Topsitestop1top2top3



 

Partagez | 
 

 Hearts of Stone | PV Gal'aad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Hors la Loi
Avatar : Chappie
Holopad :



Merci Ian cétrobo

Messages : 125
Date d'inscription : 18/12/2016

Message Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Ven 19 Mai - 21:58    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.Gal'aad
De toutes les qualités humaines, la patience était celle que DK comprenait le moins. C’était une fonction que les droïdes connaissaient pourtant par cœur. On leur demandait souvent d’attendre, de patienter, de se tenir là, bras ballants,  avant que ne leur parviennent de nouveaux ordres. La galaxie était remplie de ces machines fantômes, prêtes à faire n’importe quoi – et surtout à ne rien faire – selon le bon vouloir de leurs propriétaires. Les pires, de loin, servaient de ferraille de compagnie au Premier Ordre : c’était tout un concile de « je me tais », « j’obéis » et de « j’attends sagement que l’on me fonde les circuits ».

Dans la petite cantina, tous les droïdes restaient donc à leur place, sagement, comme ils avaient l’habitude de le faire. Tous, sauf DK, entouré d’un petit groupe de curieux qui entassaient crédits sur crédits pour entendre ses meilleurs imitations. - Je suis sûr que c’est de l’enregistré. C’est la troisième fois qu’il nous la fait cette ballade. On veut du nouveau, droïde ! s’était écrié un mercenaire avant de tomber, tête la première, dans sa choppe de rhum coréllien. Après quelques verres, la population moyenne des cantinas se réjouissaient facilement à l’idée d’entendre une boîte de conserve débiter des grossièretés Hutt. DK, quand il n’avait rien d’autre à faire, en profitait pour rentabiliser son temps :- La suite, c’est vingtS crédit supplémentaires ou rien. Je suis un droïde, pas une machine à inventer des chansons.

Le petit groupe autour de lui se composait principalement de bandits aux yeux cernés, de pirates féroces et d’arnaqueurs grognant. Dans un coin sombre, une poignée d’étranges figures échangeaient des murmures sifflants, le genre de rumeurs lointaines dont il vaut mieux tout ignorer. Deux hommes casqués, à l’extrémité de la table, échangeaient des cartes qui représentaient tous les grands noms de la galaxie : du Premier Ordre à la Résistance, des mercenaires aux politiques, tout un gratin de célébrités et de soldats s’illustraient dans une bataille de papier sans merci. Un râle se fit entendre quand l’un des deux gaillards perdit son deck de hors-la-loi dans lequel DK  distinguait quelques visages familiers. Peut-être aurait-il une carte un jour, lui-aussi, si les droïdes parvenaient à devenir une des nouvelles factions du jeu. En attendant, il devrait faire avec sa propre collection : quelques têtes de la Résistance, des créatures et des bêbêtes et une panoplie assez complète des pires charognards de la galaxie.

Le grand gagnant du soir, un homme pâle aux yeux ambrés, se tourna vers celui qui animait la cantina depuis une bonne poignée d’heures :- Et toi, DK, tu veux quoi pour la jouer, ta carte de Ren ? Il y eût un silence de plomb. Le droïde, coupé dans son spectacle de son et lumière, déclina cordialement l’offre: - Statistiquement, je gagne avant même d’avoir jouer contre toi. Les hors-la-lois sont plus faibles. Bonne frappe. Mauvaise défense. Autrement, je ne veux rien, merci.

En quelques minutes seulement, le droïde avait perdu tout intérêt dans son activité lucrative. De toute façon, la dernière tournée de la soirée venait d’achever les faibles étincelles d’humour de la petite assemblée. Il n’y avait plus que des cagoulards, des joueurs, et ceux qui, dans l’ombre, restaient seuls. DK n’avait même pas remarqué l’étrange silhouette encapuchonnée dont seul les yeux étaient illuminés d’une lueur tremblante.

Depuis combien de temps était-il là, le bonhomme ? Une heure ? Deux heures, tout au plus ? Il n’avait pas décroché un mot de la soirée dans son coin de pénombre. Soit il ne parlait pas la langue, soit il avait quelque chose à cacher. Dans tous les cas, il avait piqué la curiosité du droïde.- Lui, regardez, lui, c’est un bon parieur . J’en suis catégoriquement sûr. Il observe et observer, parole de droïde, c’est la clé. L’homme aux yeux jaune haussa les épaules de manière à dire « si tu l’dis» avant de retourner à ses affaires. Mais DK, lui, s’adressa à l’inconnu: - Tu joues aux cartes, toi ?


_________________
the droid you're almost looking for

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Premier Ordre
Avatar : Sebastian Stan
Holopad :




***


Messages : 673
Date d'inscription : 19/09/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Sam 20 Mai - 11:30    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.DK
Ombres et lumières dansaient s'accrochaient à son visage, abandonnaient ses yeux. Les ténèbres. Comme, si d'un miroir brisé, un reflet se tenait là parmi les hommes, les femmes, les droïdes..
Quelque chose d'un monde peut-être, pas de celui-là. L'écho du coeur de Gal'aad, l'écho d'un silence tout autant.
Le Meurtre avait été son Chemin aujourd'hui encore, aux ennemis de l'Ordre, nulle pitié. Le combat avait eu lieu à quelques rues d'ici, sale, violent bien sûr, mais non sans honneur. Peut-être avait-ce été cela le plus tragique? Odeur de fer, odeur de cuivre sur les pans sombres de son manteau. De sang.
Une nouvelle assignation pouvait venir, on lui avait donné l'ordre de ne pas bouger. Immobile dans la vie de la cantina, on posait parfois les yeux sur lui mais jamais longtemps, jamais assez.
Cet homme jeune, bien trop jeune, ses yeux de glace, on préférait les oublier...
Un long moment, les bruits d'un droïde l'avait comme bercé, entrecoupés de dialogues et d'altercations. Le droïde chantait, ou plutôt faisait entendre chansons et complaintes de nombreuses planètes, qu'il avait sûrement pu être capable d'enregistrer. Gal'aad se souvenait de certaines, comme de mots gravés dans son coeur qui venaient et refluaient comme les vagues d'un océan. Les minutes devinrent heures, on ne s'approchait pas de lui, on ne lui demandait pas s'il désirait autre chose.
Il écoutait.
Parfois, les ombres semblaient comme s'allonger, parfois au contraire c'était la lumière qui gagnait là, à leurs pieds, sur les murs... Cela ne durait pas.
Le bruit des jeux le ramenait de temps en temps à la réalité. Parce qu'il avait en lui cette mémoire particulière, incapable d'oublier, le déplacement des cartes, les stratégies des joueurs, tout cela devint pour Gal'aad comme une langue à apprendre. Il apprenait vite, et lorsqu'il le faisait, cela était pour parler couramment.
Certaines cartes semblaient avoir possédé une valeur, plus grande ou parfois -mais cela était rare- moindre à un autre moment, un autre mois, une autre année. Le jeu se basait sur les réputations de ses héros, sur leurs vies aussi. Luke Skywalker, autrefois tout puissant comme le montrait son affiliation aux différents rangs du jeu, capable de passer d'une ligne à l'autre pour se protéger, semblait ne plus être désormais qu'une jolie carte donnant peu de points, juste du prestige. Parfois cela pouvait suffire, ces cartes ne pouvaient être détruites par des jokers, mais malgré le visage jeune sur le papier étrangement défraîchi, c'était l'ombre du vieillard que l'on devinait. L'homme aux yeux d'or, le meilleur joueur de la soirée, Gal'aad n'avait aucun mal à le comprendre, jouait beaucoup avec Skywalker dans son deck. Comme une marque de fidélité, d'affection. D'une autre manière, la carte d'une femme revenait également dans son jeu, il l'utilisait toujours pour le coup final d'une manche, et ses doigts semblaient hésiter un peu à lâcher l'objet. Une caresse, ou bien quelqu'un qui hésite à en faire, qui ne sait pas. Le visage de la femme était peu connue, Gal'aad devina des yeux sombres aux étranges reflets violets, des cheveux de nuit et, illusions de la Force peut-être, il lui sembla respirer un doux parfum de groseilles et de lilas. Heureux l'homme pourvu d'une telle maîtresse certainement, triste aussi...
Au fil des manches, à chaque utilisation de la carte, Gal'aad voyait se dessiner l'étrange romance entre la femme de la carte et le joueur. Il ne pouvait comprendre de tels sentiments bien sûr, néanmoins la beauté tragique des choses semblait comme...l'apaiser.
Il était de ces tristesses capable après tout de faire tourner le monde...

Brusquement les ténèbres s'épaissirent assez, juste assez, pour que les propres yeux de Gal'aad s'illuminent. Le ciel, celui qu'il portait en lui, du coeur jusqu'au regard, ce ciel là brûlait sans fin, sans trêves... Et que pouvait deviner le droïde de l'incendie? Un silence particulier accueilli la phrase de DK. Dans son coin, l'homme aux yeux jaunes gardait une main sur la pile de son jeu de cartes, le chevalier pouvait deviner quelle était la première sur la pile aux vues de la manière dont les doigts du guerrier l'effleuraient.

Je ne possède aucun jeu, Maître Robot, mais soyez assuré que si cela était le cas, contre vous ou n'importe lequel de vos compagnons, je gagnerai.

Il se leva, les ombres disparurent pour ne laisser de lui que son grand corps baigné par les lumières murales. Quelques yeux attentifs remarquèrent le casque sur la table, et des hommes parmi les plus courageux, frémirent quand même. On le reconnaissait, non pas lui, l'homme, on le reconnaissait de par son statut.

En ce cas, Chevalier, pour ce jeu voici mes cartes. Faites en bon usage contre ce tas de ferrailles, gagnez la carte qui pourrait vous revenir de droit peut-être.

Et le silence continuait, terrible, alors que Gal'aad dardait son regard sur le joueur aux cheveux gris, aux yeux d'ambres, mais encore jeune pourtant. Il tendit le bras pour que l'on dépose dans la paume de sa prothèse, les quelques cartes. Chaque geste semblait le prélude d'une bataille, des mains se refermèrent un peu plus sèchement autour de verres de vin, une femme cessa d'embrasser un homme, comme déjà en deuil de lui.
Lentement, Gal'aad retira une carte sans la tourner à son regard pour autant. Comme si poser les yeux sur la femme y étant dessinée, était sacrilège. Il n'avait pas besoin de cela pour comprendre qu'elle était la carte qu'il cherchait. Avec élégance, il la tendit à l'autre homme.

Voilà pour toi, Loup, elle ne fait pas partie de mon jeu, encore moins de mon histoire. Il ne m'appartient pas de la perdre si jamais l'orgueil a raison de moi...

Parmi les clients de la cantina, on connaissait la répitation du tueur aux yeux d'ambre. Peu l'appelaient “Loup”, beaucoup simplement “Boucher”. Avec une élégance mortelle, car son manteau puait le sang après tout, le Chevalier lui accordait un respect étrange. La carte rendue resta dans les grandes mains calleuses et Gal'aad s'installa face au droïde.

Ma faction me permet de choisir qui commence ou non, n'est-ce pas? Maître-Robot, à vous l'honneur...


_________________
Dark and grim, your fate will begin
« Oh my brother, with your courage we can conquer, In your sword I put my trust that you will honor I will be the higher ground should you concede it and my body be your shield if you should need it. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hors la Loi
Avatar : Chappie
Holopad :



Merci Ian cétrobo

Messages : 125
Date d'inscription : 18/12/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Mer 24 Mai - 15:22    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Sous la lumière calfeutrée des appliques, le droïde observait les visages de ceux qui ne se cachaient pas dans l’ombre. Des grimaces lui parvenaient en flash : il y avait des « oh », des « ah », des rires et des paupières papillonnant sous la fatigue. Il y avait aussi l’étrange figure qui, dans un silence de mort, fixait la scène. Personne, jusqu’alors, n’avait osé mentionner sa présence. Personne jusqu’à ce que DK ne l’interpelle.

 - Tu joues aux cartes, toi ?  avait-il lancé, négligeant le peu de bon sens dont il aurait pu faire preuve. Il n’en fallait pas plus pour qu’un silence de plomb s’installe dans la cantina. Les joueurs s’étaient figés dans une expression de surprise et même les serveurs, des Twi’leks aux yeux bouffis, avaient abandonné leurs postes pour venir écouter la réponse. C’était tout une armée de mercenaires, de bandits et de tueurs qui se retrouvaient pendus aux lèvres de l’étranger. Le tas de ferraille, lui, ne s’attendait pas à des miracles : les humains – particulièrement dans ce genre d'établissement – restaient un mystère pour ses vieux rouages. Ils étaient imprévisibles, incontrôlables, de véritables tempêtes que l’alcool pouvait transformer en tornades. Ils étaient un peu comme Ian, en fait. Seulement, beaucoup moins sympathiques.

Sous ses allures d’homme de l’ombre, le bonhomme semblait d’une humeur glaciale. C’est dans un flegme contrôlé qu’il rétorqua à DK qu’il n’avait pas de cartes. Un grand classique: il était toujours plus facile de se déclarer vainqueur sans avoir même joué que de refuser avec humilité la partie. Le droïde, lui, n’en croyait pas un mot: ses capacités de calcul dépassait de loin celle d’un humain et il gardait en tête une vieille technique que lui avait enseigné Milo Lagh, un de meilleurs joueurs de la galaxie.

Un soupçon d’angoisse traversa la salle : l’homme s’était levé et se tenait à présent à quelques mètres du  guerrier aux yeux d’ambre. Il portait une stature noble qui contrastait avec les dos cassés et les poses négligées des mercenaires. Si le casque fixé sur sa table ne rappelait rien à DK, les murmures étouffés de la clientèle ne présageaient rien de bon. Pendant quelques secondes, le silence s’intensifia. Puis la voix du « loup » au cheveux blanc se fit entendre. Il échangea quelques mots avec la figure sombre et lui céda son jeu contre la promesse de battre le mercenaire rouillé. Un  - Le tas de ferraille vous entend, en fait...  échappa de la bouche du concerné, vexé de ne plus avoir droit au prestige de "maître robot". - Mais je ne vais pas refuser une petite partie amicale. C’est amical, n’est-ce pas ? 

L’homme de l’ombre s’installa face à lui et commença par lui laisser la main. Le droïde répondit en posant une première carte sur laquelle se distinguait la forme de trois TIE Fighters en plein vol : - Merci. Je suis DK-7, droïde de combat. Quitte à jouer, autant savoir contre qui vous allez perdre. C’est à vous ce casque, là-bas ?  La question suscita une nouvelle vague de murmures dans le petit groupe qui s’était rassemblé autours d’eux. Avec ce beau monde, DK avait de quoi gagner deux fois plus de crédits, une occasion qu’il ne pouvait rater sous aucun prétexte. Il regarda autours de lui et reprit :  - Quoi ? Faut bien se renseigner. Vous savez quoi, je prend vos paris, les gars. 50 % pour moi si je gagne et vous vous partagez le reste. Si je perds, c’est pour le maître… Je dois vous appeler comment?

De toute évidence, son adversaire n’avait pas l’habitude de fréquenter les ivrognes de taverne. Il gardait, au fond de ses yeux, la même flamme qu’il avait aperçut quelques minutes plus tôt dans la pénombre. C’était un joueur, pour sûr et il tenait ses cartes comme le ferait un professionnel, en prenant soin d’en cacher les moindres secrets.  Le droïde, qui tentait cordialement de percer ses défenses, brisa à nouveau le silence : - Il semblerait que nous soyons devenus l’attraction de la soirée. C’est à vous.


_________________
the droid you're almost looking for

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Premier Ordre
Avatar : Sebastian Stan
Holopad :




***


Messages : 673
Date d'inscription : 19/09/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Jeu 25 Mai - 0:01    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.DK
De son poing serré, il leur compressait le coeur à tous. Voilà ce que disaient les yeux clairs, voilà ce que disait les ligne s de sa mâchoire, les lèvres closes sur ses secrets à lui... Il y avait de la lumière dans la pièce, mais pas assez.
Pas assez pour le contrer, l'affaiblir, et Gal'aad était là, tout puissant, alors que certains retenaient leurs murmures, d'autres, la peur, l'angoisse.
Le casque sur la table, ils le connaissaient, et le robot parlait, parlait... Un moyen comme un autre pour lui de comprendre la situation, de récupérer des informations aussi. C'était quelque chose que lui avait appris Wes, la valeur du bavardage des gens, l'arme que cela pouvait être. Une arme qu'il retournait à sa faveur de par les réactions de leur public, il lui suffisait de se taire.
Quelqu'un voulu chuchoter, mais les mots portèrent un peu plus fort, un peu plus loin.

“C'est Kylo Ren, le casque et la cape, c'est lui...”

Il y eut un ou deux regards pour se tourner sur son bras, certains ne devinaient pas l'alliage qui le composaient, sentaient juste que quelque chose de pas naturel se cachait sous le tissu. Kylo Ren avait-il une prothèse?
Qui ici pouvait bien le savoir?

Vraiment? Ici, personne ne connaît mon nom?

Et les gorges étaient sèches, aucun alcool ne saurait les adoucir. Plus maintenant. Parce que la mort se cachait dans chaque syllabe que le brun prononçait d'une voix claire, innocente presque. Ou...Non, innocente. Simplement innocente.
Parce qu'il n'y avait rien de plus terrible...
Ses yeux se posèrent sur le robot, le jeu, compulsant les informations avec une rigueur de machine. Il n'y avait pas d'émotion dans les pupilles, juste la flamme encore, la flamme qui ne disparaissait pas...
Une carte s'abattit sur le jeu de son adversaire: Galen Erso, l'espion. Il rapportait un certain nombre de points, dix, au robot, mais permettait à Gal'aad de piocher deux cartes en rab. Puis, alors que ses lèvres se tordaient en un léger sourire -enfantin, il était beaucoup trop enfantin...-, Gal'aad recula légèrement contre son siège.

Je passe la première manche

Autour d'eux, personne ne parlait. Parmi les joueurs, un malaise. La stratégie de Gal'aad n'avait rien d'innovante, certes, mais ils savaient. Savaient que cet inconnu préférait réduire le nombre de manches, se fichant bien d'en perdre une, pour pouvoir être au plus près de son adversaire, lui retirer le luxe d'une plus grande marge de stratégie pour à loisir lui sauter à la gorge.
Sans pitié.

Quant à mon nom....

Son nom, oui, ne savait-il pas Gal'aad, ce que son visage hurlait en cet instant précis?
Le regard, le regard qui ne faiblissait pas, jamais.

Je suppose que je n'apparais pas encore sur vos cartes, ou bien doté d'un masque peut-être? Gal'aad Serke, Maître des Rens...”

Âme noire de Kylo Ren, aussi proche de lui que d'un frère parfois

Que ceux d'entre vous qui désirent profiter de cette partie pour me planter un couteau dans le dos, cessent.

Ils obéirent, des ombres, non plus des hommes -comment pouvaient-ils être de hommes face à lui?- reculèrent, honteuses, humiliées. Parce que dans leurs têtes, ils leur semblaient sentir le chevalier ramper, ramper et tout détruire...
Une impression, une illusion.
Quelqu'un toussa, une main contre sa gorge, étouffait-il réellement?

Pariez sur le vainqueur, pariez aussi sur ceux d'entre vous qui seront capables de voir le soleil se lever...


_________________
Dark and grim, your fate will begin
« Oh my brother, with your courage we can conquer, In your sword I put my trust that you will honor I will be the higher ground should you concede it and my body be your shield if you should need it. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hors la Loi
Avatar : Chappie
Holopad :



Merci Ian cétrobo

Messages : 125
Date d'inscription : 18/12/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Dim 28 Mai - 17:42    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Les murmures se faisaient plus intenses dans la cantina délabrée.
Autour de la table, le nom de Kylo Ren s’était fait entendre dans un souffle presque silencieux. Un homme au rictus placide avait essayé de se lever pour apercevoir un bout du casque avant de se rasseoir, sous la menace du regard froid, presque glacial, du mystérieux inconnu. Son allure, c’est vrai, avait tout de celle d’un chevalier Ren. DK, lui, n’en avait jamais vu autre-part que sur ses cartes mais reconnaissait leurs grands manteaux noirs et leurs allures sombres, presque ténébreuses. Il avait suffit que les chuchotements retombent pour que d’une voix calme l’homme se prononce. Son nom ? Impossible de mettre la main dessus. Le droïde avait autre chose à faire que d’apprendre par cœur les pseudos de tous les rapaces de la galaxie. Si il ne voulait pas lui dire, soit. Il se contenterait d’attendre d’avoir à nouveau la main.

L’adversaire posa une carte d’espion. Ses yeux étaient rivés sur le jeu, comme si rien d’autre, pas même son public d’amateurs terrifiés, ne pouvaient l’en détacher. L’intensité du bonhomme avait de quoi interroger DK qui, lui, ne disputait clairement pas la bataille du siècle. Il préférait de loin jouer comme le ferait deux bon camarades mercenaires : avec des rires gras, des paris insensés et des gages à la fin. En laissant la main, l’homme de l’ombre finit par dévoiler son nom. Gal’aad. Le même Gal’aad qu’il avait aperçut en jeu et celui contre qui il avait perdu sa carte Jabba. - Va pour Gal’aad, alors. Il observa la pièce se muer dans un silence gêné.

Il y avait quelque chose de dramatique, à la limite de la caricature, dans les tirades du Ren. Le droïde, profitant de l’accalmie soudaine, se tourna vers la petite foule amassée derrière lui et répéta : - On tue personne, les gars. Puis, se remettant en place, il s’adressa au chevalier : - Je pense pas qu’ils comptaient il y a aller au couteau, à vrai dire. Il posa une nouvelle carte. Puis une autre. - Mais n’essayez pas le blaster, non plus, je vous ai déjà grillé.

De toute la journée, DK n’avait pas eût à faire à un adversaire à sa taille. La cantina était bien trop isolée pour accueillir un véritable club de jeu et les rares volontaires n’avaient été que des novices en la matière. Si le caractère de Gal’aad semblait un peu excessif pour le droïde, la partie qu’ils partageaient avait de quoi non seulement le tenir en haleine, mais aussi de quoi le réjouir . Les cartes s’entassaient, les unes par dessus les autres tandis que le crédits tombaient à flot dans les caisses improvisées. On pouvait y lire « Maître Gal’aad Serke, chevalier Ren » et « Dékaset mercenèr». - Alors ? C’est quoi l’histoire ? Les chevaliers Ren jouent aux cartes, eux aussi ? Je pensais que vous étiez… Trop occupés pour ça. A chacune de ses phrases, un nouveau silence s’installait dans la salle. Heureusement, il était brisé à chaque fois que l’un des parieurs voyaient son champion s’approcher de la victoire. De ce fait, une nouvelle carte assassine s’abattit sur la table : c’était un des atout du droïde qu’il gardait depuis longtemps sous le coude. Il l’avait joué pour une quinzaine de points. - Et puis, une cantina ? C’est pas terrible comme base secrète. Pas que je sois contre, maître Gal’aad. Mais je croyais que vous étiez sur des planètes en feu. Avec des volcans. Ou des déserts.

Il regarda une nouvelle fois son adversaire et se demanda ce qu’on lui trouvait de si terrifiant. Il ne suffisait pas de mots, ni de gestes d’ailleurs, pour effrayer un droïde. Il n’y avait pas plus humain que cette vieille machine : DK, comme un enfant, ne comprenait que ce qui concernait ses circuits. Il ne jurait ni par la Résistance, ni par le Premier Ordre, se fichait bien des Siths et des Jedi. La peur, alors, il la laissait pour les autres. - Je passe la manche.

Victoire contre victoire. La revanche s’annonçait déjà intéressante.


_________________
the droid you're almost looking for

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Premier Ordre
Avatar : Sebastian Stan
Holopad :




***


Messages : 673
Date d'inscription : 19/09/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Mar 30 Mai - 12:53    


 
Hearts of Stone ft.DK
Hearts of Stone ft.DK
Je viens d'apprendre...

Regarder les autres jouer une soirée entière, Gal'aad n'avait pas besoin de plus. Sa mémoire grande, trop grande, faisait le reste... Ca bien spur, et puis la logique aussi, celle qu'il possédait, qui n'était qu'à lui, le poussant tout autant à des actions suicidaires parfois qu'à la plus extrême des prudences. Il jouait de la logique comme d'autres le feraient de sentiments mais des sentiments, Gal'aad n'en avait pas. Pas vraiment...
Il les copiait, il ne savait faire que cela. Jouer n'était pas un mimétisme mais une réflexion propre, la sienne. Jouer, poser les cartes, les machines, les visages, c'était comme créer une histoire aussi, et cette idée lui plaisait.
Il ne s'imaginait plus les sentiments des autres, mais leurs vies. Se glisser dans les cartes, être eux pour mener ce combat, à la fois homme, femme, démiurge également. Tout, être tout.

Je ne vis pas ici, maître robot, je me déplace au gré de mes missions. Les paramètres du corps humain ne permettent pas de vivre dans un volcan même, cependant j'avoue apprécier les déserts. Lorsqu'on lève les yeux au ciel, on voit les étoiles, et celles ci sont presque comme trop lointaines et inaccessibles... c'est cela que j'aime. Ca et le chant des dunes.

Il y avait une sincérité touchante dans ses mots, pour qui savait écouter. Car l'apaisement de cet homme reposait sur ces deux choses: l'inaccessible et le silence. Bien peu pouvaient comprendre, de toutes manières Gal'aad ne le leur demandait pas.
Il portait quelque chose au miroir de son coeur finalement...

Je crois bien que j'aime ce jeu

Une constatation presque enfantine, alors lui vint la perception troublante que le jeu en question était le premier qu'il apprenait et surtout, le premier qu'il pratiquait. Les premières années de sa vie étaient brumeuses, marquées du sceau de l'effort et de la violence. Il se souvenait des coups et de la solitude, il se souvenait d'un coeur que l'on empêchait de battre et cela n'était pas grave, d'une femme au bout d'une corde ayant jusqu'à la toute fin, refusé de le regarder...
Il se souvenait des entraînements aussi, mais cela n'était pas des jeux, n'en serait jamais. Et la solitude qui ne partait pas, jamais, jusqu'à ce que Kylo Ren pose les yeux sur lui peut-être. Mais cela n'était venu que bien des années après...
Son enfance ce n'était pas jouer, c'était se battre. La tension amicale, la camaraderie que le droïde regrettait ce soir, Gal'aad n'y connaissait rien.
Et quelque chose passa dans ses yeux, la certitude non pas troublante, juste incisive qu'il décevait son adversaire.
Il ne savait pas quelle était la réaction à adopter en ce cas, tout comme il ne savait pas comment utiliser certaines cartes de son jeu pour ne pas les avoir vu être battues lors des parties précédentes.
Ce simple moment de doute suffit à ce que quelques crédits passent dans la caisse DK7 plutôt que la sienne.
En une seconde, on perdait la confiance des gens, cela Gal'aad le savait. Une réaction logique qu'il comprenait, à laquelle il pouvait se raccrocher pour retrouver un monde non plus fait de découvertes, où il arrivait étranger.
Décevoir, perdre la confiance, il y avait des manières de s'en relever. Il en connaissait. Lesquelles pour une partie de cartes?
Un...jeu?

J'ai soif. Qu'on serve à boire à tous, je paye.

Il se rappelait d'une crise de panique, des années avant. Kylo en avait eu assez, lui avait ordonné de boire une bière pour se détendre. Prenant l'ordre trop littéralement -maintenant il ne le faisait presque plus- Gal'aad avait bu. Cul sec.
Cela l'avait aidé, bien qu'il ait fini par vomir dans son casque. Il était jeune alors... Il en avait même rigolé. Tout seul. C'était dur pour lui de rire tout seul sans suivre simplement les éclats des autres, et malgré son air blasé, pour un instant Kylo avait presque paru fier.
Avant de lui mettre la tête dedans et de lui ordonner de tout nettoyer.
Mais fier quand même hein...

Et de l'huile pour le droïde...

A l'un des Twi'leks, il lança sa bourse. Les murmures changèrent un peu, on recommença à mettre de l'argent dans sa caisse également. Il joua de manière à prendre le pas pour cette manche ci et passa à son tour.
De la pioche, chacun pu tirer une carte.
Immobile, Gal'aad regarda la sienne. Il sentit alors quelque chose proche de l'émerveillement en lui, bien que le chevalier ne sache comment l'exprimer: Luke Skywalker, il avait Luke Skywalker, le héros des histoires et c'était une histoire qu'ils racontaient dans chaque partie de ce jeu....

Que dois-je t'offrir si j'en viens à perdre? Les cartes ne sont pas les miennes...

On apporta des verres, tout semblait comme presque...normal. D'un coup d'un seul, posant les cartes face contre table, dans un mouvement fluide, rapide, le chevalier se leva. Et tout alla si vite alors, parce qu'il savait où se placer, que faire, que l'oeil pouvait peiner à suivre. Non plus sur le tabouret, mais à côté du robot, alors même que les bords de sa cape se soulevaient à peine sous le mouvement soudain, Gal'aad tenait à la main un serpent.
Noir, visqueux, la bête semblait avoir voulu se glisser entre deux rouages de la machine. L'homme la tenait dans son poing de chair sans peur aucune, et le reptile s'agitait, s'agitait...
Il y eut des cris, il y eut une bousculade un peu. Autour, tout autour d'eux, mais personne ne les approchait.
Gal'aad regarda les yeux noirs du serpent, noirs, plus noirs que ses écailles mêmes.

Pardon”, murmura-t-il. Il serra le poing, le serpent mourut. S'l y avait du sang, Gal'aad n'y prêtait pas attention.


_________________
Dark and grim, your fate will begin
« Oh my brother, with your courage we can conquer, In your sword I put my trust that you will honor I will be the higher ground should you concede it and my body be your shield if you should need it. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hors la Loi
Avatar : Chappie
Holopad :



Merci Ian cétrobo

Messages : 125
Date d'inscription : 18/12/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Dim 11 Juin - 0:16    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.Gal'aad
« Maître Robot ». Ce n’était pas un nom qu’il avait l’habitude d’entendre dans toutes les cantinas de la bordure. On lui connaissait, au contraire, des diminutifs beaucoup plus hauts-en-couleur . « Tas de ferraille », « tronche d’acier », « la-grande-chose-rouillée-qui-me-regarde-de-travers ». En bref, rien n’était trop contrariant pour le droïde monté de toute pièce, un patchwork soigné de fragments de vaisseaux et de blasters déboulonnés. Il avait été tellement repeint que l’on ne voyait même plus le grand « DK-7 » qui avait l’habitude de couvrir le haut de son buste. Son nouveau surnom le remplaçait à merveille et c’était comme si un brin de fierté animait ses circuits quand il entendait ces deux mots . Le sieur Gal’aad – ou monsieur, si l’on sort du jargon diplomate – semblait être un homme de goût. Et sacrément doué aux cartes, pour un novice. Pris dans son jeu de mimétisme, DK essayait donc, tant bien que mal, de paraître à la hauteur : - Pas de volcan, hein ? Moi aussi j’aime bien le chant des dunes tant que le sable vient pas se coller sur mes articulations. C’est nettement plus inaccessible que les étoiles. Une vraie plaie, pas vrai ?

Les rumeurs s’étaient calmées après quelques minutes de jeu et, même si les caisses se remplissaient toujours de crédits clinquants, la tension semblait être retombée d’un cran autour des deux joueurs. Quand l’homme s’exprima à nouveau, c’était pour payer une tournée à toute la table : pas si terrible, pour un grand méchant chevalier. - Oh non, de l’huile, ma seule faiblesse. D’habitude, je ne bois en jouant mais vous savez quoi ? Je vous aime bien, maître Ren. Alors à la votre. Il observa le twi’lek se dépêcher de lui coller un verre entre les mains. Le récipient contenait une épaisse substance noirâtre dans laquelle se formait encore des bulles qui explosaient pour se reformer sans cesse. - On nous servirait n’importe quoi, à nous les droïdes. Puis, retournant à ses cartes, il lui sembla remarquer un éclair de surprise, peut-être même de joie, sur le visage de son adversaire. - Bonne pioche, je présume ? Il ne t’as pas légué de la camelote, le blanchâtre.

A ce stade du jeu, Gal’aad n’avait encore parié aucune carte, aucun prix dans l’éventualité de sa défaite. DK, si il n’avait pas l’intention de perdre, avait été surpris que son adversaire lui propose une mise : peut-être possédait-il des richesses inconnues, ou même des crédits supplémentaires qui pourraient ajouter un peu de piment dans le jeu. Dans tous les cas, le droïde avait été intrigué par la question : - Je suppose que je ne vais pas vous demander la première chose que vous verrez en rentrant chez vous au risque de récupérer une simple bouteille de sable. Mais si vous avez autre chose que des crédits à proposer, je suis preneur, chevalier. Vous devez avoir... 

C’est un sifflement rampant qui le coupa dans sa phrase. L’étranger avait été rapide, vif, silencieux comme une ombre dansante. Entre ses doigts de fer, une créature serpentine se tordait de spasmes douloureux. Un jappement de surprise s’était fait entendre dans la salle, puis, d’un geste précis, la créature s’était tordue encore, plus petite et fine que jamais, dégoulinante d’un coulis visqueux et de caillots noirs. Sans un mot, la bête écailleuse n’était plus. Gal’aad, lui, se contenta de s’excuser et de se remettre en place, comme si de rien n’était.- Je ne voudrais pas paraître trop familier, mais c’était sacrément cool. Il vient d’où, le bras d’acier ? Marché noir ? Nar Shaddaa ?

Pas un mot ne perçait le silence de la foule. Si les spectateurs avaient pu douter de la sincérité de Gal, ils étaient à présents tous sûr d’avoir à faire à l’un des hommes de Ren. Certains d’entre eux, d’ailleurs, s’étaient déjà éloignés de la table quand DK entreprit de terminer la manche, laissant la une seconde victoire à l’homme mystère. - Vous avez déjà pensé à devenir mercenaire ? Il y a du métier, ça rapporte gros. Il posa une de ses dernières, et trop faible, cartes. - Et il semblerait que vous ayez de la chance.

Depuis quelques minutes, une musique plus ou moins mélodieuse, tentait de couvrir les frasques du petit groupe. De nouvelles danseuses Twi’lek s’étaient activées à attirer la foule près de la scène alors que la lumière, peu à peu, se tamisait dans les coins sombres de la cantina. Le droïde, qui avait entrepris de compter les pièces qui se trouvaient dans sa boîte, ne jetta même pas un regard blasé au groupe qui jouait.  


_________________
the droid you're almost looking for

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Premier Ordre
Avatar : Sebastian Stan
Holopad :




***


Messages : 673
Date d'inscription : 19/09/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Lun 12 Juin - 20:41    


 
Hearts of Stone ft.DK
Hearts of Stone ft.DK
Gal'aad ne craignait pas le sable, capable de voir au delà pour que batte à ses pieds le coeur brûlant du désert. Il pouvait s'offrir aux tempêtes et bourrasques de chaleur jusqu'à s'en écorcher le visage, cela serait avec un rire aux lèvres, comme ayant soudain retrouvé une chose étrange qui à chaque autre seconde, lui manquait.
Bien sûr, son bras mécanique en souffrait parfois très durement, mais Gal'aad ne parvenait pas à respecter assez l'alliage de métal pour en prendre soin.
Le symbole d'une faiblesse bien trop grande...
D'une certaine manière, affronter le désert avec, c'était porter en lui le désir secret de le voir se détruire. Que ne reste que le corps et la chair... Cela, il n'avait rien pour l'expliquer au robot cependant.
Un peu plus loin, l'étrange homme lui ayant prêté les cartes se sentit alpagué. De toutes évidences, il possédait l'ouïe développée des guerriers et des prédateurs, chose que Gal'aad respectait. L'homme dont il ne connaissait pas le nom, le “blanchâtre”, tourna le visage vers DK et lança dans des tirs parfaits, un quignon de pain, un brocolis, et le verre de son voisin sur le robot.
Mais Gal'aad ne vit rien de cela, trop occupé à retiré le serpent des circuits de son adversaire. Etrange, comme la Force le rendait capable de telles choses mais aveugle parfois aux tableaux les plus simples sous ses yeux.
De nouveau le silence, cette grande torpeur qui lui bourdonnait aux deux oreilles. Et le serpent dans sa main, mort.
Pour le chevalier, cela faillit être trop. En un simple instant, Gal'aad se perdit aux ténèbres trop grandes qu'il portait en lui. C'était le bruit et la fureur tout à la fois, c'était le calme de la mort aussi, lorsque mort il ne l'était pas. Il voulait que cela cesse, détruire, oui, détruire ces choses qui le blessaient jusqu'à la moindre lumière de la cantina pour que cesse la douleur.
Alors pourquoi, pourquoi est-ce que cela faisait si mal?
Il trembla un peu, silhouette massive pourtant, et ce n'était pas de la peur, simplement une souffrance au delà du verbe. Un enfant qu'un père ne nommerait jamais, ces choses que Gal'aad ne pouvait savoir, la lumière aussi, la lumière qui n'avait jamais voulu de lui, espérant encore Kylo Ren dans son étreinte peut-être.
Il resta debout, du sang avait coulé sur les cartes un peu, comme un mauvais présage.
Alors résonnèrent quelques notes un peu, une voix douce, profonde, avant même d'être une voix de femme, et Gal'aad écouta.

De ton coeur séparée, nuits d'étoiles, d'étoiles,
Que ferais-je alors, si loin de ma fierté?
De tes yeux, de l'amour faux que je t'ai donné?

Où est-il ce jardin, sans traîtres ni frères?
Nos promesses d'amants capables de mourir
D'aimer? Coeurs séparés, nuits d'étoiles, d'étoiles...


Il avait peut l'habitude d'entendre bardes et artistes ambulants, savait maladroitement que la littérature se chantait lorsque lui ne connaissait qu'encre et papier. Pour un instant, il cru au désespoir de la chanteuse, celui d'une femme jedi de l'ancien temps. Et cela était triste. Face à la tristesse, il fallait pleurer, non?
Un nouveau couplet commença, mais les mots s'accrochaient peu à lui car certaines des émotions chantées n'étaient rien pour le chevalier. Il regarda les cartes, sentit la Force aussi.Car elle faisait partie de tout, n'est-ce pas, de lui, de chacun de ses choix au delà du bien, au delà du mal.
En silence, Gal'aad abattit sa dernière carte.
Skywalker.
Par Skywalker, la victoire devenait sienne, lui laissant un goût de bile dans la bouche. Ce n'était pas bien, un déséquilibre dans la balance des choses, une souffrance de plus pour lui.
Si c'était cela, jouer, alors Gal'aad détestait cela. Poser des cartes encore et encore, jusqu'à l'Inévitable.
Une prière à la destruction, rien de plus...

Ô toi, ombre de mon âme, de ma lumière
Tu manques à mes yeux, à ton fils, à tous ses rires.
Toi que j'ai perdu pour l'orgueil d'être sauvée.
Toi qui m'a perdu, pour l'orgueil d'être sauvé....


Dites-moi, Maître Robot, pouvez-vous pleurer? Je suis humain, on attend cela de moi après une telle chanson, pourtant...cela ne vient pas.

Il ne s'était pas rassit pour cette dernière manche, quelque chose pesait à son coeur malgré la victoire.

Prenez ceci, pour le jeu et pour ne pas m'avoir laissé être le seul à ne pas pleurer pour les Lamentations de Bastilla

Pas de crédit, une pierre simplement, grosse comme un poing, petite pourtant dans le bras mécanique de l'homme. Et dessus, un symbole gravé, rien de plus.

Lorsque vous aurez des ennuis quelconques sur une base du Premier Ordre, montrez la pierre, elle me fera venir. Si vous avez de la chance...

Etait-il si facile de donner de la valeur à la vie d'un robot mais non à celle d'un humain?

Je suis chevalier et le resterai, peu importe le sens que vous donnez à ce mot ou à mon nom. Quant à ce bras, à mon image, je ne sais pas d'où il provient...

Cinq hommes entrèrent alors dans le bruit de l'établissement, cinq hommes dont les regards se posèrent aussitôt sur le chevalier solitaire.
Cinq homme venus pour le tuer.


_________________
Dark and grim, your fate will begin
« Oh my brother, with your courage we can conquer, In your sword I put my trust that you will honor I will be the higher ground should you concede it and my body be your shield if you should need it. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hors la Loi
Avatar : Chappie
Holopad :



Merci Ian cétrobo

Messages : 125
Date d'inscription : 18/12/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Mar 18 Juil - 22:49    


 
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Hearts of Stone ft.Gal'aad
Les danseuses s’étaient installées autour de la scène mais ne bougeaient plus, les yeux rivés sur une silhouette qui prenait toute la place dans le décor de lampions. Sa voix avait tu toutes les discussions, tous les débats qui jusque là alimentaient la cantina d’un murmure chaotique. C’était tout ce qu’il fallait pour calmer les frasques des mercenaires les plus faibles. Les autres, simplement, se taisaient par fatigue et laissaient place à la mélodie nostalgique qui ravageait de tristesse les bandits loin de chez eux. DK, lui, était bien loin de chez lui mais aucune larme, aucune émotion, ne traversait son regard.

Le droïde entendait peut-être, mais il n’écoutait pas. Il avait tourné ses yeux vers le visage de son adversaire, un homme qu’il jaugeait de plus en plus comme un semblable, dénué de l’humanité que tous ses camarades mercenaires chérissaient tant. Le chevalier avait beau avoir forme humaine, son comportement ne tenait en rien de l’organique. Il semblait être absent et lointain, comme préoccupé par une tâche plus grande, peut-être celle que tous les autres chevaliers de Ren poursuivaient aussi. DK, à vrai dire, ne savait pas vraiment ce que faisait ce groupe, seulement qu’ils travaillaient avec les mauvaises personnes et ressemblaient étrangement à des « bad guys ». Mais après tout, qui était-il pour juger ?

En attendant, la mélodie continuait à couvrir le jeu. Le petit tas de cartes s’était paré des factions et des couleurs que l’on réservent à une revanche finale. Les rebelles avaient toujours une place de choix dans les sets des grands joueurs mais c’est Skywalker, qui, finalement, asséna le coup final. Outch. DK ne l’avait pas vu venir, celle-là. Il regarda sa main, observant chacune des cartes qu’il aurait pu poser puis, résigné, laissa tomber son jeu sur la table.  La carte de Skywalker trônait par dessus les siennes, comme le symbole de la victoire de l’homme au casque. La ballade venait de se finir sur une note triste. - Pleurer n’est pas dans mes cordes. Je suis un droïde programmé pour la guerre. Je peux imiter un pleur si c’est pour une raison tactique, bien sûr. La ressemblance est flagrante mais il me manque des glandes lacrymales pour que l’illusion fonctionne. Vous savez, ça ne se trouve pas facilement. Même au marché noir. DK ne manquait pas de ressources quant aux informations techniques et anatomiques sur le fonctionnement de l’œil humain. Il n’avait cependant aucune idée de ce qu’impliquait l’action même de pleurer. Peut-être était-ce là l’équivalent d’une vidange d’huile. Ou peut-être n’était-il qu’un stupide droïde qui ne comprenait le sens que par le prisme de la technologie. Dans tous les cas, il n’était plus le seul à partager la confusion. - Je pense simplement que pleurer n’est pas dans ma programmation. Elle n’est peut-être pas dans celle de tous les humains non plus. Sa brève analyse avait beau être concise, elle résolvait à merveille la question de l’homme au casque. Une terreur comme celle-là ne pouvait pas pleurer : imaginez donc Palpatine éclater en sanglot à la moindre défaite face aux rebelles . On en aurait fait des affiches du temps de la République ! - C’était un bon jeu, chevalier. Rajouta t-il. Voilà ta carte.

Il s’apprêtait à partir lorsque Gal’aad, le grand gagnant de la soirée, lui tendit un objet en retour. Il ne s’attendait pas à recevoir une quelconque compensation pour sa défaite, et encore moins une roche gravée d’un symbole. Le chevalier, cependant, était insistant. L’objet mystère, selon ses dires, avait le don d’invoquer sa présence en cas de soucis avec l’ordre. Si il avait eût des sourcils, le droïde aurait probablement essayé d’en lever un en signe d’interrogation. Sans option capillaire, il se contenta d’acquiescer et de prendre l’objet. Si il n’arrivait pas à le revendre, il en ferait un joli presse-papier pour le Gambler. - Je suppose que j….

Un bruit sourd coupa son élan. La porte de la cantina avait été ouverte d’un grand coup de pied qui n’avait donné qu’un avant goût du boucan que provoquait ce genre d’interventions musclées. Au travers de la brume nocturne, les silhouettes de cinq gros balèzes se distinguaient franchement du reste de la clientèle. Ils s’étaient tous tournés vers la table où jouait le droïde, une expression déterminée dans leurs yeux de bêtes sauvages. Le bout de ferraille connaissait ce regard : des yeux vides de chasseurs de primes, furieux comme quand les siens prenaient une teinte rougeâtre. Le bruits de leurs bottes sur le plancher accentuaient la cadence à laquelle DK sentait ses circuits se préparer à la bagarre. « Enfin ! Enfin ! » se répétait-il. Pourtant, ce n’était pas lui qu’ils cherchaient. Son regard rebondissait du chevalier aux hommes et des hommes au chevalier à toute vitesse comme si il n’avait pas encore fait le lien entre les deux compagnies. - Toi, là, y’a une prime sur ta gueule. L’homme pointait du doigt le chevalier mais c’était bel et bien le droïde qui s’était levé en premier. - Une partie de carte la compagnie ? Le stress n’est pas bon pour le métabolisme des créatures organiques. Il faut savoir poser les armes. Parole de droïde.

Le chant « Enfin ! Enfin ! » grondait au fin fond de ses programmes. Il fallait faire vite si il ne voulait pas se retrouver avec un chevalier mort sur les bras. Bien sûr, il devait savoir se défendre, le bonhomme, mais c’était la cantina entière qui risquait de s’écrouler au moindre combat. Diffuser la situation restait la meilleur de toutes les options. - Pousse-toi, la ferraille. DK fit un pas en arrière. - A vos ordre. Cependant, je suis programmé pour vous déconseiller d’attaquer dans un tel environnement. Cette cantina est aussi bien assemblée qu’un droïde de la Résistance ce qui se traduit aussi par l’expression « en ruine ». Bonne chance. Peut-être que cela pourrait gagner un peu de temps au chevalier.


_________________
the droid you're almost looking for

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Premier Ordre
Avatar : Sebastian Stan
Holopad :




***


Messages : 673
Date d'inscription : 19/09/2016

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    • Lun 24 Juil - 1:23    


 
Hearts of Stone ft.DK
Hearts of Stone ft.DK
Des images se bousculaient dans sa tête, cris de douleur épars, larmes, rages. Il lui semblait voir l'ombre de corps tordus de souffrance dans cette peine que d'autres nommaient chagrin, il lui semblait en entendre le silence aussi, celui d'une perte indéfinissable. Gal'aad avait vu cela un jour sur des visages de cendre et d'oubli. Lui, il se souvenait... Les mots du droïde amenaient chacun de ces visages à défiler devant ses yeux sans qu'il ne puisse éprouver la moindre chose. L'homme se contenta de boire un peu d'alcool. Sentiments...
En son coeur, un tourbillon brûlait de vide et de néant, ce même tourbillon d'où émergeaient parfois quelques joyaux rares et fugaces, fragiles comme une fleur séchée, qui retournaient au vide pourtant. Il se rappelait de tout,mais en même temps ne pouvait se souvenir d'un coeur de chair quand battait son coeur de pierre.
Le regard du chevalier se perdit un peu, le rendant jumeau en souffrance de l'homme loin d'ici, et que pouvait-on deviner de lui, que pouvait-on deviner d'eux? Une main qui se referme sur un sabre, un nom que l'on hurle lorsque l'on refuse d'entendre. La voix d'un père qui résonne et ne résonne pas tout à la fois...
Et ce lien étrange et douloureux, Gal'aad mimant tout ce qu'il entrevoyait de l'âme déchirée de Ben Solo car il ne pouvait lui sembler trouver coeur plus grand, lorsque Kylo Ren embrassait le masque d'ombres et de rocailles qu'était son cousin, espérant y trouver l'apaisement de celui n'ayant jamais aimé.
Et l'un comme l'autre, ils échouaient.
La main métallique du chevalier ramena la carte à lui. Tout n'était que ténèbres parmi les lumières de la cantina, les feux brûlaient pourtant, et dans les bras d'un homme une danseuse pleurait. Gal'aad comprit alors une chose : il voulait sourire.
Réellement.

L'effort était dur lorsque cela venait de son propre coeur, avant qu'il ne puisse réussir, cinq hommes entrèrent. D'eux, n'émanait que la violence brute et la pourriture, laissant Gal'aad incapable de rattraper ce spectre de joie qu'il avait cru avoir. Les insultes, les menaces de mort il connaissait cependant, aussi son propre coeur connut-il le rythme de celui du robot alors même que leurs deux natures les différenciaient.
Tous deux voulaient le combat, tous deux le voulaient là, maintenant, malgré les mots et les actes, car sinon, comment se sentir vivant?
Le droïde fut plus rapide que lui, ses paroles étaient logiques et en même temps...non. Pourquoi? Parce qu'il le défendait.
On ne faisait cela aux autres que lorsqu'on les pensait capable de porter nos propres valeurs...
Un chevalier se battait pour ces valeurs, ces idéaux.
Il se leva, grand soudain, les feux de la cantina ornaient ses pupilles d'un incendie vorace. Ses mains étaient vides, il avait rangé la carte, il ne tenait pas le sabre. Pas encore. Ces quelques secondes entre le calme et l'inévitable étaient battements de coeur.

”Je vous tuerai à l'extérieur... Sortez maintenant, ces hommes et ces femmes n'ont pas de primes, eux.”

Plus loin, l'homme aux cheveux blancs fit reculer sa chaise. Le raclement résonna alors que, escorté des cinq hommes, Gal'aad quittait la cantina. Pour un instant, le chevalier parut fragile, condamné à l'image du criminel que l'on mène à l'échafaud.
Et peut-être cela était-il une bonne chose?
Ils allaient d'abord essayer de l'avoir au blaster bien sûr. A cinq, un tir devrait bien l'atteindre, non? Il n'avait toujours pas son sabre. D'abord les blasters, ensuite les vibrolames. Tout pour le blesser à mort et détruire la chair qu'il lui restait.
En lui, la Force grondait. Il la laissa s'écouler comme un torrent furieux, le sourire qu'il avait voulu avoir dans la cantina se peignit enfin sur son visage.
Les hommes ne le virent pas s'avancer, ne le virent pas dégainer. Rapide, dangereux, Gal'aad utilisa la Force pour se téléporter jusqu'à son ennemi le plus proche, et le tua. Les autres eurent le mérite de réagir vite cependant, mais pour eux, ce ne serait pas assez.
Pourquoi avaient-ils l'air si heureux alors?

”Ah Chevalier, ils ont été plus malin que toi on dirait...”

Sur le toit de la Cantina, un clochard observait la scène avec amusement, trônant tel un roi devant le massacre. Que voyait-il que Gal'aad n'avait pas encore compris?
Le jeune homme se redressa: des artères et des ruelles, d'autres ombres s'avançaient.
Cinq hommes, c'était beaucoup, presque trop pour des chasseurs de primes. Gal'aad n'avait pas imaginé qu'il y en aurait plus, beaucoup plus, attendant dans l'ombre qu'il sorte de son plein gré, s'avance jusqu'au piège.
L'homme qu'il avait tué pour sa mission, cela devait être de son fait. Intelligent, il avait été capable de réunir les pires ordures de la planète pour espérer assassiner au moins l'un des Ren.
Gal'aad avait la Force et le courage, néanmoins ce n'était plus cinq (quatre, le premier se vidait de son sang) ennemis mais une vingtaine, peut-être plus qui l'encerclaient sur la place à présent.
Derrière lui, la porte de l'établissement grinça. L'homme aux cheveux blancs hocha la tête, se plaçant en retrait du chevalier. Il ne souriait pas, il venait combattre, est-ce que cela avait un but? Non.
Dans un bruit plus étrange, ce fut au tour du droïde de les rejoindre.
Une nuit bien insolite en vérité...


_________________
Dark and grim, your fate will begin
« Oh my brother, with your courage we can conquer, In your sword I put my trust that you will honor I will be the higher ground should you concede it and my body be your shield if you should need it. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message Re: Hearts of Stone | PV Gal'aad    •    

Revenir en haut Aller en bas
 
Hearts of Stone | PV Gal'aad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» Stone +16
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Protection energy magic stone of jinaar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAY THE FORCE :: In a galaxy far far away :: Bordure intérieure et médiane-
Sauter vers: