique, ce n'en était pas un, en cela elle partageait la vision de Thrawn, mais sur le plan personnel... Oui, elle avait combattu pour permettre aux civils d’évacuer la place au moment de l’assassinat du roi, elle avait même été se battre blaster à la main aux côté d’un Jedi. Pas n’importe quel Jedi, celui même qui l’avait un jour blessée d’un coup de sabre. Cela restait maigre, ça et l'évacuation après la bombe, face au désastre que cela représentait.
- La division m’inquiète. Ce qui a attaqué sur Naboo, je ne sais pas ce que c’est. Tout ce que je sais, c’est que c’est puissant. Naboo était neutre, elle était déjà prise pour cible avant que son alliance avec la Résistance soit annoncée. C’est un monde détaché du conflit qui a été ciblé… C’est contre ce type de menaces que je veux me battre.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :
1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure


Messages : 562
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Jeu 10 Aoû - 15:13    

Jill était plutôt contente d’avoir un certain taux d’alcoolémie dans le sang, à ce temps T présent. Mandalorienne, elle restait maîtresse d’elle même, plus ou moins, mais elle imaginait surtout le taux d’anxiété stratosphérique qui l’aurait saisie sans les quelques shots qui précédaient.
Elle voulait réparer sa grossière erreur. Elle avait peur d’avoir brisé une amitié, une relation pure qu’elle entretenait et chérissait. Elle et ses réaction puériles. Et maintenant, elle avait peur d’être incapable de recoller les bouts.

Voir Thrace lui sourire était une première étape qui allégeait la charge qui pesait sur ses épaules. Un peu. Juste un peu parce qu’elle connaissait la Chiss. Une vaguelette troublait son sourire, et Jill voulait faire de son mieux pour qu’elle se sente bien. Elle voulait sortir une blague, un truc drôle, c’était tout elle. Mais les mots ne lui venaient pas pour le moment. Elle se réconfortait à l’idée que déjà, Thrace était ici ce soir. Qu’elle l’avait vue courir et qu’elle l’avait invitée à réengager la discussion. Qui sait combien de temps la plus jeune aurait pu rester bloquée, bouche bée sur la piste de danse, sans cette invitation ?

Enfin, de toute façon, elle avait posé ses questions. L’holonet avait été hélas riche en nouvelles concernant le drame de Naboo. Riche et évasif à la fois. Assassinat, bombe, chaos, ruines ? L’incompréhension s’était imposée, Jill s’était manifestée. Elle avait rejoint le mouvement Citoyen dans l’espoir de pouvoir faire quelque chose pour les civils qui se retrouvaient sans cesse victimes de combats entre d’autres autorités. Seule, elle ne pouvait pas grand chose. Avec le reste du mouvement, ils pouvaient espérer créer des foyers en toute sécurité pour les réfugiés et faire parvenir des ressources vitales à ceux qui ne pouvaient plus garder la tête hors de l’eau. Elle voudrait que les Mandaloriens prennent part à l’action. Offrir une famille aux plus courageux, c’était leur truc.
Enfin. Naboo, la guerre.
Elle avait vu l’expression de son amie. Avant qu’elle ne s’exprime, elle avait compris que rien de tout ça ne l’avait mise en joie. Jill s’adoucit à sa première réponse. Quelque part, l’entendre comme ça la rendait toute molle. La Mandalorienne n’avait pas l’habitude d’être toute molle, pour être honnête. Mais elle n’était pas contre. Après tout, qu’étaient-ils sous leurs armures, sinon de gros nounours, pour beaucoup d’entre eux ? D’ailleurs, après quelques hésitations, elle s’était décidée à poser une main qu’elle voulait rassurante sur l’épaule de Thrace.

Pour une fois, j’avais pas le nez dans les ennuis. J’y étais pas mais… J’aurais bien aimé faire quelque chose pour les civils.

S’il était trop tard pour eux, il n’était pas trop tard pour prévenir d’autres catastrophes. Elle en était convaincue. Elle écouta avec la plus grande attention. Sans lui couper la parole, sans aucune présomption. Elle assimilait juste son discours et ses expressions et les interprêtait avec la plus grande neutralité, sans l’idéaliser. Elle voulait être certaine que leur relation n’exploserait pas à nouveau.
Finalement, dans ce que lui expliquait Thrace, Jill reconnaissait aussi ses propres craintes. La Chiss était au service du Premier Ordre pour des causes lui qui lui étaient propres, et que la Mandalorienne reconnaissait comme justes et nobles. Protéger son peuple entrait dans cette catégorie. Pour peu qu’elle aie des responsabilités, on lui imposait des choix, des actes qu’elle ne pouvait pas refuser. Tout abandonner, ça voulait dire perdre les moyens qu’on a de protéger ceux qu’on aime au passage.

Jill serra brièvement l’autre guerrière contre elle. Elle ne savait pas trop si c’était approprié, si ça la gênait ou non… Enfin, le geste avait été spontané : Thrace avait été courageuse de lui parler. Trouver les mots n’était pas toujours facile. Et puis, leur relation était en jeu, la mandalorienne se serait surement mise une pression d’enfer pour ça.

Tu sais, j’comprends, en fait.

Si Mandalore l’appelait à combattre demain, que ferait-elle ? Elle devait rester fidèle à son peuple, au resol’nare, elle devrait prendre les armes sous la bannière de leur leader et s’engager dans un combat qui ne serait pas forcément le sien. Elle pourrait essayer d’orienter ses actes dans le peu de liberté qui lui serait offert, mais s’opposer à Mandalore, c’était se retrouver seule contre tous. C’était trahir ses frères et ses soeurs. Cet instant de réflexion remettait assez bien les pendules à l’heure, pour elle.

J’comprends très bien, même. Et le reste de la galaxie doit vivre avec les décisions d’une poignée. Tôt ou tard, Mandalore devra prendre une décision, et… j’espère que ça ira dans le bon sens. Faut combattre c'qui a fait ça sur Naboo.

Elle ne voulait pas voir son peuple s’allier avec le Premier Ordre. Elle connaissait son histoire, elle savait ce à quoi servaient les Mandaloriens au service d’une plus grande puissance : De la chair à canon, des guerriers qu’on pouvait envoyer faire les pires horreurs parce que leur réputation s’y prêtait. Les ressources de leur monde natal exploitées par des étrangers…
Mais elle ne voulait pas non plus qu’ils entrent en guerre contre cette faction. De façon tout à fait égoïste, parce qu’elle tenait à Thrace, mais aussi parce qu’elle ne voulait pas voir la catastrophe d’Hosnian se reproduire sur son peuple. Tout aussi grands guerriers qu’ils soient, les Mandaloriens n’étaient pas de taille pour l’heure.
Ils pouvaient rester neutres, indépendants et faire de leur mieux pour que leur peuple subsiste dans une galaxie en guerre. Ils pouvaient protéger leur espace, leurs planètes, leur industrie.
Quoi qu’il arrive, elle devrait faire avec. Elle comprenait qu’il en était de même pour la Chiss.

Elle inspira, jeta un oeil aux plats qui venaient d’arriver devant elles, fumants. Ca avait l’air plutôt appétissant, pour peu qu’on aie l’habitude des tambouilles mal présentées.

J’suis désolée pour… Pour t’avoir lâchée. Bêtement.

Là, Jill s’était un petit peu tassée sur elle même. Elle avait un pincement au coeur à l’idée que Thrace ne veuille pas lui pardonner. Après tout, elle avait réagi comme une gamine. Elle avait beau détester le Premier Ordre et la froideur aseptisée qu’il représentait, elle était la mieux placée pour savoir qu’il ne fallait pas s’arrêter à la réputation d’un groupe. Enfin, elle tendit la main à Thrace. C’était assez facile à comprendre, comme geste symbolique. Restait à voir ce qui allait suivre, là, maintenant, tout de suite, si son cœur arrêtait de lui battre sourdement aux oreilles.

_________________

mandalore the artist

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1457
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Dim 13 Aoû - 20:21    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

Il était très difficile de parler de ses motivations à quelqu’un qui n’avait pas suivi la même route et les mêmes choix. En réalité, les personnes auprès de qui Thrace pouvait s’ouvrir étaient très rares dans la galaxie. C’était surtout ceux auprès elle combattait depuis le tout début, quand elle portait encore l’uniforme impérial de Nirauan et où l’alliance avec le Premier Ordre était aussi lointaine qu’abstraite. Quand elle se battait sous les bannières de l’Empire, mais pas tout à fait le même qui avait secoué et traumatisé la galaxie en son temps, non, une branche isolée issue de la vision de Thrawn. Un idéal de puissance, certes, mais employé à des fins de protection. Ce n’était pas la moralité même au sens commun du terme, oui, il leur arrivait d'enrôler des soldats sur les planètes prises, oui, ils exploitaient souvent la corruption des gouvernements locaux pour gagner en puissance… Mais des limites flagrantes subsistaient, par exemple de ne pas kidnapper et endoctriner  des enfants, ne pas exploser des systèmes entiers… A l’aube de sa carrière d’officier, quand elle pilotait encore, le Premier Ordre semblait si lointain qu’elle ne se privait alors pas de clamer haut et fort les failles et nonsenses de leurs alliés. Depuis qu’elle en était en plein cœur, la prudence était devenue le mot d’ordre. Sur la moindre suspicion de Snoke, c’était ses soldats et sa flotte qui pourrait en souffrir.
La destruction d’Hosnian mettait à mal sa prudence. Ce jour restait ancré dans son esprit et avait fait naitre une culpabilité irrationnelle qui la travaillait parfois, comme si elle était responsable, qu’elle avait laissé faire. Si elle avait déserté, aurait-elle pu arrêter cette arme avant qu’elle ne nuise ? La réponse était négative. Elle n’avait appris l’existence de Starkiller que bien trop tard pour intervenir d’une manière ou d’une autre… L’impuissance ne pouvait pas pour autant apaiser la conscience.
Elle ne se pardonnait pas, alors comment Jill pourrait comprendre de pareils choix ?
Les yeux de la chiss s’agrandirent quand la mandalorienne la prit soudain dans les bras. Ce n’était pas un geste auquel elle était habituée, du moins pas comme ça et surement pas dans de telles circonstances. Elle regarda Jill d’un air décontenancé, avant de se décrisper et de passer un bras autour d’elle, acceptant la chaleur de cette accolade et ce que cela signifiait.
Jill comprenait.
Avec ces simples mots, la mandalorienne venait de libérer la chiss d’un poids dont elle n’avait pas idée. A la mention de Mandalore, Thrace hocha lentement la tête, se reconstituant une contenance pour ne pas montrer que l’étreinte soudaine l’avait bien surprise. Qui de mieux qu’une guerrière mandalorienne pouvait comprendre ce que vivait la Chiss ? C’est vrai, Thrace suivait Thrawn avec la même confiance et loyauté qu’un mandalorien le devait envers Mandalore.
- C’est précisément ça. Et puis peut-être qu’un jour je serais de cette poignée qui prend les décisions. C’est pourquoi je ne dois jamais perdre de vue pourquoi et pour qui je les prends. Le bien-être et la sécurité des civils est le premier et principal rôle d’une armée digne de ce nom.
En sous texte elle admettait que l’armée qu’elle servait ne remplissait pas ces conditions, elle ne doutait pas que son amie aurait la finesse de l’entendre. Le travail de Thrace était ingrat. On traitait comme exploit les décisions les plus difficile, les systèmes où le Premier Ordre n'assurait que son rôle de gardiens étaient invisibles, jamais évoqués. Les tournures réellement glorieuses devaient être camouflées pour ne pas passer pour volontaire. Quand Thrace avait ordonné l’évacuation des civils de la place de Theed, cela passait juste par une volonté de rétablir l’ordre. Généralement elle s’arrangeait pour faire passer ce type de décisions sous couvert de manœuvre stratégique, s’arrangeant pour placer ses troupes au bon endroit, au bon moment, de sortes qu’ils n’aient d’autres choix que de protéger la population civile. Il allait sans dire que dans de - trop nombreux - cas ce n’était malheureusement pas possible. On la félicitait alors pour “avoir fait ce qu’il fallait”, ça rentrait dans les critères de réussite en somme. Et elle faisait semblant que c’était volontaire, parce qu’elle le devait.
Elle n’avait plus fort faim. Méditer sur tout cela n’était pas ce qui ouvrait le plus l’appétit et les souvenirs de la bataille de Naboo lui revenaient par intermittence dans des images dont il lui faudrait du temps pour dompter. Fort heureusement les plats qui arrivèrent sentaient diablement bon. Par pur reflexe physique, Thrace sentit son estomac émettre un grondement qui imposa à son cerveau la nécessité vitale d’avoir envie de manger. Avant qu’elles n’attaquent, Jill parvint encore à surprendre Thrace par ses excuses. La chiss reposa sa fourchette, regardant son amie avec intensité. Il n’y avait pas à hésiter, elle prit la main tendue puis, après une brève hésitation, en profita pour attirer Jill contre elle et la serrer à son tour dans les bras.
- Il fallait bien passer par là. Admit-elle après l’avoir lâchée.
Elle ponctua sa phrase d’un petit sourire, n’ajoutant pas, même si elle le pensait bien fort, qu’elle avait amplement mérité une petite bouderie amicale compte tenu des enjeux. Elle se contenta d’ajouter : Je dois même dire que ta réaction était parfaitement censée. Je me doutais bien que ça passerait mal, mais comme le sujet s’était présenté… Je ne pouvais pas imaginer te mentir.
Elle avait entamé son plat et sentait qu’en quelques bouchée elle risquait fort d’avoir les joues virant au mauve, mais pour une espèce de bouillie informe, c’était très bon.
- Ils sont forts ces rodiens quand il s’agit de relever un plat. Commenta-t-elle d’ailleurs, cherchant à éloigner le sujet et ses souvenirs des récents événements qui la hantaient encore. Et pour l’alcool aussi. D’ailleurs je remarque que nous sommes à sec. Je prends la prochaine tournée. Tu veux quoi ?

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
Mir'shebs
Avatar : Bex Taylor-Klaus
Holopad :
1m60 | Sportive | Cheveux noirs, courts | Yeux bleus | Presque toujours en armure


Messages : 562
Date d'inscription : 22/05/2017

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Mar 15 Aoû - 22:59    

Jill était franchement confiante à l’idée d’avoir Thrace à la prise de décision. Ses positions étaient claires. En cela, l’humaine aimait voir la Chiss comme une Mandalorienne. Elle en aurait fait une excellente. Protéger son foyer, faire preuve d’une loyauté à toute épreuve… Ca, et le fait qu’elle était aussi douée et intelligente à ce qu’elle faisait.
Elle-même ne savait pas si elle saurait faire preuve d’un tel courage. La destruction du système Hosnian aurait certainement fait retourner leur veste à bon nombre de fidèles. Naboo aussi, probablement. Mais Jill n’était pas quelqu’un d’important. Finalement, si elle changeait de camp, les conséquences seraient minimes. Thrace, elle, disposait d’un certain pouvoir et pouvait s’en servir à bon escient. Si elle quittait son poste, elle perdrait ces possibilités là.

Enfin. Les deux combattantes avaient réussi à se trouver, et mieux encore, elle avaient su se comprendre. Soulagement intense pour l’humaine, qui cessa un peu de trifouiller ses cheveux.

L’étape suivante, c’était de faire taire son coeur qui battait si fort, alors qu’elle tendait la main à son amie. Enfin, à sa peut-être amie, c’était bien à elle de décider de ça. Maintenant. Et le temps s’était figé, jusqu’à ce que Thrace prenne sa main. Jill, intérieurement, sautillait de joie, et des confettis tombaient un peu partout dans sa boîte cranienne sous le son des langues de belle-mère. C’était un petit peu exagéré, mais elle aurait pu bondir sur le dancefloor tout de suite si la Chiss ne l’avait pas prise dans ses bras pour une autre étreinte mutuelle bien méritée.

Moi aussi j’avais besoin d’ça.

Elle gardait le sourire. Elle était avant tout reconnaissante envers Thrace pour avoir été honnête envers elle. Pour entretenir une relation saine, c’était déjà la base. Pour les mandaloriens, ça l’était encore plus. Son peuple ne passait généralement pas par quatre chemins, et aimait être traité de la même manière par les aruetiise. Elle pouvait comprendre qu’on veuille enjoliver les choses, c’était même souvent bien, mais pas qu’on lui mente au nez et à la barbe. Bien qu’elle soit dépourvue de barbe.

T’as bien fait.

Eut-elle conclu avant de se jeter, morfale qu’elle était, sur l’asiette servie. Ca ne ressemblait pas à grand chose, mais elle savait reconnaître de la viande de nerf cuite à basse température et marinée dans un mélange d’épices de Rodia lorsqu’elle en goûtait un. Le ratio de légumes et de viande n’était absolument pas respecté, mais ce n’était pas ce qu’elle demandait à un plat commandé dans une cantina. Non. Ce qu’elle lui demandait, c’était une bonne dose d’épices et un goût convenable.
Le rouge lui montait déjà aux oreilles : Elle était servie.

Hm-hm

Répondit Jill en hochant la tête. C’était bien suffisant. Pour le moment. On lui posait une question ouverte dorénavant, et elle devrait s’y adapter. Pas tout à fait aux normes de la politesse ou de l’étiquette galactique, la Mandalorienne répondit la bouche pleine.

Chveux bien un Shpichebrew*. Cha va bien avec les chrucs Rodiens !

Aspirateur à nourriture de son système, Jill se régalait. Elle n’avait jamais été difficile en termes de nourriture : Sur Nar Shaddaa, son enfance était remplie de restes et de plats peu ragoûtants. Surtout ce qu’elle trouvait à la sortie des cantinas lorsque personne dans le gang n’avait pris le temps de lui sortir quelque chose à manger. Elle était une débrouillarde, et n’avait pas eu le droit de faire la fine bouche. Du coup, le goût de la nourriture lui venait assez facilement !

On va dancher après ? Ou bien tu préfères qu’on sorte et tout ? Tu restes pour la nuit ? Tu restes combien de temps ? Oh et si tu restes tu dors où ? On peut se faire une nuit holofilms ?

Voilà que Jill laissait le naturel prendre le dessus : Elle était surexcitée à l’idée d’avoir un moment à passer avec Thrace, alors elle voulait l’optimiser. L’avalanche de questions, c’était quelque chose qu’elle réfrénait habituellement. La chiss y avait déjà eu droit, mais avec l’alcool, c’était encore pire. La Mandalorienne était déjà en train de faire des plans de soirée, voire de week ends entiers à s’amuser avec la demoiselle à la peau bleue qui n’en demandait probablement pas tant.
Oh, si son anniversaire ne durait qu’une petite soirée, Jill allait être bien déçue. Elle serait prête à sortir ses grands yeux humides pour tenter de faire craquer son amie.

S’te plait.


*Spicebrew

_________________

mandalore the artist

Bah alors Invité ? Tu veux un cookie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1457
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    • Lun 21 Aoû - 23:14    


La Mort sur le Dancefloor
La Mort sur le Dancefloor

En vérité, Thrace avait presque oublié cette sensation si simple et si agréable que celle d’être auprès de Jill. La mandalorienne avait un entrain et une spontanéité contagieuse et tellement reposante pour quelqu’un qui passait sa vie entourée de tout ce que le Premier Ordre avait conçu de plus austère. Jill rappelait à Thrace sa vie d’avant, en quelques sortes, elle lui rappelait ce que sa vie aurait pu être sans l’incident. Mais Jill n'appartenait pas à un passé révolu, elle, elle était bien réelle.
Elles avaient commencés à manger et c’était comme si tout ce temps et cette distance n’avaient jamais exister. Il y avait des choses qu’on apprenait dans la douleur quand on vivait une vie si fragile et instable que celle de Thrace : on apprenait à faire la paix avec ceux qui comptaient, pour ne pas partir sur des non-dits et des regrets. En cet instant, la chiss se sentait avant tout apaisée.
- Ça marche. Décrypta Thrace. En d'autres circonstances elle aurait dû être agacée par ces manières, mais venant d'elle c'était tellement naturel que Thrace ne songeait même pas à commenter. Deux spicebrew je vous prie. Demanda-t-elle au passage d’une serveuse.
Un autre aspect de la vie à bord d’un Destoyer était l’omniprésence d’une nourriture avant tout utilitaire, fade mais efficace ; quand ce n’était pas ces fichues rations. Rien de tel donc qu’une explosion de saveur quitte à avoir les papilles en feu, ça participait au plaisir de la permission. Enfin, ça n’empêcha pas Thrace d’enchaîner soudain trois éternuements brefs mais retentissants, le nez lui piquant un peu trop. Elle fronça le nez comme si un quatrième allait arriver et se décida de ralentir un peu la cadence. De toute façon, elle ne pourrait jamais égaler la rapidité de Jill en matière de nourriture.
- Avec deux verre ou trois de plus je dois être capable de danser Admit-elle après un instant de réflexion, puis un autre pour ne pas rire devant l’avalanche de questions soudaines et la supplique de son amie. Mais c’est comme tu préfères, sortir m’irait très bien aussi. J’ai ma navette pas loin. J'ai toute la nuit oui.
La navette lui servait autant de transport que de lieu de vie. Quand elle voyageait c’était généralement son logement privilégié, c’était également son refuge quand elle tenait à rester seule. C’était aussi dans sa soute qu’elle entreposait généralement quelques bricolages en cours dont elle ne voulait pas que Thrawn vienne lui emprunter des pièces. C’était plus fréquent qu’il n’y paraissait. Enfin, c’était là où elle avait laissé Csairiv pour la soirée pour ne pas avoir à porter l’ysalamir de cantina en cantina, tout en le gardant assez proche en cas de problème de type Forceux.
- J’ai promis à Csairiv de ne pas le laisser tout seul tout la nuit mais je doute qu’il en tiendra rigueur si je change mes plans.
Et pour cause, Csairiv étant un ysalamir, il ne devait pas avoir de notion très poussées du temps, de la nuit et des promesses. Tant que Thrace s’assurait que son tube nutritif était encore assez nutritif, la bestiole était globalement heureuse. L’affection que lui témoignait sa maitresse était le bonus dans sa vie de reptile choyé. Ceci dit, rentrer à sa navette pour s’y installer devant quelques holofilms - et éventuellement coiffer Csairiv d’un chapeau d’anniversaire - était une idée plutôt tentante.
- T’as des bons holofilms sous le coude ? Leurs boissons étaient arrivées et Thrace en bu une pleine rasade avait de retourner à l’assaut de son plat. J’ai un lecteur à ma navette et je suis même presque sûre d’y avoir quelques trucs à boire.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

Contenu sponsorisé

Message Re: La Mort sur le Dancefloor (Thrace)    •    

Revenir en haut Aller en bas
 
La Mort sur le Dancefloor (Thrace)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAY THE FORCE :: In a galaxy far far away :: Bordure extérieure et mondes inconnus-
Sauter vers: