Topsitestop1top2top3



 

Partagez | 
 

 Masquerade - Thrace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 186
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Masquerade - Thrace    • Mar 20 Juin - 21:11    




Face to Face, my lovely Foe

Diar & Thrace
Son sourire lui déforma un peu plus le visage, comme un mauvais coup de couteau. Aucun blessé n'aimait à exhiber ses cicatrices, peu importe les combats perdus ou gagnés. Elles existaient voilà tout, elles existeraient toujours et peu importe qu'elles soit grandes ou petites, visibles ou non, elles vous coupaient des autres.
Toujours.
On ne séduisait pas par des cicatrices, on les cachait, on détournait l'attention d'elles.
On ne s'aimait pas mais tout cela, la Chiss le savait : inutile de perdre encore plus de temps à expliquer, inutile de s'insulter plus qu'ils ne le faisaient déjà l'un l'autre à simplement être face à face.
Ils ne pouvaient se faire la guerre ici, maintenant. Et la robe blanche voletait légère, portée par le souffle de la jeune femme et son peu de mouvements. Depuis un arbre, un oiseau s'envola, aucun d'eux ne détourna la tête, aucun d'eux ne lâcha l'autre du regard.
Bien des manières existaient de se battre, parfois il y avait la mort, parfois il y avait le sang et parfois...Rien, juste rien.
L'homme se releva.

Mon histoire à moi est terminée.... Il m'est inutile de la raconter la nuit, inutile que d'autres l'écoutent. Cela ne me rendra pas ce que j'ai perd, cela ne me donnera pas l'absolution pour chacun des actes que j'ai commis

Il l'avait donné l'ordre, ce putain d'ordre de mourir pour leur cause. Lui, lui seul...
Il avait actionné la bombe, ne se souvenait même plus si sa main avait tremblé, s'il lui avait parlé aussi, elle, une dernière fois
Il ne se souvenait plus, et personne, ses amis, ses maîtresses, ne savaient, ne sauraient jamais.

Une menace, ne vous y trompez pas. Entre nous, tout ne sera jamais que combat...Cela n'empêche pas d'y prendre plaisir parfois. Approchez...Approchez, Capitaine, si je me souviens bien.

Pour un instant, les yeux de Diarmuid s'accordèrent aux lacs glacés de Csilla dans chacune de leurs nuances. Il leva la main assez pour effleurer quelques mèches noires du visage de la jeune femme, elle était proche, si proche, elle ne fuyait pas.

Approchez, que je vous conquiers....

Cela serait facile n'est-ce pas? Ils n'avaient besoin de rien d'autre que d'eux même, car l'obscurité de la nuit était là, car ils avaient l'herbe à leurs pieds pour s'y coucher, et le regard de l'homme savait comment tout déchirer de la robe.
Une voix en lui aurait pu pleurer: qu'était-il devenu, quel monstre acceptait-il d'être au nom de la haine et de l'inimitié?
Une voix aurait pu pleurer, elle ne le faisait pas.
Diarmuid était de marbre, Diarmuid était de glace.
Il baissa la tête assez pour que leurs fronts se touchent. Une énergie émanait d'eux bien sûr, celle des soldats déjà morts, des étoiles en furie, pas besoin de la Force pour que tout brûle en eux, il suffisait de porter le poids d'un coeur grand, beaucoup trop grand.
Et aucun d'eux ne respirait....

BesidetheCrocodile pour May the Force

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1543
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: Masquerade - Thrace    • Mar 4 Juil - 19:35    


Masquerade
Masquerade

Beaucoup trop proche et cette proximité n’était plus celle ritualisée et confortable de la danse, c’était de celles que je n’appréciais pas, pour ne pas dire que je craignais. Je ne montrais pourtant nulle crainte et ne reculais pas. Il avait clairement noté ma réticence et je le soupçonnais d’en user pour me pousser dans mes retranchements ; voir combien je pourrais tenir avant de lui offrir une réaction violente. Peut-être était-ce pour me faire briser mon devoir de ne pas provoquer d’hostilités ici alors que je devais représenter le Premier Ordre. Lui était anonyme, moi, mon identité était presque écrite sur mon visage et nos masques ne nous cachaient plus. Ou peut-être était-ce juste sa manière de réellement vouloir me séduire, sans la moindre tendresse ni le moindre égard. Curieux.
Ne pas répondre à la provocation. Ce n'était une violence que pour moi qui aimait le confort de la distance, mais ça n'en était pas une vraie. J’étais une Chiss, je savais rester calme. Insensible même, disaient les ignorants. Mon visage avait pris un masque de calme indifférence.
- Qu’est ce qui peut vous faire penser que je veux être conquise ?
Toute peur ou inconfort ne devait percer dans mon attitude. Je ne pouvais répondre par l’hostilité mais ne pouvait pas non plus le laisser jouer. Par le combat ou la séduction, il approchait là des limites privées, une frontière que peu avaient le droit ou l’audace de franchir. Pourtant il était toujours plus proche et j’avais cessé de respirer, la mâchoire crispée par le contact de nos fronts. Mes poings étaient serrés eux aussi et tout en moi me soufflait d’en lancer un sur lui, juste entre les côtes, de quoi lui couper le souffle et reprendre le mien.
N’attaque pas.
Le conseil avait la voix de mon père, la voix de la sagesse et de la pondération dans une famille de guerrier. Lui avait pris la voie de son oncle, il aurait sans doute voulu me voir suivre ce chemin moi aussi. Je ne l’avais pas fait, souvent je ne l’avais pas écouté non plus. Si je l’avais écouté, je n’aurais pas été responsable de tant de mort dans des combats qui n’étaient pas le mien. Peut-être que je serais toujours pilote, pour l’Ascendance ou sur Nirauan, à suivre mes rêves et respecter mes convictions. Peut-être… Mais ça n’était pas le cas, c’était trop tard. Mais je l'écoutais un peu plus maintenant, même s'il n'était pas là et que je ne faisais qu'imaginer ce qu'il pourrait me dire.
Nos visages étaient tout proches à présent. Soudain, je m’échappais. Souple, dansante, je glissais dans l’air pour échapper à toute emprise, peignant sur mon visage un sourire joueur. Il était aussi feint qu'un masque mais j'avais su le faire paraitre naturel.
- Et pourquoi devrais-je croire que vous voulez me conquérir ? J’inclinais la tête dans une expression curieuse, en me rapprochant de nouveau.. Pourquoi moi, une inconnue, une ennemie ? Soufflais-je.
Cette fois, c’était moi qui avais réduit l’espace qui nous séparait, comme pour évaluer son comportement, le degré de menace qu’il représentait. C’est alors qu’une voix criarde vint nous interrompre : la vieille humaine que Giskar avait fui avant notre rencontre. Cette dernière était désormais accompagnée d’un autre humain, massif et d’une expression fort peu avenante.
- Je vous l’avez bien dit ! Un espion de la Résistance ! Et la fille alien doit être son contact ! Attrapez-les ! Faites quelque chose enfin !
- Alors ça c’est la meilleure. Moi qui pensais que mon allégeance était littéralement écrite sur mon visage.
Me défendre de l’accusation était une chose, je n’étais pas ici sous couverture mais bien représentante du Premier Ordre, mais cette dame m’avait l’air de quelqu’un qui accusait sans preuve et accuser à mon tour mon cavalier, ou le défendre, n’aurait fait qu’attiser les suspicions de ceux qui ne la prenaient pas encore au sérieux. L’ignorer semblait la meilleure approche, mais le type qu’elle avait rallié à sa cause ne semblait pas l’entendre de cette oreille. Je m’écartais un peu, le laissant avancer dans la direction du Résistant. L’heure était à l’observation.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 186
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Masquerade - Thrace    • Mer 12 Juil - 22:22    




Face to Face, my lovely Foe

Diar & Thrace
Elle essayait de gagner du temps par ses questions, avouant ainsi qu'elle n'avait rien pour comprendre la situation, la maîtriser. Comme ces batailles qu'ils avaient eu, où la chiss se trouvait parfois incapable de lire la stratégie de Giskar, ne pouvant alors lui résister que par de menues diversions que l'homme écartait d'ordres impérieux, sachant très bien lui où il allait. Ille
La chiss comme l'humain, tous deux possédaient une forte personnalité dominante où l'ombre de l'Empire laissait des marques peut-être, pourtant chacun d'eux l'exprimait à sa manière, les rendant totalement différent l'un de l'autre que le disaient leurs races.
Il leva les yeux juste assez pour saisir un mouvement plus loin, comprenant que ce n'était pas la peine de répondre à sa cavalière.
Bien entourée par un homme sûrement croisé gorille, la vieille vache semblait revenir à l'attaque, loin des minauderies cette fois-ci.
Fort bien...
Ainsi, Thrace était désignée comme sa complice. Soit la vieille n'avait de ce fait aucun lien réel avec le Premier Ordre, soit voulait-elle se venger ou évincer l'alien dans une sournoiserie plus que gonflée.
Alien qui s'écartait, indifférente, étrangère. Sous les quelques ridules que le léger maquillage accentuait, Diarmuid prit une expression profondément peinée. Etrangement, cette réflexion sembla alors augmenter toute la sensualité qu'il savait mettre dans ses postures et son regard.
Une femme à moitié tournée vers l'ombre, la peau bleue, les yeux rouges, un homme dont la chemise est froissée, déboutonnée, et la veste négligemment jetée au sol. Et puis deux verres d'alcool aussi, alcool donc les légères effluves flottaient encore dans l'air.

 « Comme l'a dit ma maîtresse, c'est un peu la meilleure... Enfin on s'amuse de temps en temps, ce genre de jeux, je ne sais pas si vous voyez ? Un couple d'espion une nuit, l'autre, une prisonnière et son bourreau... »

A u gorille, il fit le plus naturellement du monde un clin d'oeil lubrique pour bien faire comprendre ce que sous entendaient de tels jeux. Le gorille ricana, la partie « reproduction », il maîtrisait. Et puis il y avait Diarmuid, l'accent de Borosk, l'ancienne Borosk, pas le nid du Premier Ordre mais l'Impériale, qui transparaissait de ses mots.
Il était un fils de l'Empire.

 « Epouser une alien serait peut être un peu trop, généralement on se contente de nos jeux, tout le monde y trouve son compte. Et puis on se voit peu, cela ne rend les choses que beaucoup plus intéressantes.... »

Nouveau clin d'oeil, nouveau ricanement du primate humain pendant que la vieille semblait trop choquée pour répliquer. Bien fait.

 « Maintenant madame, retirez vos accusations, cette femme devant vous se bat pour l'Ordre et n'a simplement gagné que des cicatrice en retour, non des merci pendant que vous, vous restez dans votre fauteuil à vous empiffrer avec votre thé parfumé au whisky -oui je sens votre haleine- et vos loukoums.... »



BesidetheCrocodile pour May the Force

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1543
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: Masquerade - Thrace    • Dim 6 Aoû - 22:32    


Masquerade
Masquerade

Notre proximité et ma remarque jeta un premier trouble, du moins, une hésitation. Mais la réaction du Résistant acheva le travail en allant toucher la fibre graveleuse du gorille hostile. Mon écartement devenait alors un réflexe d’amants pris sur le fait, venant compléter le tableau de mon cavalier qui avait déjà commencé à se débarrasser de ses vêtements. L’homme ne chercha pas beaucoup plus loin et le sourire torve qu’il adressa à Giskar attesta qu’il ne serait plus un problème.
Si ce sujet semblait clos, un autre venait de s’ouvrir dans mon esprit : l’accent que Giskar avait pris. Il était étrangement peu forcé, infiniment plus naturel que le mien, sauf que le mien, je l’avais travaillé. Mon basic naturel était calqué sur le cheunh, me laissait un accent “alien” reconnaissable que j’avais travaillé à gommer dès mes premières leçon de Basic. Giskar, je compris que c’était sa vraie manière de parler, celle qu’il effaçait le reste du temps de la même manière que je gommais mon accent alien. Jouant alors le jeu, je pris l’allure altière qu’on attendait de celle qui était appelée “maîtresse”, remettait dignement en place mon chignon mis à mal pendant notre “danse”, celle où je cherchais à lui échapper.
Je jouais mon rôle. Pourquoi d’ailleurs ? J’aurais pu le dénoncer, tout simplement. Je ne le faisais pas, au fond ce revirement de situation m’amusait. Après ses allusions que je ponctuais d’un petit sourire mutin, Giskar avait changé de ton d’une manière encore différente. Dans son rôle semblait s’être glissé une part de sincérité. C’était peut-être pour cela que je ne le dénoncais pas, cette femme, c’était l’ennemi commun, cette masse civile qui ne comprenais pas les enjeux de nos combats, du sacrifices de nos vies pour la leurs. Cette ingratitude à laquelle tout guerrier était confronté, au fond, ce n’était pas une affaire de camps. Les Résistants étaient comme nous, ils se battaient pour assurer un avenir en accord avec l’idéologie de ceux qu’ils défendaient. La Nouvelle République avait craché sur ces Résistants de la même manière que cette dame, sans doute vivant sur les vestiges de l’Empire effondré, m’accusait sans me reconnaître. Je hochais la tête avec une certaine gravité que je n’eus pas à feindre.
- Je… Comment… Couina la vieille humaine, hésitant entre le scandale ou la prudence. Je posais sur elle mon regard le plus dur et flamboyant. Elle se ratatina encore un peu plus. Veillez m’excuser. Jeta-elle avec la même amabilité que si elle nous avait demandé de lui arracher une dent.
- Laissez-nous maintenant.
Elle quitta le jardin, suivie par le gorille qui avait toujours ce sourire bête sur le visage. Ce n’était pas agréable d’alimenter l’imagination lubrique d’un homme venu pour nous casser la figure, mais ce n’était pas la ruse la plus inconfortable que j’avais eu à affronter dans ma vie.
- Bien joué. Reconnus-je une fois que nous fûmes seuls. Et c'était très honorable de votre part.
Je me débarrassais de mes chaussures qui commençaient à me meurtrir les orteils et menaçaient mon équilibre, puis parcouru les quelques mètres dans l’herbe pour aller m’adosser contre l’arbre, le regard un peu lointain. Cette intervention me permettait de comprendre un peu pourquoi je ne comprenais pas cet homme, que ce soit dans la bataille ou ici. Qu’il soit impérial, du moins, qu’il l’ait été, c’était un paramètre qui était resté inconnu jusque là. Je plantais sur lui un regard curieux.
- Alors vous êtes vraiment le fils du Général Uw. N’est-ce pas ?
Je ne cherchais pas à le provoquer cette fois, pas comme la première remarque où j’avais voulu obtenir et tester une réaction émotionnelle. Je ne pouvais m'empêcher de me dire que si les choses avaient été différentes, nous aurions été alliés. La lassitude me reprit quand cette simple question m'effleura, une fois de plus : pourquoi cette guerre ? Pourquoi perdre autant de ressources, de vies et de temps à alimenter la division quand c'était d'unité dont la galaxie avait besoin. Le souvenir d'une République contre le souvenir d'un Empire, des fantômes. Pourtant cette guerre divisait la galaxie et des familles, jour après jour. Giskar n'était pas le premier Résistant que je rencontrais à savoir voir au-delà des camps et du conflit, chaque fois je me posais alors la question : qu'est ce qui nous différenciait vraiment ?
- L’endroit n’est plus sûr et s’il revenait à notre amie l’envie de revenir à la charge après un verre de trop, cette ruse pourrait bien ne plus fonctionner. Nous devrions quitter les lieux. Je haussais un sourcil. A moins que vous ne vouliez encore danser.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 186
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Masquerade - Thrace    • Lun 7 Aoû - 22:03    




Face to Face, my lovely Foe

Diar & Thrace
Il se souvenait, Giskar, il se souvenait de ses premières missions pour une République juvénile acceptant son aide mais le reniant au moindre défaut. Le manque d'argent pour le sale travail, le manque de reconnaissance aussi, les sentiments de trahison, d'abandon... Et tous ces gosses qui se sentaient sans avenirs, devenaient soldats pour ne pas finir racailles, sauf qu'ils n'avaient pas l'argent ou les moyens nécessaires pour les prestigieuses écoles de la République. Alors c'était à des bataillons comme le sien de les accueillir, et parfois, après des décès, il n'y avait aucune famille ne pouvant être prévenue puisqu'elle n'existait plus...
Et puis Leia, Leia aux yeux pers comme une déesse antique, qui osait les regarder oui. Et leur tendre la main.
Parce qu'elle avait besoin d'eux, de leur aide et qu'elle faisait cela avec toute la noblesse du monde, cette même noblesse dont la Nouvelle République semblait manquer.
Est-ce qu'il en aimait les soldats survivants, Diarmuid? Non. Trop naïfs, trop idéalistes, que savaient-ils de la guerre à part la destruction? La guerre, une course à l'armement... Parce qu'il savait. Il savait que si des plans avaient fuités plus tôt, concernant l'étoile noire, concernant starkiller, l'autre camps, les résistants, les rebelles, eux, auraient engagé des gens pour travailler sur ces mêmes projets.
Une guerre froide, froide comme l'Espace.
Rien ne les différenciait...
La jeune femme le ramena à la réalité, il haussa les épaules.

”Hé bien oui, je ne pense pas être celui du grand Moff Tarkin en tout cas.”

Quoique...après tout sa mère pouvait très bien avoir eu une vie secrète? Il essaya de sourire à cette idée mais n'y parvint pas réellement. Des traces de désespoir s'accrochaient encore. Shirakz était morte, des gens continuaient de souffrir, rien n'avait d'importance.
Danser? Il fit signe que non

”Allons-y...

Le chemin de la propriété s'enfonçait sous les nombreux arbres du jardin. Dans la nuit, les fleurs semblaient embaumer plus qu'en journée, on ne voyait pas leurs couleurs dans les ombres, on les devinait juste.
Personne ne les suivait, aucun regard ne se cachait pour les espionner, pour les surveiller, du moins d'après Diarmuid.

”Borosk, on ne perd jamais son accent... c'est le sable qui fait cela d'après ma mère mais peu importe l'accent je n'ai plus rien à voir avec l'Empire, encore moins avec le Premier Ordre.”

De son père, Diarmuid ne gardait rien. Pas une photo, pas une lettre, juste quelques souvenirs tristes et froids par peur de trop les embellir. Il avait été un homme bon, aimant, et son fils se rappelait avoir après de ses qualités avant que leurs chemins ne se séparent.
Néanmoins, l'héritage s'arrêtait ici...

"Hé bien, que savez-vous de mon père?"


BesidetheCrocodile pour May the Force

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1543
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: Masquerade - Thrace    • Mer 9 Aoû - 10:48    


Masquerade
Masquerade

Mes chaussures à la main, je quittais cet endroit en compagnie de l’ennemi. Nous étions partit sans saluer nos hôtes, sans même retourner à l’intérieur. J’en étais soulagée, je ne voulais pas me retrouver de nouveau dans la foule. Trop de gens, de mouvements, de bruits, de choses qui retenaient mon attention et mes sens capables de tout capter à la fois. L’ordre était un moyen de survie pour moi qui chercherait toujours à analyser le chaos pour en dégager un motif, une logique, pour comprendre. Ce genre de réceptions, c’était le chaos, celui de codes sociaux et diplomatiques qui m’échappaient. Il y avait un monde entre comprendre la psyché d’une espèce, la retourner contre elle sur le champ de bataille et comprendre les jeux politiques et les faux semblants. On aurait beau vouloir m’humaniser, quand la politique s’en mêlait, j’étais toujours cette même Chiss n’ayant que mépris et incompréhension pour ce monde vain et encombrant.
Le jardin apportait le calme. La végétation était l’une de ces formes d’harmonies qui m’apaisait et m’exaltait. En vivant dans l’espace, on oubliait parfois la perfection si commune des ramifications d’un arbre et de l'architecture complexe des nervures d’une feuille, du parfum subtil d’un air frais et humide chargé d’une terre qui s’endort. L’art cherchait bien souvent à copier l’harmonie et la perfection que la vie avait accomplie. En cet instant le son du vent était infiniment plus mélodieux que les musiques de la réception.
- Le Premier Ordre n’est pas l’Empire.
Il le savait. Je disais une évidence : ceux qui connaissaient l’un et l’autre le savaient. C’était la désapprobation et non le regret qui s’exprimait, là où j’aurais dû défende le Premier Ordre comme meilleur que l’Empire, c’était lui que je représentais après tout. Mais c’était sous les bannières de l’Empire que j’avais grandis, sur Nirauan qui n’avait jamais troqué son héritage impérial pour celui du Premier Ordre. Snoke pouvait s’imposer, l’Empire ne s’était jamais vraiment éteint. Le rêve d'un Empire moins corrompu, puissant et bien dirigé resterait présent.
- Peu de choses. Son nom, une holophoto, quelques faits d’armes qui ressemblent à des légendes. Mon grand-père l’a un jour évoqué comme quelqu’un qui avait suivi ses idéaux avec honneur.
Les hommes d’honneur étaient rares, aussi bien à l’Empire qu’au Premier Ordre. Ce n’était pas pour rien si j’avais eu un certain nombre de démêlés avec mes supérieurs. L’honneur et le tempérament du guerrier étaient des choses que je respectais. Anéantir des planètes entières n’était pas un geste de guerrier, c’était celui d’un fou. Giskar avait cité Tarkin, l’homme qui avait détruit Alderaan, l’homme responsable de l’Etoile de la Mort. Responsable de ce qui aurait dû rester une arme dissuasive, une arme sur laquelle se trouvait nombre des plus grandes légendes de l’Empire. Une folie que Palpatine avait pourtant répétée. Et puis Starkiller… Des mois plus tard, j’avais encore ce sentiment de nausée à cette pensée.
Le Premier Ordre n’était pas l’Empire, il reprenait ce que l’Empire avait mal fait et les amplifiait. Et moi, j’avais accepté cette alliance pour m'inspirer de ce que l’Empire avait bien fait, faire du Premier Ordre ce que l’Empire aurait dû être. C’était une cause perdue, sans aucun doute, et les guerriers aux convictions honorables ne restaient pas dans nos rangs. Parfois, trop souvent, j’avais l’impression que c’était la Flotte de Thrawn contre le reste du Premier Ordre, les idéaux d’une puissance nécessaire contre le fanatisme aveugle.  
- C’est ce que vous faites aussi, suivre vos idéaux avec honneur ?

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 186
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Masquerade - Thrace    • Ven 11 Aoû - 13:32    




Face to Face, my lovely Foe

Diar & Thrace
Une lassitude froide allait de ses os à son coeur, du poids de son corps jusqu'à celui de son âme. L'honneur, Diarmuid n'y croyait plus. Plus pour lui en tout cas, il songea à cette holophoto survivante qui existait encore avec le souvenir de son père, la regretta. Parce qu'il n'était pas son père, bien au contraire...Le général Uw avait su sauver sa famille sans trahir ses idéaux, là où Diarmuid avait échoué. Il pensa au nom de Giskar, la façon dont il se cachait derrière encore maintenant. Certains disaient que c'était par honte de ses origines lorsque l'homme craignait juste de ne pas être à la hauteur.
Un général pour un autre, l'un était un héros, lorsque lui demeurait un simple soldat, un incapable.
Son visage était las désormais, aussi triste qu'un jour de pluie.

”Je n'ai rien à défendre, Madame, rien qui ne m'appartient désormais. Je me bats pour les rêves des autres...”

Des rêves comme des étoiles, on les voyaient briller au loin et au fond de soi on savait, on savait que de leurs feux elles s'étaient déjà consumées.
Par pur instinct, Diramuid regarda le ciel. Il ne voyait rien, sentait juste la présence de la Chiss à ses côtés. A quoi pensait-elle avec sa peau bleue, loin des siens, ses yeux rouges?
Et lui, lui qui avait eu des oncles, des tantes, une famille dans la grande ombre de l'Empire, qui avait eu un père, était-il à sa place aujourd'hui?

”Des faits de légendes? Mon père n'était pas ainsi, il ne voulait pas la gloire, il voulait juste vivre. Ironiquement, il n'a pas survécu et a eu cette même gloire que bien de ses amis ont recherchés sans succès. Etrange d'ailleurs, après tout il avait donné à sa famille bien des secrets impériaux pour survivre....”

Tout s'enchaînait, se mélangeait dans sa tête à présent. Un instant il cru se voir lui, vêtu d'un uniforme impérial, comme une fatalité, et souffrit de ne pas en porter. Les rêves de son père, chacune de ses espérances, balayés par une simple bénédiction posée au front de son enfant. Aux dernières secondes de sa vie, l'homme avait envoyé son fils, son unique fils, devenir pareil aux gens qu'il s'était juré de combattre.
Un instant, un simple instant, Diarmuid envia les enfants qui jamais ne se connaissaient de pères ou de mères. Ses épaules s'étaient creusées à la pensée de son fardeau, l'alcool devait aider certainement, il les redressa.

”A présent je me bats pour la mémoire d'une femme, elle a choisi de mourir alors qu'elle aurait pu vivre, il m'appartient d'honorer ce sacrifice.”

Shirakz, la peur dans sa voix aux toutes dernières secondes, et lui, lui qui se forçait à prendre un ton clair, neutre, pour que l'ordre devienne puissance, pour que la puissance devienne mort. Que l'on ne discute pas. L'avait-elle haï aux toutes dernières secondes?
Diarmuid s'était haï.

”Et vous? Vous pleurez un Empire, mais l'Empire avait bien des faiblesses aussi... Ayez au moins la décence de ne pas trahir votre propre camps puisque vous portez des idéaux vous aussi. Je le sais car sinon nous vous aurions écrasé depuis fort longtemps....”


BesidetheCrocodile pour May the Force

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1543
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: Masquerade - Thrace    • Sam 19 Aoû - 10:27    


Masquerade
Masquerade

Se battre pour les rêves ou la gloire avait toujours été un peu abstrait pour moi. Je m’étais toujours battue parce que je le devais. Autrefois, je me battais pour défendre, ce n’était pas un rêve, juste une nécessité. En réalité je savais assez peu moi-même ce que c’était que de se battre pour soi et ses rêves. C’était celui de Thrawn que je suivais. Même si j’en ignorais tous les détails.
- La gloire est une garce. Marmonnais-je, moi, la pilote devenue capitaine sans jamais avoir aspiré aux responsabilités ni au commandement.
La postérité était au final une menace qui pesait sur chaque personne disposant d’un peu d’influence. J’aurais voulu qu’on se rappelle de moi comme de la pilote exceptionnelle dont l’expertise de vol avait permis de concevoir la Griffe Chiss. Pour ça, il aurait fallu que je ne revienne jamais de cette bataille contre les Vagaaris. L’idéal aurait été de périr juste après le combat à mon retour, partir sur ma première et brillante victoire contre un peuple de dangereux pirates, ça aurait été un bon départ. A la place, j’étais devenue un officier du Premier Ordre, organisation dont j’en désapprouvais bien des aspect mais que je devais pourtant représenter. Moi et les autres, on resterait surement dans l’histoire comme d’une menace, certainement pas comme des défenseurs ayant dû composer avec ces folies pour conserver la puissance dont nous avions besoin. Il faudrait faire avec, sans aucun doute.
- Je suis désolée. Dis-je avec sincérité alors qu’il évoquait celle pour la mémoire de qui il combattait.
Une proche, sans doute. Une sœur, une femme, une fille peut-être ? Il était difficile de lui donner un âge et déterminer s’il aurait pu avoir un enfant assez grand pour être appelé “femme”. Mais je ne lui demandais pas plus de précision, c’était indiscret. Je n’avais moi-même jamais perdu de proches de sang au combat : ils se résumaient à Thrawn et ma mère, les autres vivaient sous la protection de l’Ascendance, où cette guerre n’avait que peu de sens. Mais j’avais perdu beaucoup de compagnons d’armes, des frères, que j’avais aimés comme ma propre famille. C’était le lot de chacun de nous, quel que soit le camp. Cette femme qui s’était sacrifiée l’avait sans doute fait contre le Premier Ordre, mais toute vie était importante. Dans l’idéal, aucune vie n’aurait dû être perdue dans des conflits qui ne faisaient jamais que répéter les erreurs et les rivalités du passé.
- Tout système a ses faiblesses, l’histoire l’a prouvé. La République, l’Empire… L’un est victime de ses erreurs et cède la place à l’autre, jusqu’à ce qu’il fasse ses propres erreurs à son tour. L’Empire de Palpatine ne peut pas exister sans lui et il faudrait être fou pour rêver son retour. Mais je ne crois pas non plus au triomphe de la classe politique ni même à la possibilité de satisfaire diplomatiquement chaque peuple et chaque individu. En revanche je redoute la division. C’est pourquoi j’aurais voulu croire à un Empire différent, qui aurait appris les leçons du passé pour ne pas les reproduire. Ça ne serait pas parfait non plus… J’aurais voulu juste le rendre moins imparfait.
L’unité et la force impériale, c’était sans doute ce qui me parlait le plus. Un idéal qui en pratique avait été bafoué, corrompu par les ambitions personnelles et les délires mégalomanes. Les postes d’importances donnés en pâtures à quelques privilégiés qui ne connaissaient rien à la guerre, mais cela, ce n’était pas une faiblesse de l’Empire en particulier, ni même du Premier Ordre, ni même appartenant à un peuple précis. Un grand nombre de civilisations partageaient cette faiblesse… et bien souvent c’était ce qui menait chaque système à sa perte.
- J’aurais voulu croire en votre République autant que j’aurais dû croire en l’Empire tel qu’il était. Ou juste croire en quelque chose, un idéal, mais la réalité montre chaque jours qu’aucun fonctionnement n’est parfait, ni même satisfaisant. Alors autant faire au mieux avec les outils dont on dispose. J’ignore si ce sont ce qu’on appelle des idéaux, mais c’est tout ce que j’ai.
Je regardais le ciel à mon tour, pensant à cette opposition entre le vide de l’espace et pourtant son fourmillement de vies, de voyageurs, de combattants, de menaces.
- Nous aurions dû embarquer quelque chose à boire en partant.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
the Mad General
Avatar : Richard Armitage
Holopad :

***

Messages : 186
Date d'inscription : 10/02/2017

Message Re: Masquerade - Thrace    • Lun 21 Aoû - 12:50    




Face to Face, my lovely Foe

Diar & Thrace
Il se fermait de plus en plus, le savait, le sentait. La jeune chiss ne semblait pas avoir compris que son « vous » était adressé au Premier Ordre en général quant aux idéaux, pas à elle. Face à l'armée, l'individualité avait à se taire parfois, c'était cela le prix de l'efficacité.
Aux excuses de Thrace, Diarmuid aurait pu mordre comme un animal, les yeux fous, ayant soif de sang et de douleur. Parce qu'il en avait assez parfois des réactions posées, toujours trop contrôllées que l'on attendait de lui.
Il grogna, sortit de sa poche un médaillon en argent ouvragé. Le genre de bijou qu'un homme pouvait aisément attacher à sa ceinture ou bien à une boutonnièe avant de le glisser dans une poche bien plus discrète lui permettant de ne pas en être séparé.
Il l'ouvrit, le tendit à la jeune femme. Dedans, le portrait de Shirakz en un noir et blanc suranné. Les traits fins de la photo ne cachaient rien de l'intelligence insolente qui avait été la sienne, ses yeux étaient noirs, défiants, prêts à conquérir le monde, voir même à le faire exploser. Une beauté étrange un peu, sans tristesse, sans mélancolie, elle n'avait jamais eu le temps pour cela, préférant la colère et l'énervement pour vivre plus, toujours plus.
Shirakz, flamme de bougie qui s'en était éteinte, lui brûlant les mains comme le cœur.

 « Mon père a-t-il une sépulture quelque part, un monument ? »

Il songea à sa mère, toujours vivante, à une réponse vieille, tellement vieille, que Diarmuid saurait enfin lui apporter. Un peu de paix peut-être, pas beaucoup mais juste assez. Elle avait refait sa vie bien sûr, avait aimé à nouveau et peut-être était-ce ce modèle qui avait adé son fls dans ses heures bien sombres..

 « Si oui, accepteriez vous d'y déposer ce bijou ? Elle non plus elle n'en a pas...Et je cherche depuis trop longtemps où lui offrir le repos. »

Un choix étrange alors, mais Diarmuid ne pensait pas à l'Empire, pas plus qu'au Premier Ordre, non. Il songeait à l'humain, à l'homme, le père, ayant fait de lui ce qu'il étai aujourd'hui par ses choix, ses puntionx mais aussi ses sarifices. Son sacrifice. Tout ce qui avait modelé Diarmuid, rendant Shirakz apte à l'aimer et à tout sacrifier pour lui, ses rêves.
Leurs rêves.
Au début, le Général avait pensé à Shu Torun, planète étrange, et la lave de ses volcans. Parce que Shirakz avait dérobé un feu puissant, cachée en elle, lorsqu'elle avait pris vie après tout. Cela se voyait dans ses yeux, cela s'était vu également dans ses gestes, ses passions. Que le feu revienne-t-au feu, mais Diarmuid n'avait pu s'y résoudre.
Il voulait croire en un après, en une protection sacrée, imaginer son père recueillir ainsi la femme du seule fils qu'il ait jamais eu, sous son aîle, par delà les étoiles. La recueillir et la réconforter...

 « Et nous sommes toujours ennemis, non, je n'aurai pas bu avec vous. »

Les étoiles au dessus d'eux, l'air de la nuit un peu frais mais pas trop. Diarmuid n'avait pas encore remis sa veste, cela restait inutile.

 « De toutes manières je ne bois qu'avec les femmes avec qui je couche. »

Une menace sous-jacente encore une fois, il ne la regarda pas, n'esquissa aucun geste vers ele, pourtant quelque chose planait, comme la promesse d'une monstruosité sans nom si les choses devaient en arriver là, au combat à nouveau.
Ils lui avaient arraché le cœur, le Premier Ordre après tout, et sans cœur on ne pouvait être rien d'autre qu'un monstre, alors Diarmuid saurait apposer la loi du Talion au besoin, dénuer à son ennemie devant lui toute humanité de la même manière que lui n'en possédait pas.
Juste la douleur...


BesidetheCrocodile pour May the Force

_________________


free me from this world
« You want a battle, kiddo? Here's a war! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Thrace
Avatar : Chloe Bennet
Holopad :





Messages : 1543
Date d'inscription : 16/09/2016

Message Re: Masquerade - Thrace    • Mer 20 Sep - 22:28    


Masquerade
Masquerade

La requête était étrange, pas par la nature de la requête elle-même qui était plutôt légitime, mais par ses circonstance. Qu'il m'en parle à moi, une ennemie, quelqu'un qu'il combattait et qui représentait un système qu'il refusait, c'était surprenant. Après tout, il s'agissait de choses personnelles, dans son regard je voyais que cela remuait beaucoup de tristesse en lui. Je m’attardais quelques instants sur le portrait de cette femme, la fougue se lisait dans ce visage. Elle avait dû compter pour cet homme, au point qu’il soit prêt à confier ce seul souvenir à une ennemie, pour le repos d’une âme. Le respect pour les morts était la base de bien des civilisations, cela ne devait pas se limiter qu’à ses amis et alliés, la mort ne connaissait pas de camps et en cela je me devais d’accepter cette demande, aussi inhabituelle soit-elle. Je pris le médaillon en hochant de la tête, en prenant cet air grave qui me faisait paraître plus vieille.
- Je sais qu’il en a une. Je ne sais pas où précisément mais j'ai ma petite idée sur la question, je me renseignerais et la trouverais.
C’était probablement une affaire de famille mais une fois encore j’eus la délicatesse de ne pas en demander davantage. Qu’elle soit sa femme, sa sœur, une cousine ou une simple amie que son père avait connue, cela changerait-il quelque chose au besoin qu’il avait de faire réunir ces deux symboles ?

Je n’allais plus m’attarder plus longtemps, ce n’était pas comme si nous avions pour volonté de poursuivre cette fête entre nous. Enfin, je n'étais toujours pas certaine de ses intentions, si lui aurait eu envie de poursuivre notre danse, ou notre combat. Une fois de plus en refusant l’idée de boire avec moi, il avait évoqué le sexe de manière assez inattendue, je me demandais si c’était sa manière de témoigner son intérêt.
- Voilà qui explique bien des choses. Et moi qui pensais que vous craignez que je vous empoisonne.
Et puis il y avait toujours ce danger que je n'oubliais pas, invitation ou non, combat au sens littéral ou figuré, il restait un guerrier et je restais au fond surprise qu'il n'ait rien tenté contre moi. Il n'y avait pas si longtemps, je fuyais dans les couloirs de Naboo ses frères d'armes qui tentaient de me capturer. Respecter était une chose, ne pas être naïf et penser que je pouvais avoir confiance en était une autre. Néanmoins, je me tournais vers lui, apportant une conclusion à notre si singulière soirée.
- Ma foi, aussi étonnant que ça puisse paraître, ce fut un plaisir de vous rencontrer.
Les temps étaient durs pour les gens civilisés, c’était si rare de rencontrer un ennemi qui sache rester calme, correct, sans offensive malvenue alors que nous n’étions pas sur un terrain de guerre. Je le saluais d’un signe de tête, sans ajouter de sourire qui aurait été feint, moins sincère.
Puis je m'éloignais, pensive. Soulagée aussi de ne pas avoir eu à me servir de l’arme dissimulée dans ma robe.

_________________

Captain Thrace - Ice Sabre

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

Contenu sponsorisé

Message Re: Masquerade - Thrace    •    

Revenir en haut Aller en bas
 
Masquerade - Thrace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Chronique Vampire Masquerade : "White Nights" (4)
» Chronique Vampire Masquerade : "City of Black Miracles" (2)
» Les goules
» Entrainement : recrue Athéna Thrace
» ϟ MASQUERADE ϟ Abandon all hope ye who enter here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAY THE FORCE :: In a galaxy far far away :: Bordure extérieure et mondes inconnus-
Sauter vers: